Santé

"Boire du vin naturel, c'est tout simplement meilleur, objectivement"

Publié le 3 octobre 2017
Le vin bio représente près de 9% de la consommation en France
Le vin bio représente près de 9% de la consommation en France
© Pixabay

Nombre d'amateurs de vin n'osent pas encore franchir le pas des crus cultivés en bio ou en biodynamie. Antonin Iommi-Amunategui est l'un des défenseurs du vin naturel les plus fervents et les plus éclairés. Et il s'est donné pour mission de les convaincre...

Pesticides, sulfites et autres additifs non mentionnés sur l'étiquette... Les amateurs de vin ne peuvent l'ignorer : l'immense majorité des bouteilles du précieux nectar sont loin de ne contenir que des raisins fermentés. Une étude de Que Choisir, publiée en 2013, démontrait même que l'on retrouve, dans certains crus, jusqu'à 14 produits toxiques différents, dont certains sont interdits en France. Leur consommation a augmenté de 10% en 2016, les vins naturels grapillent donc du terrain... mais ils font encore peur à certains palais. Pourtant, au-delà même de l'aspect sanitaire qui apparaît plus qu'évident, les arguments des défenseurs du vin bio sont éloquents. Antonin Iommi-Amunategui a en tout cas achevé de nous convaincre. 

Comment décririez-vous les atouts gustatifs du vin naturel par rapport au vin conventionnel ? 
"Le vin naturel est essentiellement surprenant ; il bouscule nos habitudes gustatives. L'effet de surprise est à peu près garanti quand on goûte un vin naturel pour la première fois : les arômes peuvent être simultanément plus nets et plus rustiques, par exemple. C'est déstabilisant. Attention, il n'y a pas de règle absolue, le vin naturel n'est évidemment pas uniforme - contrairement à ce que disent souvent ses détracteurs. Mais cet élément de surprise est réel, récurrent. Et très vite, on y prend goût, on le recherche. Ce qui nous surprend, en fait, c'est peut-être cette authenticité des vins naturels, liée en bref à l'absence d'additifs et autres techniques correctrices ; une authenticité perceptible et réjouissante.

A lire sur FemininBio : Le vin bio est-il meilleur pour la santé

Comment convaincre un palais trop habitué aux vins conventionnels de passer au vin naturel ?
Le vin naturel n’est pas forcément charmeur - faussement charmeur comme peuvent l’être les vins industriels. Il faut parfois faire un pas vers lui, faire ce petit effort pour le comprendre, et comprendre en quoi et pourquoi il est différent de la masse des vins standardisés, ces vins qu'on a toutes et tous eu l'habitude de boire au départ, tant et si bien qu'on a fini par croire que c'était ça le vin... Mais non, un autre vin est possible, libéré de cette camisole chimique ; et c'est passionnant de le découvrir.

Trouve-t-on des "grands crus" parmi les vins naturels ?
D'abord, les "grandes" appellations, les "grands" crus, tout cela relève en bonne partie du marketing pur et simple. On le sait, beaucoup de terroirs réputés le sont parce qu'ils étaient par exemple plus facilement accessibles, et favorisaient donc le commerce, à une époque où on avait moins de moyens de transport qu'aujourd'hui. Il ne faut donc surtout pas jurer que par les "grandes" appellations. On peut trouver des vins formidables partout, y compris sur des aires d'appellation peu réputées. Ensuite, même les meilleurs "grands" crus aujourd'hui se rapprochent du vin naturel : avec une viticulture souvent bio ou biodynamique, et une vinification peu interventionniste. Pour la plupart, les meilleurs vins du monde - par là j'entends les plus réputés, pas ceux que moi je préfère - sont a minima bio. Le domaine de la Romanée-Conti en Bourgogne, par exemple, dont les bouteilles frôlent parfois les 5000 euros l'unité, est en biodynamie depuis 2007... Boire bio, boire naturel, c'est le sens de l'histoire, bien sûr ; mais c'est aussi tout simplement meilleur, objectivement. 

Trouve-t-on des vins bio de bonne qualité au supermarché ?
A priori on peut trouver des vins bio corrects partout. Mais pourquoi aller se tromper 9 fois sur 10 au supermarché, quand on peut aller chez son caviste indépendant et tomber juste, grâce à ses conseils, 9 fois sur 10 ? En plus, acheter chez un caviste c'est encourager le petit commerce de centre-ville, contribuer à renforcer ce maillage social essentiel. En bref, c'est tout bénéf."

Et si on ne trouve pas de bons conseils près de chez soi, reste Internet et notamment ces trois cavistes recommandés par Antonin Iommi-Amunategui : Vinnouveau.fr, Lacavedespapilles.com et Vinisat.com

Côté producteurs de vin naturel, on peut aussi lui piquer ses références
C'est difficile et toujours compliqué de faire des podiums de vigneron-ne-s... J'aime citer deux vignerons qui sont, selon moi, à la fois des piliers et des modèles dans ce mouvement du vin naturel : Gilles Azzoni (Ardèche) et Jeff Coutelou (Languedoc). Mais il y a des centaines de vigneronnes et de vignerons naturels passionnants aujourd'hui, littéralement : des centaines.

Antonin Iommi-Amunategui est auteur et éditeur chez Nouriturfu ("maison d'édition et d'événements qui s’avalent").
Pour en savoir davantage sur les vins naturels, ruez-vous sur son "Manuel pour s’initier au vin naturel", aux éditions de l’Epure.
Notez que les amateurs de vins naturels ont rendez-vous à Lyon les 4 et 5 novembre au Salon "Les pavés sous la vigne".
Enfin pour en savoir encore plus sur les origines du vin naturel, procurez-vous "Skin Contact - Voyage aux origines du vin nu", par Alice Feiring, "papesse du vin naturel", aux éditions Nouriturfu. 

L'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

A lire sur FemininBio : Conseil de pro pour choisir un vin moelleux pour les fêtes
 

Articles du dossier Produits toxiques : comment les remplacer ?
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !