EthicScience

Interview d'Arnaud Gavard, porte-parole du comité scientifique pro anima et EthicScience

Publié le 2 septembre 2013 - Mis à jour le 10 septembre 2013
Curieuse de tout, piquée d'écriture. Ex-responsable édito de FemininBio, blogueuse empathique aimant raconter la vie des autres @parisbylight.
EthicScience finance les recherches cosmétiques et médicales non testées sur les animaux
EthicScience finance les recherches cosmétiques et médicales non testées sur les animaux

Le Fonds EthicScience veut apporter une aide financière aux laboratoires de recherches qui ont choisi de ne pas utiliser l’expérimentation animale dans leurs recherche. Une belle initiative respectueuse du vivant que nous explique Arnaud Gavard, porte-parole du comité scientifique pro anima et EthicScience.

Oseriez-vous faire manger du rouge à lèvres à votre chat ? Pourtant, pour les besoins de la recherche médicale et cosmétiques, des chercheurs font encore et toujours subir des batteries de tests à des animaux morts ou vivants. Scandaleux n’est-ce pas ? Rencontre avec Arnaud Gavard, co-fondateur d’EthicScience, qui se bat pour un monde plus éthique. 

Arnaud Gavard
Arnaud Gavard

Pourquoi avoir créé EthicScience ?

Tout cela est parti du constat qu’il était impossible de faire un don pour la recherche sans devoir implicitement cautionner l’expérimentation animale. Cette sorte de prise en otage ne nous satisfaisait pas ! À l’association, nous militons pour une expérimentation scientifique fiable et sans tests sur animaux en recherche biomédicale. Christiane Laupie-Koechlin fondatrice du comité a lancé l’idée. Nous nous sommes dit "et pourquoi ne pas faire une levée de fonds pour la recherche avec cette exigence éthique que cela n’inclue pas d’expérimentations animales."

Comment se passe la mise en œuvre de ce fonds d'action pour une recherche plus éthique ?

C’est une édition pilote : nous avons consulté nos sympathisants proches des milieux de la recherche, nous avons cherché des informations et nous sommes tombés sur certaines avancées intéressantes puis nous avons contacté les labo concernés. Nous avions l’idée de sélectionner 2 ou 3 programmes, pas plus. Par la suite nous avons rencontré les scientifiques concernés avec le Professeur Jean-François Narbonne, célèbre toxicologue qui nous soutient depuis longtemps, nous avons pu juger du sérieux des chercheurs concernés. Le fonds pouvait être lancé. 

Pouvez-vous nous faire un état des lieux de la recherche aujourd'hui, et notamment des tests réalisés sur animaux morts et vivants ?

Aujourd’hui nous assistons à une recherche industrielle sur rongeurs : cela est très préoccupant. Notre savoir découle essentiellement de quelques modèles animaux (souris, rats taupes) avec lesquels on fait tout et n’importe quoi. Ces animaux sont génétiquement modifiés pour les faire ressembler à certaines pathologies humaines : il y a la souris obèse, la souris cancéreuse, la souris amnésique… Concernant la recherche appliquée, tout passe par l’expérimentation animale : c’est la loi qui l’exige depuis plus de 80 ans.

Pour la recherche fondamentale, c’est à dire la recherche sans visée pharmaceutique, mais plutôt une recherche "comment ça marche ?", tout est permis, encore une fois, sur des animaux. Dernièrement une équipe à réussi à implanter des "souvenirs" sur des souris ce qui impliquait des décharges électriques sur ces animaux. En revanche, aucune application directe liée, n’est pour l’instant d’actualité.

Pour la cosmétique, nous savons qu’en Europe il est désormais interdit de tester les molécules destinées à ce type de produit sur des animaux. Les choses se sont faites facilement et nous soupçonnons certains industriels de passer par une porte détournée en utilisant celle des produits chimiques, pour continuer les tests. Mais nous n’avons pas de preuves avérées : juste un contact qui nous a affirmé que le nombre de molécules à examiner, dans la chimie, avait augmenté dés la mise en place de l’interdiction de tester les molécules destinées à la cosmétique.

Comment sont sélectionnés les laboratoires que soutient EthicScience financièrement ?

Pour cette première édition, avec le comité de sélection nous avons fait une sélection à partir de chercheurs que nous connaissions et que nous avons approché pour voir si leur approche correspondait à notre projet. La condition non négociable était que ces équipes ne travaillent sur aucun animal, mort ou vivant, dans leurs laboratoires.

Existe-t-il beaucoup de programmes de recherche qui refusent l'expérimentation animale aujourd'hui ?

Il y a des avancées au niveau européen dans tous les secteurs. Des programmes parfois soutenus par l’Europe comme le VPH (virtual physiology human) qui vise à créer un être humain virtuel : cela permettrait une approche nouvelle de la recherche scientifique et sans tests archaïques sur animaux.

Hélas en France les choses bougent trop timidement. Le plus grave est que les expérimentations animales sont sans arrêt remises en questions au niveau scientifique sans que cela n’affecte le moins du monde la majorité des chercheurs. Ils sont comme autistes. Alors du coup les expérimentations hors tests sur animaux sont utilisées en renfort des tests sur animaux, pour affiner des découvertes peu fiables.

Parlez-nous des deux programmes que vous avez choisi de soutenir pour 2013. Pourquoi ces choix ?

Nous souhaitions nous intéresser à des problématiques de société. Il y a donc un programme sur la recherche contre le cancer. À partir de tissus humains récoltés de manière éthique, il est possible de modéliser de manière tridimensionnelle le cancer du poumon. C’est une avancée pertinente car seul le matériel biologique de l’espèce concernée est utilisé : du coup les résultats sont ceux pour l’espèce humaine. Par la suite, le même modèle pourrait être effectué sur un autre type de cancer comme celui du colon. Est-il utile de rappeler à quel point cette maladie de civilisation est de plus en plus répandue ?

L’autre programme est très actuel : il s’agit de créer un modèle in-vitro de test destiné à la cigarette électronique. En Europe, et particulièrement en France, ces nouvelles cigarettes sont un phénomène de société. Je crois qu’il y a 1 million d’utilisateurs : c’est une très belle avancée dans la lutte contre le tabagisme car elles aident réellement à cesser la "vraie" cigarette. Cependant très peu de données toxicologiques sont disponibles et nous n’avons aucun recul. Ce serait dommage de s’apercevoir que certains effets délétères existent sans pouvoir en informer les consommateurs.

Et bien sur nous ne souhaitons pas que des chercheurs se décident à intoxiquer des chiens pour déceler une éventuelle toxicité : Les animaux ne doivent pas subir nos choix de vie.

Comment se déroule le suivi de ces recherches ? Effectuez-vous des contrôles réguliers sur place ? Quels sont vos rapports avec les laboratoires impliqués ?

Nous avons des rapports à la fois amicaux et professionnels avec les deux laboratoires impliqués car c’est une aventure nouvelle en France. En revanche le projet étant lancé depuis à peine plus de deux mois, nous ne sommes pas rendus sur place, mais nous irons bien entendu. Mais le plus important c’est la communication, la confiance et bien sur de faire le point sur les avancées effectuées. Ces  points seront évoqués fréquemment. C’est aussi le rôle du comité de sélection. Les résultats de recherches seront publiés sur le site dédié et notre bulletin…

Qui finance ce fonds de recherche éthique ?

Depuis un mois, le fond est ouvert et les premiers dons ont été effectués. Nous sommes ravis de voir une réelle motivation chez nos adhérents. Bien sur, le but est d’atteindre le grand public et de le faire participer. Les premières ONG et sites ont fait un don comme l’association "animalter" ou le site bio "precious life". Nous voulons créer une synergie et avoir une belle somme d’argent à donner aux deux programmes soutenus, à la fin de l’année. Tout le monde doit participer. 

Comment peut-on soutenir EthicScience ?

Deux possibilité : faire un don, bien sur, en envoyant un chèque à l’association proanima en spécifiant bien "soutien à EthicScience" sur papier libre ou également on line en se rendant sur la page Ethicscience de notre site.

Il est aussi possible d’organiser des évènements au niveau local : pique-nique, vide grenier, tournois, compétitions. Un de nos adhérents, professeur de musique veut organiser un concert dans son école : c’est une superbe idée ! Toutes les initiatives susceptibles d’intéresser les médias sont les bienvenues.

Retrouvez plus d'information sur le site Ethicscience

 

Articles du thème Soins naturels pour animaux
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par maryline 62 le 5 septembre 2013 à 22h25
Superbe nouvelle

Bonjour à toute l'équipe, je trouve votre projet magnifique car les acteurs de ce projet seront aussi des chercheurs . Je pense que la communication et" l'éducation" vis à vis des animaux doit d'abord commencer par la communauté scientifique qui est en première ligne . Envisagez vous de collaborer avec l'association Peta France ? Que puis je faire pour vous aider ? Cordialement

Par proA le 6 septembre 2013 à 16h58
Merci

Merci pour vos compliments ! Nous sommes bien d'accord avec vous.
il y a plein de manière d'aider, du don petit ou grand, à l'organisation de stands ou de tables d'information pour collecter des fonds, tout est possible...
N'hésitez pas à nous contacter !

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte