Santé

Soigner la toux chez l'enfant grâce à l'homéopathie

Publié le 23 octobre 2015
Face à la toux, pensez à l'homéopathie
Face à la toux, pensez à l'homéopathie
© Pixabay

Face à des prescriptions de plus en plus restrictives, les médecins se retrouvent démunis face à la toux chez l'enfant. Sans contre-indication et sans effets secondaires, l'homéopathie émerge alors comme une alternative intéressante.

La toux est en effet une réaction naturelle de l'organisme pour protéger les voix aériennes de la pollution, des allergies, des virus, des bactéries... mais elle devient pathologique lorsqu'elle se prolonge plus de trois semaines.
Mon enfant tousse…
Quel parent ne s'est pas déjà inquiété d'entendre son enfant tousser ? C'est d'ailleurs un motif de consultation de médecin fréquent en automne et en hiver. Il faut dire que les virus respiratoires sont l'une des principales causes de toux chez l'enfant. Un examen clinique complet, en particulier ORL, suffit au médecin pour poser un diagnostic. Il est rarement nécessaire d'aller au-delà de l'examen clinique complet, mais si la tout est chronique, elle peut indiquer une mucoviscidose ou une malformation cardiaque. Il s'agit toutefois de cas rares. 
Selon l'âge de l'enfant, la toux peut aussi être d'origine psychogène. « Avec la rentrée des classes, le stress revient chez certains enfants et les premières consultations pour toux apparaissent dans nos cabinets », souligne ainsi le Dr Monique Quillard, généraliste.
L'homéopathie, une solution contre la toux
Face à la toux chez l'enfant, les médecins sont désemparés car les recommandations de l'ANSM sont de plus en plus restrictives. « Tous les expectorants et les antitussifs sont désormais contre-indiqués chez les enfants de moins de 2 ans », précise le Dr Quillard. Heureusement, l'homéopathie et la phytothérapie ne sont pas concernés par ces recommandations.
Le traitement homéopathique de la toux se décide après un examen clinique complet et vise à traiter tant la terrain (asthme, bronchite, reflux gastro-oesophagien...) que le symptôme (toux). L'association de plusieurs souches permet de traiter le symptôme efficacement et de suivre son évolution. Les prises homéopathiques s'espacent ainsi au fur et à mesure que les symptômes s'améliorent. Il faut attendre quelques jours pour noter une réelle amélioration.
Pour être plus efficace, le traitement homéopathique de la toux se définit sur mesure selon le  facteur la déclenchant, sa tonalité, ses modalités (ce qui l'améliore ou la fait empirer) et les signes d'accompagnement (ORL ou généraux comme de la fièvre). « J'ai récemment reçu une petite Norah au cabinet, qui tousse après les séances de piscine. Là, le facteur déclenchant est le froid humide, je lui prescris Dulcamara. Mélanie a une toux rauque, j'ai penché pour Spongia, tandis que Drosera était adapté à Matéo, qui tousse en quinte le soir au coucher », illustre ainsi en pratique le Dr Quillard. 
On peut aussi opter pour des médicaments préparés, comme Stodaline sans sucre des Laboratoires Boiron. Ces médicaments associent différentes souches pour répondre aux besoins les plus larges. L'avantage de l'homéopathie, c'est que seules les souches qui doivent agir fonctionnent, les autres ne s'expriment pas. Un médicament homéopathique contre les toux sèches et grasses permet ainsi de suivre l'évolution de la toux chez le patient, car toutes les souches nécessaires sont présentes mais elles ne s'expriment pas en même temps.
 
Certaines souches ont des propriétés reconnues
Ferrum phosphoricum : otite
Spongia : laryngite
Arnica : surmenage vocal
Sticta pulmonaria : nez bouché
Belladonna, aconitum et bryonia : fièvre
 
Articles du thème Homéopathie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte