Pesticides ? Nos enfants n’en ont pas besoin pour bien pousser !

Publié le 19 mars 2012 - Mis à jour le 26 novembre 2012

Le groupe Léa Nature participe à la 7ème Semaine des Alternatives aux Pesticides en braquant les projecteurs sur l’exposition prénatale aux pesticides. L’intoxication commence bien avant la naissance.

Pesticides ? Nos enfants n’en ont pas besoin pour bien pousser !
Pesticides ? Nos enfants n’en ont pas besoin pour bien pousser !

Sous le slogan « Pesticides ? Nos enfants n’en ont pas besoin pour bien pousser ! », le groupe Léa Nature et sa marque Jardin BiO’ lance une campagne de sensibilisation pour interpeller le futur Président de la République et l’opinion publique. La présence de résidus de pesticides dans l’organisme, à tous les âges de la vie, sont des facteurs de troubles de la santé. Il est urgent d’agir, car la pollution est telle qu’un enfant est exposé aux pesticides bien en avant sa naissance.

Des pesticides dans le placenta de toutes les femmes

Chercheuses à l’université de Grenade, en Espagne, le docteur Maria José Lopez Espinosa a démontré que les enfants sont en contact avec les pesticides dans le ventre de leur mère. Elle a trouvé au moins un type de pesticide dans le placenta des 308 femmes enceintes espagnoles qui ont participé à l’étude et qui ont ensuite donné naissance à des enfants en bonne santé entre 2000 et 2002.

Alors qu’elle cherchait la présence de 17 pesticides organochlorés, qui sont aussi des perturbateurs endocriniens, elle a observé que le placenta des femmes contenait en moyenne 8 substances chimiques différentes, et parfois jusqu’à 15. Les pesticides les plus fréquents sont le 1,1-dichloro-2,2 bis (p-chlorophényl)-éthylène (DDE) à 92.7%, le lindane à 74,8% et l’endosulfan-diol à 62,1%.

Selon Maria José Lopez, «on ne connaît pas réellement les conséquences d’une exposition aux pesticides perturbateurs du système endocrinien chez les enfants, mais on peut prédire qu’ils sont susceptibles de provoquer de sérieux effets puisque l’exposition du placenta se produit à des moments clés du développement embryonnaire».

Tout reste à faire

En dépit des recommandations du Grenelle de l'environnement (qui prévoit de réduire de 50% l'usage des pesticides, de retirer du marché les pesticides les plus dangereux, d'augmenter la Surface Agricole Utile en bio), la France est encore aujourd'hui le premier pays européen utilisateur de pesticides (selon l’association Générations Futures). Un chiffre éloquent : chaque année, la France utilise pas moins de 65000 tonnes de pesticides dont 90% concernent l’agriculture. Un chiffre impressionnant qui fait de la France le premier pays européen consommateur de pesticides.

Groupe Léa Nature
Articles du thème Développement durable
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte