Mal-digestion

Mal-digestion et ballonnements

Publié le 17 décembre 2014 - Mis à jour le 11 septembre 2015
Dermatologue, ancien Chef de Clinique en Endocrinologie-Nutrition, le docteur Paul Dupont est l'auteur de nombreux ouvrages en relation avec une approche scientifique et documentée de la Médecine Naturelle.
Il n’y a pas une seule cause précise à la maldigestion, mais des dizaines, tant cette fonction est complexe.
Il n’y a pas une seule cause précise à la maldigestion, mais des dizaines, tant cette fonction est complexe.
© Oemine

Il n’y a pas une seule cause précise à la maldigestion, mais des dizaines, tant cette fonction est complexe. La fonction digestive mobilise tout le tube digestif, toutes les glandes qui lui sont associées. Mais elle dépend aussi du système nerveux parasympathique qui est involontaire et autonome, et du système lymphatique lié lui-même à l’immunité.

Il y a donc de nombreuses raisons à l’origine de la maldigestion. Car le moindre dysfonctionnement du système nerveux, de la lymphe, des glandes ou des fonctions de l’intestin lui-même retentira sur notre capacité à digérer. Ainsi peut-il arriver à tout le monde de mal digérer, soit en permanence, soit de manière ponctuelle, notamment lors des repas de fêtes.  
Les causes de la mal-digestion 
De manière succincte, les causes principales sont : 
-Le mauvais état buccodentaire, conduisant à une mastication insuffisante. 
-Le fait de manger trop vite et de ne pas insaliver correctement les aliments, qui contribue à diminuer l’apport en amylase destinée à digérer les amylacées (pain, riz, céréales, pommes de terre).
-Le stress qui noue l’estomac, perturbant ainsi le transit du bol alimentaire. Le stress bloque aussi les sécrétions gastriques, la bouche et l’intestin sont « secs »  avec un manque d’enzymes pour digérer.
-Les repas trop lourds pris dans une ambiance sédentaire, et qui plus est en regardant la télévision. Lorsqu’on regarde par exemple des images stressantes ou que l’on apprend de mauvaises nouvelles, cela perturbe la satiété, conduit à engloutir sans aucune satisfaction. 
-L’excès de nourriture ou les repas trop rapprochés. Le surplus d’aliments dilate l’estomac, et ne peut pas être bien digéré. Et si les repas sont trop rapprochés, le duodénum est constamment sollicité et les sécrétions enzymatiques n’ont pas le temps de se régénérer.
-Une nourriture trop acide, car elle peut favoriser les fermentations. 
Aérogastrie et ballonnements
Selon les cas, la maldigestion va entraîner un gonflement rapide de l’estomac, et on parle d’aérogastrie. Comme la poche à air de l’estomac est proche du cœur, elle peut par simple compression créer des palpitations. 
Sinon ce sont des ballonnements qui vont s’étaler dans les deux heures qui suivent la digestion, avec ou sans borborygmes, flatulences, et douleurs. Le ventre gonfle, ce qui oblige à desserrer la ceinture. Et à la longue le ventre se dilate en permanence.
Eviter la mal-digestion
En phytothérapie, il existe plusieurs plantes utiles pour éviter la maldigestion : nous citerons les « 4L » : Lavandula, Laurus, Leonurus,  Levisticum. Elles peuvent être utilisées sous forme d’hydro-alcoolats de teintures (HATM).
Lavandula officinalis HATM : Cette plante est connue pour ses vertus calmantes et cicatrisantes. Prise en fin de repas, elle aura un effet apaisant utile chez les personnes stressées. 50 gouttes dans un verre d’eau tiède lors des 2 repas, par périodes de 8 jours, en période de Stress.
Levisticum officinalis HATM : Cette plante est un excellent digestif pour les personnes qui ont des difficultés à digérer les féculents et les céréales. Elle active les enzymes et les sécrétions biliaires et pancréatiques. 50 gouttes dans un verre d’eau tiède lors des 2 repas, par périodes de 15 jours, notamment pour mieux digérer les amylacés.
Laurus Nobilis HATM : C’est une plante digestive contre les ballonnements, et un régulateur de la flore intestinale, car il lutte contre la dysbiose (déséquilibre du microbiote intestinal). 50 gouttes dans un verre d’eau tiède lors des 2 repas, par périodes de 15 jours, notamment si l’on a des flatulences.
Leonurus cardiaca HATM : C’est une plante digestive contre le gonflement de l’estomac et les troubles neurovégétatifs. A associer à Lavandula. 50 gouttes dans un verre d’eau tiède lors des 2 repas, par périodes de 8 jours en période de Stress.
Si l’on ne veut pas prendre d’alcoolatures, il est possible aussi d’utiliser un complément qui agira sur la fonction enzymatique : Oemine DIGEST. Il s’agit d’une association d’anis et d’orge germé, qui est destinée à renforcer l’apport en amylase. Avec du calcium marin alcalinisant qui favorise la digestion des amidons au niveau du duodénum.  
Articles du thème Naturopathie
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte