Rire

David Ken du LOL project : "Le secret d'une grande photo ? Le rire !"

Publié le 8 octobre 2013
Curieuse de tout, piquée d'écriture. Ex-responsable édito de FemininBio, blogueuse empathique aimant raconter la vie des autres @parisbylight.
David Ken, photographe et créateur du LOL Project
David Ken, photographe et créateur du LOL Project

Le photographe David Ken à la faculté de mettre en boite votre plus bel éclat de rire pour la bonne cause. Il nous explique son beau LOL Project.

Le LOL projet recrute ses premiers adeptes avec une idée simple et efficace : un casting très rapide, un rendez-vous avec le plus célèbre photographe du web, un moment de lâcher prise unique dont on ressort des étoiles plein les yeux. En remerciement de ce bel instant, on affiche le cliché "LOL" en photo de profil Facebook et un lien vers la page Facebook du projet.

Trois ans que vous, moi, eux, des "blogueurs influents", des sportifs célèbres et quelques stars du petit écran ont pu lâcher prise face à l'objectif du plus drôle et empathique des photographes. Au total, le LOL project a déjà parcouru 22 villes et réalisé plus de 2600 portraits !

Comment est né le LOL Project ? 

David Ken : Le LOL Project est né en 2009. On parle alors de subprimes, de tsunami, de pandémie mondiale de Grippe A (H1N1)… On a peur de l'avenir, peur pour nos enfants, on broie du noir. À ce moment là, je suis en quelque sorte en pleine crise de la quarantaine, une crise qui me fait envisager mon métier différemment. Je suis photographe dans le monde de la pub et de la mode depuis plus de 30 ans et j'ai besoin de donner du sens à mon métier qui est aussi une vraie passion, un retour à l'essentiel, à ce qui compte vraiment. 

C'est un bel après-midi de printemps qui nous pousse William Lafarge (mon complice et associé - Directeur de création de l'agence Pueblo) et moi à nous promener dans le parc du Palais Royal à refaire le monde, parler de nos parcours et de nos envies et là fuse une question : "Pour toi, c'est quoi une grande photo ?

De ma réponse ce jour là naitra le LOL Project : "c'est réussir à capter un instant de "lâcher-prise", pas une posture ! Un instant empreint de sincérité, de perte de contrôle où notre image nous échappe, l’instant sans doute le plus proche de ce que nous sommes vraiment, libéré du cloison de nos interdits, un véritable éclat de rire !"  

Faire rire les gens et figer l'instant, comme un défi au contexte actuel, le pari n'était pas gagné d'avance ! Nous sommes rentrés, avons travaillé sur le projet, commencé avec quelques volontaires, le bouche à oreille a fait le reste. 

Quel en est le principe ? 

DK : C'est, avant tout, une rencontre entre l'individu photographié et moi dans un studio fixe ou mobile (la LOL Box), un véritable échange, une expérience qui dure une vingtaine de minutes. Un lâcher prise, un véritable éclat de rire, c'est intime puisque profondément sincère et l'exercice n'est pas simple devant un appareil photo. On souhaite tous plus ou moins contrôler son image particulièrement à l'ère des réseaux sociaux où tout circule très et trop facilement. Le but de cette expérience est d'en garder un portrait unique, rare, solaire ! 

Pas de casting, le projet a pris forme sur Facebook comme outil pivot de recrutement, des journées de shooting LOL sont organisées dans notre studio à Paris, tout le monde peut s'inscrire sur le site du LOL Project . 

Quel était son but initial ? 

DK : Un projet résolument positif et universel, la volonté de réaliser des portraits de fous rires d’anonymes et réunir l’ensemble des acteurs du LOL Project dans la plus grande exposition participative urbaine du monde : LOL PARIS. 

Sensibilisé à titre personnel aux conditions souvent difficiles des patients et du personnel hospitalier, donner du sens à mon projet passait aussi par la création de l'Association LOL Project. Je pouvais offrir l'expérience LOL à ceux qui en ont besoin, souvent en situation de stress devant la maladie ou soudain éloignés de leurs proches pour cause d’hospitalisation de longue durée, leur faire vivre l’expérience LOL Project, c’est les valoriser, les sortir de leur quotidien souvent angoissant. J'y ai fait mes plus belles rencontres ! 

L'association vit en partie grâce au soutien des entreprises qui privatisent le LOL Project pour leurs salariés et font une opération de mécénat en offrant l'expérience LOL à l'hôpital.

Et aujourd'hui ? 

DK : Aujourd'hui le LOL PROJECT c'est plus de 9000 kilomètres parcourus, 22 villes et plus de 3500 portraits réalisés et bien plus encore très bientôt. Nous avons traversé 17 villes de France avec le Train Bien vivre de Trains Expo SNCF en septembre et avons déjà réalisés de très nombreux portraits LOL.  

Anonymes, mais aussi influenceurs et célébrités de tous horizons se côtoient dans une galerie digitale créatrice de dialogue et d'engouement positif. Le LOL Project, c’est aussi déjà plus de 50 000 fans sur Facebook, plus de 3800 personnes de toutes les villes de France en liste d’attente.  

Côté hôpitaux, à ce jour, ce sont des centaines de portraits de patients et personnels hospitaliers (Hôpital Raymond-Poincaré de Garches, Robert Debré, Hôpital Necker, clinique pédiatrique Kannerklinik, l’Hôpital Bicêtre, SOS Mains à Lille et la Polyclinique de Bordeaux) qui se sont concrétisés par un mur LOL dans chaque hôpital, plusieurs dizaines de milliers d'euros de dons directs en faveur des hôpitaux ( l'Association "Regarde la vie", l'Association Mécénat Chirurgie Cardiaque, l'Association LXEAR, l'hôpital universitaire Necker-Enfants malades, l'Association Robert Debré…). 

Quelle place occupe le rire dans votre vie ? 

DK : J’ai toujours été un adepte inconditionnel du rire, ma réponse au stress et aux épreuves de la vie c’est l’humour et la dérision. Prendre du recul, permet de dédramatiser les vraies épreuves de la vie ! 

Pourquoi est-il important de rire selon vous ? 

DK : Un éclat de rire, c'est la plus belle des spontanéités, c'est être dans l'émotion positive. Le rire est un magicien, nos vies sont stressantes : boulot, transport, responsabilité, stress, rendent souvent nos visages fermés, tendus, inquiets, anxieux, le rire est la plus belle des défenses car il détend et nos visages et nos esprits. On a tous besoin de rire, c'est vital ! Ce n'est pas un hasard si beaucoup d'initiatives autour du rire s'installent et se développent ; le rire médecin, les thérapies par le rire, l'école internationale du rire et j'en oublie !

Que vous apporte le LOL project, à titre personnel ? 

DK : De très belles rencontres, c'est une véritable expérience humaine profondément positive. Faire partie d'un projet plus grand que soi et donner du sens à mon métier me permet de me réaliser aussi en tant qu'homme.  

Les journées de shooting LOL me demandent beaucoup d'énergie, le rythme est soutenu et je veux que chaque rencontre soit unique. À la fin de la journée, je suis très fatigué mais j'aime cette fatigue et je rentre léger et rempli de tous ces éclats de rire. 

Que vous disent en général les gens, après une séance de LOL ?  

DK : Que "ca fait du bien!", on en a fait notre slogan ! J'ai entendu beaucoup de choses. Un jour, un participant s'est écrié au sortir de la séance "ça devrait être remboursé par la sécu !" Mais le plus touchant, bouleversant même, se passe dans les hôpitaux. Il y a peu de temps dans une clinique, une des patientes, lors d’une séance s'est réellement éclatée et a fini par nous avouer "j'en ai oublié que j'étais malade". Ça, c’est une vraie récompense pour moi, la plus belle !  

Nous avons la chance d'avoir beaucoup de beaux témoignages. Je suis souvent ému et gêné quand un patient ou un médecin me remercie pour ce que je fais, je me sens tout petit devant ces héros, hommes et femmes, qui luttent chaque jour contre la maladie et la mort. 

Certains n'arrivent-ils pas à rire de bon coeur ?  

DK : C'est vraiment à la marge. Je crois que tous ceux qui s'inscrivent au LOL Project ont vraiment envie de rire de bon coeur. C'est une démarche positive. Après chacun vient avec son vécu, ses valises, ses inhibitions et ce n'est pas toujours facile d'être dans le lâcher prise face un inconnu qui braque quand même son objectif sur vous. Je reste toujours bienveillant, mon expérience de photographe professionnel et mon empathie aident le participant à jouer le jeu à fond. Il y a toujours des exceptions et cela me permet d'avoir une marge de progression ! 

Comment peut-on aider le LOL project ?  

DK : En parlant du projet autour de vous, on a aussi besoin du soutien des entreprises, si vous êtes dirigeants, directeur de la communication/du marketing, chargé des opérations de mécénat appelez nous ! Plus largement, inscrivez vous sur notre site, suivez nous et partagez sur les réseaux sociaux, plus on est de fous, plus on rit !

Le site de l'Association LOL Project 

Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte