Santé

Tout savoir sur la pilule contraceptive et ses alternatives

Publié le 3 octobre 2016 - Mis à jour le 4 octobre 2016
Ancienne hôtesse de l’air en "retraite anticipée" passionnée par le développement durable, l'alimentation et la santé, reconvertie à la suite de trois années de reprise d’études à la Sorbonne et une Licence de Communication en poche. Responsable Business Développement chez FemininBio de 2015 à 2017.
Et si on s'interrogeait sur la pilule?
Et si on s'interrogeait sur la pilule?
© Fotolia

Scandales oblige, la pilule est peu à peu délaissée par les Françaises. Nombre d'entre elles optent désormais pour ses alternatives.

Apparue au tout début des années 1960 aux États-Unis, la pilule contraceptive, alors appelée "anticonceptionnelle", arrive dans les pharmacies françaises en 1963 et devient très vite l’un des emblèmes de la révolution sexuelle de 1968. Étouffées par un engouement sans précédent, les craintes scientifiques émanant notamment du docteur Ellen Grant, qui fait pourtant partie de l’équipe l'ayant mise au point, ne trouveront aucun écho. 

Cinq décennies plus tard, les Françaises en âge de procréer sont encore 41 % en 2013 à plébisciter la pilule contraceptive, contre 50 % en 2010, les affaires médiatisées des pilules de troisième et quatrième générations ayant suffi à semer le doute.

La pilule, liberté de l'organisme ?
Pour Bérengère Arnal, gynécologue-obstétricienne et auteure de nombreuses publications sur le sujet, l’arrivée de la pilule dans la vie des femmes, en partie motivée par des intérêts financiers, fut en réalité plus un asservissement qu’une libération. En collaboration avec le journaliste Dominique Vialard, le professeur Henri Joyeux, chirurgien cancérologue, s’interrogeait, dans La pilule contraceptive (2013), sur cette problématique :

"On impose à une femme trois semaines de prise quotidienne d’hormones pour neutraliser seulement cinq à six jours de fécondité". Les quantités d’œstrogènes et de progestérone synthétiques apportées à l’organisme dans le but d’empêcher la grossesse seraient en effet de 20 à 50 fois plus élevées que la quantité fabriquée naturellement par les ovaires.

Le docteur Arnal confirme que des complications sont encourues non seulement par les femmes à terrain à risque, comme les consommatrices de tabac, les femmes ayant des antécédents proches de cancers du sein ou celles souffrant d'obésité, mais également par toutes les utilisatrices.

Marion Thelliez, naturopathe spécialisée en santé intestinale, nous explique qu’ingérer des hormones de synthèse quotidiennement n’a rien d’anodin et est par essence anti-physiologique. Leur assimilation demanderait au corps un tel effort de métabolisation que le foie aurait plus de difficultés à assurer correctement ses fonctions premières d’épurateur de l’organisme.

Prendre conscience des effets secondaires
La Haute Autorité de la santé (HAS) est d’ailleurs formelle quant à l’importance de fournir une information claire sur les précautions d’emploi des contraceptions hormonales combinées.

En 2014, dans leur publication Pilule : on vous cache la vérité depuis 50 ans!, le professeur Joyeux et Dominique Vialard ont dressé l’inventaire des effets secondaires fréquents que chaque femme peut connaître : perturbation de la libido naturelle, dépression immunitaire chronique, phénomènes allergiques, candidose, anxiété, insomnies, difficultés de concentration, troubles cutanés, risques de virilisation, tensions mammaires, maux de tête ou céphalées, hypercholestérolémie, hypertension artérielle, rétention d’eau, prise de poids, tumeurs bénignes du sein, du foie, kystes des ovaires, dépression, troubles du comportement, aggravation du stress oxydant, accroissement corrélatif des risques de maladies dites de civilisation y compris les maladies auto-immunes, etc.

Quant aux risques, ils sont nombreux : thrombo-artériels et veineux, cancers du sein, etc. En août 2005, le Centre international de recherche sur le cancer classait les contraceptifs œstroprogestatifs dans le groupe des cancérogènes avérés, au même titre que l’amiante.

Pilule et découverte de la sexualité
La sexologue Catherine Solano met également en garde, dans Les trois cerveaux sexuels, contre l’impact qu'a une contraception hormonale précoce sur la découverte de la sexualité chez les jeunes filles. La pilule réduit en effet la testostérone dans le sang et les fluctuations naturelles de la libido et  "personne ne réalise l'ampleur de cette difficulté qui se révèle généralement après des années, quand le manque de désir féminin pose problème dans le couple".

Pour Bérengère Arnal, l’utilisation de préservatifs suivie de la pose d’un dispositif intra-utérin en cuivre (disponible en format "short"), dès maturation de la vie sexuelle, est la meilleure solution pour que les jeunes filles puissent s’épanouir pleinement. Pour ce qui est de l’adolescente en proie à une acné sévère et invalidante, il est possible de la soulager par traitement hormonal, en complément de soins plus naturels.

Selon la HAS, "la contraception hormonale combinée augmente de 2 à 6 fois le risque de maladie thromboembolique veineuse". C’est pourquoi il est impératif pour le docteur Arnal d’effectuer un bilan de thrombophilie afin de détecter les éventuelles anomalies génétiques de la coagulation. Elle préfère par ailleurs les pilules récentes de deuxième génération aux plus anciennes qu’elle qualifie de "préhistoriques".

Pour Milène Clichy, formatrice en Planning familial naturel et auteure du livre Vivre sa fertilité naturellement, l’enjeu est surtout d’aider les jeunes filles à comprendre et à "habiter" leur corps en transformation, à se familiariser avec les responsabilités qui en découlent de façon à ce qu’elles puissent prendre conscience, entre autres, des conséquences qu’une grossesse pourrait avoir dans leur vie.

Pilule vs environnement
Enfin, la pilule contraceptive soulève également de réelles questions au niveau environnemental. En effet, les résidus d’œstrogènes sont amenés à se retrouver dans la nature, celle-là même d’où provient notre eau potable.

Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, un perturbateur endocrinien est "une substance ou un mélange exogène possédant des propriétés susceptibles d’induire une perturbation endocrinienne dans un organisme intact", interférant ainsi avec le fonctionnement des organes responsables de la sécrétion des hormones. Il s’avère justement que les résidus d’œstrogènes agissent comme le plus puissant de ces perturbateurs et sont suspectés de favoriser la puberté précoce, le cancer de la prostate, le cancer du sein et l'infertilité masculine.

Dans le documentaire Mâles en péril, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade démontrent que les eaux usées des grandes villes sont tellement chargées en œstrogènes qu’elles pourraient non seulement causer la féminisation des poissons mâles, mais également conduire à la disparition d'une espèce sur deux, et perturber la reproduction humaine. 

Quelles alternatives à la pilule?
Quant aux alternatives envisageables, prudence! De nombreux moyens de contraception vous libéreront, il est vrai, de la prise quotidienne du comprimé, mais pas des hormones. Fabienne Beguerie, naturopathe et auteure de l’ouvrage Quelle contraception choisir, nous rappelle que le principe reliant l’implant sous-cutané et le DIU hormonal ou encore l’anneau vaginal et le patch œstroprogestatif est, à peu de choses près, le même; seule la voie d’administration diffère.

Il semble utile d'ajouter que les "bio-pilules", qui n’ont de bio que le nom car créées par synthèse, ou bien encore celles qui offrent aux femmes le "luxe" de n’avoir leurs règles que quatre fois par an voire pas du tout, sont tout simplement un non-sens d'après le docteur Arnal.

Heureusement, de nombreuses solutions mécaniques et naturelles existent. C’est le cas du préservatif masculin, du DIU en cuivre, du diaphragme et de la cape cervicale. La symptothermie est aussi une option ! Milène Clichy insiste sur le fait que la fertilité ne doit pas être vue comme un problème mais comme faisant simplement partie du quotidien du corps de la femme.

Dans les années 1980, la gynécologue Anna Flynn mettait au point une méthode d'observation des indices combinés permettant aux femmes de gérer leur fertilité de façon saine, autonome et responsable. Basée sur l’observation de la température, de la glaire cervicale et du col de l'utérus, cette alternative accessible à toutes après une courte formation permettrait de distinguer les jours infertiles des jours fertiles avec une efficacité selon elle supérieure à celle de la pilule, sans aucun effet secondaire.

Et quel bonheur de ressentir à nouveau son corps exempt de toute influence extérieure! Le Lady-Comp®, véritable moniteur de fertilité, saurait quant à lui indiquer avec précision à quelle période du cycle se situe l'utilisatrice grâce à l’étude de sa température au moyen d’un algorithme.

Prendre la pilule... avec discernement
Chaque femme devrait pouvoir choisir la contraception qui lui convient, en connaissance de cause et en adéquation avec ses convictions et son mode de vie. Il n’est pas question de fustiger la pilule mais d’apporter aux femmes matière à réflexion. Les utilisatrices convaincues doivent garder en tête qu’elles devront prendre particulièrement soin de leur hygiène de vie: ne pas fumer, drainer leur foie régulièrement, avoir une alimentation adaptée et pratiquer une activité sportive régulière.

Bérengère Arnal souligne également l’intérêt de faire des cures de vitamine B6 et de minéraux compensatoires, comme le magnésium, afin de pallier les déficiences induites par la prise de la pilule, à laquelle la femme devrait avoir recours le moins de temps possible dans sa vie. 

Comprendre et appréhender sa fertilité avec conscience, de façon à préserver santé et épanouissement personnel, n’est-ce pas là la véritable liberté? Par ailleurs, ne serait-il pas temps de donner aux hommes la possibilité de se responsabiliser davantage en matière de contraception?

​Merci à notre experte, le docteur Bérengère Arnal.

Notre dossier complet sur la contraception au naturel.

Articles du thème Contraception au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par marielo le 9 octobre 2016 à 12h13
Dr Arnal sur Paris?

Bonjour, savez vs si le Dr. Arnal propose des consultations sur Paris? Sinon avez vs des reco. de gynéco "alternative"sur Paris? Merci beaucoup! Marie-Laurence

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte