Et si on écoutait notre corps ?

Publié le 15 juillet 2010 - Mis à jour le 24 mars 2015
Fondatrice de FemininBio, directrice de collection chez Eyrolles, dingue de bio, folle de nature, de running et par dessus tout de l'évolution de la conscience de l'être humain ;-)
© Centre Tao Paris

La somato-psychopédagogie est une nouvelle discipline des médecines alternatives et complémentaires qui vise à mettre l’esprit au cœur du processus d’accompagnement d’une douleur physique. Perplexe sur les enjeux ? Rencontre avec Danis Bois, son fondateur, pour plus d’explications

 

Comment définiriez-vous la somato-psychopédagogie ?
La somato-psychopédagogie vise à créer une unité entre la dimension psychique et corporelle d’un patient. Il s’agit de travailler sur le corps pour avoir une action sur le psychisme. La méthode est descriptive. Le thérapeute ne doit pas interpréter la pathologie, mais permettre au patient de décrire son expérience et d’en retirer seul le sens.

Pourquoi le terme « pédagogie » dans l’intitulé de la discipline ?
Le patient est amené à prendre conscience de certaines choses lorsqu’il revisite son expérience au cours de la séance. Il est au cœur du soin. Le praticien n’a pas la solution au problème du patient, ce dernier l’a en soi, il doit apprendre à écouter son corps pour la trouver. Ce qui ne peut pas se dire en paroles se dit par le corps, il faut apprendre à traduire les signaux qu’il vous envoie.

Comment avez-vous développé cette discipline ?
Je réfléchissais aux causes de certains échecs de fasciathérapie que j’ai pu rencontrer au cours de ma carrière. J’ai réalisé que lorsqu’on touche au corps, on a forcément un impact sur le psychisme. C’est une importante responsabilité et nous ne sommes pas formés pour accompagner le patient qui peut vivre des émotions très fortes pendant une séance de fasciathérapie. Pour exercer correctement mon métier de fasciathérapeute, je voulais être sûr de pouvoir leur apporter ce soutien psychologique.

La somato-psychopédagogie et la fasciathérapie sont donc liées ?
Oui, sans aucun doute ! Toutes deux sont des méthodes de toucher manuel de relation. Cela signifie qu’elles mettent le patient au cœur du processus de guérison en lui faisant réfléchir lui-même sur son corps et ses expériences passées. Les deux disciplines utilisent d’ailleurs les mêmes gestes de toucher. Mais elles ne le font pas dans le même but.

Justement, à quoi sert la somato-psychopédagogie ?
C’est un accompagnement du patient pour l’aider à mieux gérer sa maladie. Elle a pour but d’améliorer la santé perceptuelle du malade. La somato-psychopédagogie ne se substitue pas à la médecine classique. Mais je pense qu’il faut privilégier une approche pluridisciplinaire de la prise en charge du patient, car les disciplines médicales sont complémentaires, aussi bien celles de la médecine classique que celles des médecines alternatives et complémentaires.

Vous voulez donc privilégier une médecine globale ?
Non, surtout pas ! Ce qui doit être global, c’est l’approche thérapeutique proposée au patient. On ne peut pas séparer le corps et l’esprit lorsque l’on soigne un malade. Mais une discipline médicale ne peut pas soigner tout, elle ne peut pas être globale. Il faut travailler sur les liens entre la médecine classique et les médecines dites alternatives et complémentaires. Aujourd'hui, je constate dans mon travail que la médecine classique s’ouvre doucement mais incontestablement aux médecines alternatives et complémentaires, c’est une chance pour le patient.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de Danis Bois

Articles du thème Médecines douces
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte