L’allaitement, c’est (bio)logique !

Publié le 6 août 2009 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Le lait maternel, c’est bien sûr d’abord un aliment, l’addition, dans les bonnes proportions, de lipides, glucides, protides, vitamines, oligoéléments… destinés à faire grandir et grossir le bébé, et parfaitement adaptés à son métabolisme. C’est aussi un concentré de facteurs de protection – entre autres, les fameux anticorps – qui jouent un rôle capital pour la protection de l’enfant pendant la période d’allaitement, et ont un impact à long terme, car ils favorisent la mise en place de son système immunitaire.

C’est bon pour la santé de l’enfant
Il n’est donc pas étonnant que le fait d’être ou avoir été allaité a des effets sur la santé à court et long terme. Les passer en revue dépasserait largement le cadre de cet article. Je me contenterai d’en donner deux exemples

  • Une simulation faite en France il y a quelques années estimait que si la proportion d’enfants allaités rejoignait celle de la Norvège (99 % à la naissance, 42 % à 9 mois), 8 000 cas de diarrhées à rotavirus (germe le plus souvent incriminé dans les diarrhées aiguës) et 1 000 hospitalisations pourraient être évités chaque année.
  • Une étude faite en 2007 sur 393 mères et 962 de leurs enfants adultes a montré que l’allaitement était préventif des maladies cardio-vasculaires dans la mesure où il abaissait l’IMC (indice de masse corporelle) et augmentait le taux moyen de « bon » cholestérol (HDL) à l’âge adulte.

C’est bon pour la santé de la mère
La mère bénéficie également du fait d’avoir allaité : cela diminue les risques de cancer féminin (sein, ovaires, utérus), d’ostéoporose ou de diabète. Et une récente étude vient de découvrir que si l’allaitement est bon pour la santé cardio-vasculaire future des enfants allaités, il l’est aussi pour leurs mères : portant sur près de 140 000 femmes ménopausées (âge moyen : 63 ans), elle montre que celles qui ont allaité (en moyenne trente-cinq ans plus tôt) risquent moins de souffrir de crises cardiaques, d’attaques cérébrales et de maladies cardio-vasculaires. Et plus la période d’allaitement a été longue, plus le risque diminue.

Et c’est bon pour la planète !
Le lait de femme est une ressource naturelle et renouvelable. Il est fabriqué par les mères dans les quantités exactes que réclament les bébés, sans gaspillage et sans peser sur l’environnement comme l’alimentation artificielle, qui nécessite de l’eau, de l’énergie et des emballages pour sa production, son transport et sa consommation. S’il y a bien quelqu’un qui mange « local », c’est le bébé allaité : « locavore » dès la naissance !

Pour en savoir plus, on peut consulter sur le site du ministère de la Santé la brochure sur l'allaitement

Vous pouvez également vous faire guider et aider par un consultant en lactation.

C. Didierjean-Jouveau
Articles du thème Allaitement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par sab le 31 mars 2010 à 14h48
c'est bien beau tout ça!!!

oui bien sûr c'est mieux d'allaiter. mais comme tout le reste une grande partie du processus se fait dans la tête.c'est un don de soi. il faut donc être volontaire, sûre de soi et surtout disponible. en effet, comment mettre en place une bonne lactation lorsque l'on pense à la reprise du travail (cf congé mat un peu cours), lorsque la galère du tire-lait se profile il faut être solide. de plus, je ne vois pas comment les maternités peuvent "imposer" l'allaitement alors que l'on est pas honnète avec les femmes. oui les 2 ou 3 premières semaines sont douloureuses, voire difficiles.
pour ma part j'entame mon deuxième allaitement tranquillement. je sais que si j'ai un pb je vais d'abord voir une coordinatrice de la leche league plutôt que mon médecin qui n'y connait rien (ben oui, en plus c'est un homme).

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !