Atteindre ses objectifs pour être plus heureux

Publié le 10 juillet 2015
Sophrologue - spécialiste de la gestion du stress - Virginie Militon a travaillé dans de nombreuses structures pour des publics variés. Elle exerce en cabinet à Lyon (et à distance) et co-anime ponctuellement des conférences avec des professionnels de santé dans lesquelles elle traite la question des enjeux psychologiques liés à certaines pathologies.

Parce que se fixer des objectifs accessibles est un préalable nécessaire à leur réussite et au bonheur : 5 points clés pour apprendre à bien les formuler !

Outre les nombreux bénéfices qu'offre la réalisation d'un objectif (stimuler la vie et lui donner un sens, générer des sentiments positifs, développer la confiance en ses potentiels, etc.), le neuroscientifique Richard Davidson de l'Université du Wisconsin affirme que cela permettrait même de supprimer les émotions négatives. Selon le psychologue américain Jonathan Freedman, se fixer des objectifs à court et long terme rend plus heureux : en effet, réaliser, c'est aussi SE REALISER !
Qu'entend-on par « objectif » ?
Un objectif exprime ce que l’on veut FAIRE, il s'agit d'une ACTION. Il produit un résultat : il est réaliste et réalisable. L'objectif est l'action qui mènera vers le but afin d'atteindre la finalité (prolongement du but).

Par exemple, si la finalité est de réduire mes dépenses énergétiques, le but peut être de consommer moins d'électricité : pour l'atteindre, je me fixe l'objectif de baisser le chauffage d'un degré l'hiver prochain (verbe d'action).

La réussite en 5 points clés :
1. Déterminer la finalité et le but
Au final, qu'est-ce que je VEUX ? 
→ réduire mes dépenses énergétiques.
Comment ? 
→ en consommant moins d'électricité.
2. Formulation positive et concrète de l'objectif 
Qu'est-ce que je FAIS précisément ? 
→ Je baisse d'un degré le chauffage cet hiver.
A éviter : « je ne monterai pas le chauffage autant que l'an passé ». L'objectif est flou et formulé par la négative. Le cerveau ne comprend pas la négation : pour se mettre à l'action, celui-ci doit nécessairement passer par des formulations positives.
3. Un contexte précis
Où ? Quand ? Avec qui ?
4. Vérifier la dépendance et la durabilité
Cela dépend-il bien de moi ? 
Est-ce pour moi ou pour « faire plaisir à » ? 
Ai-je les ressources pour l'atteindre en terme de temps, d'énergie (santé) et de compétences, moyens, etc.
5. Vérifier la cohérence de l’objectif
Pour gagner quoi ? Utilité ? Valeur ? Bénéfice ?
Quelle est la cohérence par rapport à mon projet de vie ?
Pour être facile à atteindre, l'objectif doit être « auto-concordant », cela signifie qu'il doit avoir du sens pour moi et ne pas m'être imposé.
Quels avantages et inconvénients à atteindre cet objectif ?
La dynamique de réussite est simple : il suffit de vouloir et de passer à l'action. Oui, mais comment ?
En pratique...
Pour commencer, je réfléchis aux domaines de ma vie où je souhaite effectuer un changement : vie professionnelle, familiale, amicale, culturelle, sentimentale, etc.
Puis, j'écris une liste de 3 à 6 objectifs à :
  • COURT TERME → à atteindre en quelques semaines.
  • MOYEN TERME → à atteindre en plusieurs mois. 
  • LONG TERME → à atteindre en un an, ou en plusieurs années. 
Je précise l'objectif en termes sensoriels : Qu'est-ce que je verrai, ressentirai, entendrai une fois mon objectif atteint ? Je dois pouvoir imaginer cette réalisation avec mes 5 sens afin, justement, que cela prenne SENS.
Je vais chercher en moi-même l'énergie de l'envie en m'imaginant en train de raconter à quelqu'un la réussite de cet objectif → le cerveau ne fait pas la différence entre l'imaginaire et la réalité : pour un résultat efficace, la visualisation doit être précise.
En cas de difficultés
Il peut être utile de :
  • Revoir les objectifs trop ambitieux.
  • Analyser le stress, les peurs, et les croyances limitantes qui freinent la réalisation.
  • Se faire accompagner pour définir ce qui est en accord avec ses besoins profonds.
Enfin, je m'autorise à adapter, réévaluer, faire évoluer mon objectif en fonction de la situation changeante ; et, s'il le faut, à renoncer, sans jugement envers moi-même. 
Dès aujourd'hui, c'est décidé, je crée ma propre réalité en laissant le « laisser-vivre » pour tendre vers l'ACTION ! Comme dirait Camus, « il n'y a pas de honte à préférer le bonheur ».
 
Retrouvez Virginie sur son site : www.virginiemiliton.com
Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte