Reconnaissance

Osons la reconnaissance !

Publié le 20 décembre 2013
Caroline Carlicchi accompagne, en tant que coach certifiée, les personnes désireuses de changement : évolution professionnelle, harmonie relationnelle et familiale, équilibre émotionnel, suppression de mauvaises habitudes.
© Fotolia

La reconnaissance est un moteur. Celle de vos propres mérites autant que de ceux des autres, celle que la société nous a enseigné à ne pas exprimer mais qui fait du bien à tout le monde, surtout en cette période de fêtes.

Les fêtes de fin d’année sont des moments uniques, des moments durant lesquels la tradition nous rappelle à plus de proximité avec nos proches, plus de partage et de solidarité, plus d’altruisme et de bienveillance.

Cette époque nous reconnecte en quelque sorte avec certains aspects de l’humanité que nous avons tendance à oublier, à enfouir derrière nos smartphones et autres agendas surbookés le reste de l’année. On parle de "trêve des confiseurs", comme si effectivement ces quelques jours constituaient une pause, une respiration dans l’univers belliqueux de nos quotidiens.

Pourtant, j’entends souvent certains de mes proches ou de mes clients me parler de leurs difficultés, à l’approche de Noël, à garder le sourire et bien vivre les relations avec une famille qui les étouffe, les critique, les étiquette, commente négativement leurs réalisations de l’année…

C’est pourquoi je partage avec vous un petit secret qui permettra à tous de profiter pleinement de cette trêve, de faire le plein de relations et d’interactions positives. Et, pourquoi pas, de décider d’étendre la trêve des confiseurs au reste de l’année !

Car nous disposons tous d’une ressource gratuite, immédiatement disponible et très efficace pour se sentir bien et développer des relations positives avec les autres, ce qui contribue largement au bien-être. Ce secret, le voici :

Osez repérer le positif en vous et chez les autres et soulignez-le, partagez-le, parlez-en !

Nous vivons depuis notre plus tendre enfance dans un conditionnement qui nous conduit à l’élaboration de codes non-dits régulant nos interactions, nos échanges de "signes de reconnaissance". En voici des exemples :

  • Reconnaître ses mérites et ceux des autres
    Reconnaître ses mérites et ceux des autres
    Ne demande pas les signes de reconnaissance que tu veux

Combien d’entre nous ont déjà osé demander à leur responsable ou à un proche "Je suis fier du travail que j’ai accompli sur ce sujet, j’aimerais que tu me dises que mon intervention sur ce dossier a été déterminante" ou "Je voudrais que tu me dises que tu me trouves belle" ?

Choisissez selon la qualité sur laquelle vous souhaitez que l’on vous complimente, que l’on vous remercie, que l’on vous soit reconnaissant !

  • Ne donne pas les signes de reconnaissance que tu souhaites donner

Disons-nous assez à une personne que l’on aime à quel point elle compte pour nous et ce qui la rend importante à nos yeux ?

  • N’accepte pas les signes de reconnaissance que tu veux

Combien de fois avons-nous répondu "Non, c’était rien, tu sais…" à un remerciement qui nous était adressé au lieu de l’accepter pleinement et d'en profiter comme un enfant recevant un cadeau ?

  • Ne refuse pas les signes de reconnaissance dont tu ne veux pas (signes de reconnaissance négatifs, de manipulation)

Ne nous est-il jamais arrivé de garder en tête un commentaire négatif et non fondé d’un collègue ou d’un proche ? N’avons-nous pas alors élaboré et même parfois identifié toutes les justifications possibles dans notre comportement ?

  • Ne te donne pas à toi-même des signes de reconnaissance positifs

Se dit-on à chaque fois que l’on est arrivé au terme d’un projet : "Oui là, tu as fait du bon boulot !" ?

La bonne nouvelle est que ces règles de fonctionnement archaïques sont des conditionnements. Et donc elles peuvent être dépassées et remplacées par de nouvelles croyances positives. Comment ? En se donnant la permission.

Autorisons-nous à :

  • Demander les signes de reconnaissance que nous voulons
  • Donner les signes de reconnaissance que nous souhaitons donner
  • Accepter les signes de reconnaissance que nous voulons
  • Refuser les signes de reconnaissance dont nous ne voulons pas
  • Nous donner à nous-mêmes des signes de reconnaissance positifs

Nous pouvons pratiquer, d’abord dans un aspect de notre vie où la mise en place est la plus facile : au travail, à la maison, en famille, avec les amis. Puis étendre cette nouvelle disposition relationnelle à tous les domaines, toutes les composantes, toutes les relations de notre vie.

Mes clients sont toujours stupéfaits par les résultats, l’impact significatif sur la qualité de leurs relations et la réduction de leur stress au quotidien. Je suis moi-même maintenant une pratiquante convaincue. Faites-vous ce cadeau : pendant les fêtes, pensez-y !

L'experte :

Caroline Carlicchi est coach de vie certifiée. Elle accompagne les personnes désireuses de changement personnel et/ou professionnel par la recherche de l'harmonie relationnelle et familiale, l'équilibre émotionnel ou la suppression des mauvaises habitudes.

Découvrez les deux e-books de Caroline Carlicchi :

- "Je gère mon stress ! 10 actions concrètes pour plus de sérénité dans votre vie"

- "Neurosciences et PNL : Les 9 étapes vers l'efficacité personnelle"

> Retrouvez ces conseils et une expérience de lecture optimisée dans le magazine FemininBio de décembre 2013 sur iPad.

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte