Naturopathie

Les cinq rôles du naturopathe

Publié le 21 août 2007 - Mis à jour le 27 novembre 2012

Très éloigné d’une conception médicale de «soignant» ou d'interventionniste, le praticien de santé naturopathe se réclame d’un idéal humaniste : participer à la croissance globale de l’être au service du bien-être de tous et de l’environnement.

Les cinq rôles du naturopathe
Les cinq rôles du naturopathe

L’antique origine essénienne du mot Thérapeute correspond à «bon compagnon sur le chemin de la santé» ou bien, pour d’autres traducteurs, «celui qui prend soin de l’Etre». A partir de là, le naturopathe développe sa pratique en gardant toujours comme objectif «le meilleur pour l’Homme».
 
 
Les rôles du naturopathe :
 
La prévention : Il s’agit essentiellement de prévenir activement les maladies par une hygiène de vie optimum. Les pouvoirs publics peuvent trouver ici une rapide solution au drame de la Sécurité Sociale. Un corps de professionnels de « l’écologie de la santé préventive et de la qualité de vie » existe en France et ses actions se situent bien en amont de la maladie, solutionnant de nombreux troubles «de civilisation», dont les traitements coûteux en aval, ruinent les caisses de l’État !
 
 
  
L’éducation sanitaire : Elle doit s’opérer principalement via les médias spécialisés ou non (presse, conférences, séminaires, salons, congrès) et au plan de l’individu (consultations). L’information est aussi proposée dans les écoles, les lycées et les entreprises.
 
 
Cette « pédagogie de santé populaire » tend à rendre la personne plus consciente et plus libre, responsable et autonome dans sa vie propre comme dans sa dimension de citoyen (écologie, épanouissement socioculturel).
 
 
 
La complémentarité d’action avec les corporations médicales (diagnostic toujours posé par un médecin, respect des traitements médicaux en cours, connaissance de la sémiologie d’exclusion faisant renvoyer au corps allopathique tous les cas graves ou suspects) est essentielle.
 
 
Donc humilité, conscience des limites et des compétences au service de la vie et de la santé authentique appartiennent à la rigueur de la déontologie du praticien de santé naturopathe.
 
 
 
Le respect et la stimulation de la régénérescence chaque fois que l’énergie vitale s’avère suffisante (par une simple réforme individualisée des habitudes de vie et la mise en oeuvre de cures naturopathiques). C’est l’art de révéler et d’accompagner le “Médecin intérieur” cher à Hippocrate, et les prodigieux pouvoirs d’autoguérison qui sommeillent en chacun...
 
 
 
L’accompagnement de la croissance de chacun : Soucieux des richesses créatrices, intellectuelles ou spirituelles latentes, le praticien accompagne au mieux le développement du potentiel de chacun. Ses objectifs de qualité de vie et d’harmonie participent ainsi à la construction d’une société faite d’individus «bien dans leur corps, bien dans leur assiette, et bien dans leur cœur et leur tête» (naturopathie «holistique»). Un «devoir de cohérence» fait aussi que le naturopathe s’applique personnellement à vivre et pratiquer au mieux ce qu’il enseigne.
Daniel Kieffer
Articles du thème Naturopathie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !
A lire aussi