Jardiner pour se sentir bien

Publié le 27 août 2012 - Mis à jour le 26 novembre 2012

S’occuper de son jardin, ou se promener en forêt a toujours apaisé les esprits. Mais la nature fait bien plus, elle est un outil thérapeutique pour beaucoup de personnes suivant une psychothérapie.

La nature, un outil thérapeutique
La nature, un outil thérapeutique

La nature nous offre de bien belles vertus, à la fois culinaires, botaniques mais également médicales.
Différentes études montrent que la nature à un effet tout a fait bénéfique sur la santé et notre moral. Il existe des thérapies en lien avec la nature qui aident de nombreux patients.

De façon générale, les balades en pleine nature sont de réels déstressants. Mais pas seulement, elles sont également très bénéfiques à l’équilibre de l’organisme. La marche, par exemple, permet une baisse de la tension artérielle et du cortisol (l’hormone du stress).

L’hortithérapie
L’hortithérapie est une thérapie qui utilise le jardinage comme remède sur le corps, l’intellectuel, le psychisme ou encore le mental. Les canadiens et américains ont été les premiers à adopter cette thérapie. Répandue au Japon et Royaume-Uni, elle tente de se développer en Europe.
 

En France, elle est encore très peu reconnue. Différentes associations, comme Belles plantes ou encore Jardins et Santé, se battent pour développer cette thérapie. Ces associations permettent d’introduire la nature en milieu hospitalier. Elles créent des jardins thérapeutiques où les patients peuvent jardiner, soigner les fleurs et ainsi retrouver un contact avec la nature.

En effet, le jardinage est un outil de médecine très efficace. Ces bienfaits ont été reconnus scientifiquement. Il permet d’augmenter la production de vitamine D3 grâce à l’exposition au soleil et certaines bactéries présentes dans le sol sont bonnes pour notre santé.

Les jardins sont adaptés aux patients. C'est-à-dire que pour chaque maladie le jardin aura des propriétés différentes. Un jardin pour des personnes atteintes d’Alzheimer ne sera pas identique au jardin fait pour les enfants. Si chaque jardin à ses particularités, l’aménagement et la gestion  sont les mêmes. Tous permettent de stimuler les cinq sens.

  • L’ouïe par le bruit du vent dans les végétaux, par l’eau qui coule, les oiseaux qui chantent ou autres animal.
  • L’odorat par le parfum des plantes, l’herbe coupée, l’odeur du bois ou de la terre humide.
  • La vue par les couleurs des fleurs ou encore la forme des sculptures.
  • Le toucher par la  textures des plantes, les éléments utilisés (sables, caillou, copeaux de bois, galets…)
  • Le goût par la présence de fleurs comestibles et de fruits.

L’hortithérapie fait appel à des professionnels et permet aux patients de retrouver une sensation de responsabilité et de recréer des liens sociaux. Le patient oublie pendant un instant ce statut de « patient », ce qui va l'apaiser d’autant plus.

L’éco-psychologie
L’éco-psychologie, également appelée « écothérapie » associe l’écologie et la psychologie. Elle étudie l’effet de la nature sur notre équilibre psychologique. Elle démontre que la relation avec autrui est également en lien avec la nature.

L’institut d’Eco-psychologie, fondé par Théodore Roszac, écrivain, définit aujourd’hui l’éco-psychologie par 5 principes.

  1. La synthèse qui émerge entre écologie et psychologie.
  2. L’utilisation intelligente des perspectives écologiques dans la pratique de la psychothérapie.
  3. L’étude de nos liens émotionnels avec la Planète.
  4. La recherche de critères (ou normes) de santé mentale intégrant la dimension environnementale.
  5. La redéfinition de la santé en prenant en compte la planète dans sa totalité.

La nature est reconnue pour nous apporter une sensation d’harmonie, d’équilibre et une stabilité aussi bien émotionnelle que physique. Avec l’éco-psychologie les séances de thérapies ne se font pas dans le cabinet médical habituel mais bel et bien en pleine nature.

Il a également été prouvé que la nature agit sur notre moral et notre stress. En effet, une étude à démontré que des salariés ayant une fenêtre qui donne sur des arbres et des fleurs trouvent leur travail moins stressant que ceux ayant une vue sur des immeubles. Ce sentiment de bien-être est aussi ressenti par des patients. Ceux ayant un poster de paysage dans leur chambre d’hôpital sont moins stressés et se sentent mieux.

Pour beaucoup de personnes, malades ou non, s’occuper du jardin permet d’évacuer et d'oublier tout le stress accumulé ou de gérer au mieux leurs émotions. La simple présence d’arbres, de fleurs ou de prairies favorise les sentiments positifs et diminue les frustrations, la colère ou le stress. 

Alegre Lucie
Articles du thème Mon jardin bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi