Gluten

L'intolérance au gluten, une épidémie ?

Publié le 20 janvier 2015
Laurence Salomon a créé le restaurant Nature & Saveur et en a tenu le piano pendant plus de 12 ans. Aujourd’hui, elle se consacre au conseil et à la formation à travers son centre pédagogique Cuisine Originelle®, tout en poursuivant l’écriture de ses livres.
© Pixabay

Depuis quelques années, beaucoup de personnes ont attribué au gluten l'origine de leurs maux. Comme dit le dicton, « il n'y a pas de fumée sans feu » et cette montée en puissance d'allergie au gluten plus ou moins fondée est multi-factorielle.

Ces 60 dernières années ont vu le remplacement, dès l'après-guerre, des moutures à la meule de pierre par celles au cylindre beaucoup plus productives (environ 40 kgs à l'heure pour une meule contre plusieurs tonnes en cylindre). Or, le cylindre, conçu pour faire des farines blanches, élimine le germe de blé. De plus, ces farines trop raffinées constituées d'amidon et de gluten ne contiennent plus l'assise protéique, première enveloppe interne riche en enzymes et minéraux, favorisant par synergie une meilleur assimilation de l'ensemble des constituants.

L'attirance pour la baguette blanche a progressivement remplacé l'usage du levain par celui de la levure. Or la fermentation alcoolique rapide de la levure ne permet pas la lente fermentation lactique du levain qui a la faculté de 'prédigérer' le gluten. Pour compenser l'inertie de ces farines blanches démunies de leurs précieux éléments nutritifs, l'agro-industrie a cherché a faire des farines de plus en plus riche en gluten pour créer des blés 'buble gum' aptes à lever plus facilement. Au passage, on s'est mis à « sur-saler » le pain, à ajouter des améliorants et autres adjuvants, pour compenser aussi le manque d'arômes de ces farines « sur-raffinées ».

Le blé étant de loin la céréale à gluten la plus panifiable, elle est devenu omniprésente dans l'alimentation en évinçant les autres céréales telles que l'orge, l'avoine, le seigle, que nos ancêtres consommaient régulièrement. Or « c'est la dose qui fait le poison » et en ayant tué la diversité céréalière, on a forcément été dans l'excès de consommation de blé ; de blé « dénaturé », raffiné à outrance et utilisé pour fabriquer biscuits, viennoiseries, brioches, cakes, pains de mie et autres productions industrielles qui ne sont souvent pas en accord avec le vivant qui est en nous.

Un des facteurs de cette épidémie d'allergie au gluten est aussi la croyance. La croyance forte véhiculée sur la nocivité de cet aliment a créé à elle seule un effet nocebo tellement puissant, que certaines personnes, convaincues de ce fait, réagissent par des somatisations ou lui attribue l'origine de leur maux, alors que le problème ne se situe pas là.

Lire aussi : 
Faut-il supprimer totalement le gluten ?

Le gluten, qu'est-ce que c'est ?

 

Retrouvez les conseils et les recettes de Laurence Salomon sur Le Coach Minceur Bio

Articles du thème Sans gluten
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par love83 le 18 mars 2015 à 20h56
C'est drôle

"Les gens" ne savent pas. "les Gens" somatisent. "leurs problèmes n'est pas là". on croirait un docteur. Euh... en fait "les gens" ils ont quand même un avis et un ressenti sur ce qu'il leur arrive. et si "les gens" s'enquiquinent à éviter le gluten, c'est qu'ils sentent la différence. Julien Venenson conseille d'éviter absolument l'avoine à ceux qui ont une sensibilité au gluten.
bonne recherche sur le gluten

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte