Alimentation

Cancer du sein : changer d'alimentation

Publié le 14 août 2015
Formée aux massages et au Feng Shui, responsable d’un espace bio de bien-être. Dans ma vie 2.0, j’ai fait de belles rencontres et partagé sur la toile mes passions, mes coups de gueule et mes coups de main. Biotiful green, sustainable kindness & cyber active !
Les crudités sont essentielles à une alimentation saine
Les crudités sont essentielles à une alimentation saine
© Fotolia

Faire attention à ce qu'il y a dans son assiette, une clé santé essentielle, notamment après un cancer du sein. Sonia témoigne.

Il m’a fallu plusieurs années, plusieurs essais et un cancer pour en arriver à une routine à la fois bienfaisante, gourmande et pas trop contraignante.
Une alimentation raisonnée et raisonnable. Une alimentation qui préserve la santé mais aussi le goût et le plaisir. Sans tomber dans les extrêmes ni les excès. Il s’agit de nourrir mon corps afin de lui apporter les nutriments indispensables à son bon fonctionnement. 
Le problème est que dans nos sociétés de trop de choix, de consommation, de tout rapide, mais aussi d’agriculture et industrialisation aberrantes,  on ne s’alimente plus, on mange pour remplir son estomac le plus souvent de choses inertes qui n’apportent pas grand chose à part un sentiment de satiété temporaire. En manque l’organisme en demande, réclame encore et encore. On mange trop, tout et n’importe quoi.
Des régimes à foison
Avant d’arriver à mon équilibre actuel, j’ai testé un tas de "régimes" et de courants alimentaires : végétarisme, puis ne trouvant pas de solutions à un problème de poids, j’ai tenté des régimes farfelus protéiniques. J’ai aussi étudié la question de  l’alimentation en lien avec les groupes sanguins du Docteur Peter J. D’Adamo. J’ai fréquenté des ateliers naturo et de crusine -adeptes de l’alimentation crue, dite vivante- et pratiqué jeûne courts et detox plus ou moins longues.
Un cancer plus tard et quelques fâcheuses conséquences collatérales, après recherche et détection d’une candidose et d’intolérances alimentaires, je me suis décidée à suivre et respecter de nouvelles habitudes alimentaires qui tiennent compte de mes spécificités, des intolérances, de quelques conseils –mon médecin chinois et homéopathe- et bien sûr du bon sens et de mes goûts.
Les naturopathes, mais aussi des médecins comme David Servan-Schreiber, Richard Béliveau ou le Professeur Henri Joyeux,  s’accordent à dire que la santé passe par une alimentation à tendance végétarienne et crue, c’est-à-dire à la fois vivante et engendrant le moins de déchets métaboliques possible.
Ma nouvelle routine dans l'assiette
En résumé et pour t’expliquer ma routine, j’applique la règle des 80-20 sur plusieurs plans :
- 80% de mon alimentation est végétarienne et 20% de source animale. 
- 80% de ce que je mange est cru ; salades, fruits, jus de légumes et de fruits par extraction à froid,  graines germées,… 
- Et seulement 20% est cuite, soupes, légumineuses, légumes à la plancha ou au wok, …
80% du temps je prends des repas simples, c’est à dire des salades, des soupes, des jus frais extraits à froid. J’évite les sauces et les cuissons longues ou à fortes températures. Je garde 20% pour les jours fastes, ou quand je ne peux pas faire autrement – dîners en ville ou  lors de mes déplacements professionnels-
Place à la médecine chinoise
En médecine chinoise on dit qu’un repas pris en bonne compagnie et dans un esprit de "tête" est métabolisé différemment. Pour cette raison, on peut faire des excès à ces occasions sans conséquences. Mais il ne s’agit pour autant de faire la fête tous les jours. En diététique chinoise on conseille de ne pas dépasser 6 repas "festifs" par mois.
A la question "que dois-je éviter dans mon alimentation pour me donner plus de chance de guérir ?" mon praticien en médecine chinoise m’avait recommandée de ne plus manger de charcuterie car elle contient des nitrites - essaye donc de trouver un pâté ou du jambon sans conservateurs. En parallèle il m’a aussi conseillée de manger bio le plus souvent possible et boire une eau saine.
La règle des 80-20 s’applique aussi pour le bio. Pour ne pas tomber dans le tout contrôle, je me nourris de légumes et de fruits bios, le plus souvent possible. Mais si l’on me sert des légumes non bios, je les mange aussi. Le bénéfice des végétaux étant plus important que le risque des pesticides. Il suffit de bien les laver, voire les brosser. En laissant tremper légumes, fruits et salades dans de l’eau mélangée à du vinaigre blanc et du bicarbonate 15 mn, on élimine les bactéries et la majorité des pesticides.
Zoom sur l'eau
Pour ce qui est de l’eau, j’ai fait plusieurs tentatives et expériences avant de trouver la solution la plus pratique et la moins onéreuse. J’ai commencé par utiliser de l’eau de source en bouteille pour ma boisson et aussi pour la cuisson. J’ai abandonné cette solution parce que trop de déchets plastique et risque de transfert bisphénol A. Je suis ensuite passé aux carafes filtrantes qui reviennent chères et qui ne filtrent pas grand chose. 
Récemment j’ai découvert les filtres à carbone que l’on installe à même le robinet, qui débarrassent l’eau de la plupart des pesticides, métaux lourds, hormones, bactéries, calcaire, chlore…  jusqu’à 99% d’entre eux.
Un seul filtre s’utilise 6 mois (ou 1500 litres) et coûte moins de 50€ dans les magasins bios. Pas besoin d’être plombier pour l’installer, c’est d’une simplicité enfantine. Avec ça je lave et je cuits fruits et légumes. Cette eau sert à la préparation de toutes mes boissons froides ou chaudes et toute la famille en profite.
80% de mes aliments sont frais. Très peu de conserves ou de produits congelés et encore moins transformés et industrialisés. Un médecin homéopathe-oncologue, m’avait dit un jour "Ne mangez jamais ce que votre grand-mère n’a pas connu". Dans mon cas ma grand-mère a éprouvé les boites de conserves et le congélateur, la sienne peut-être pas, en tout cas l’idée est là. D’où l’adage… "Don’t eat anything your great grandmother wouldn’t recognize as food"
Quelques exceptions à la règle des 80-20 et autres conseils...
Il y a  des composants que je traque, ce sont là les seuls pour lesquels  je suis intransigeante.
- J’évite le sucre. Pour des desserts qui doivent rester exceptionnels, je préfère le sucre de fleur de coco à indice glycémique bas, en deuxième choix le sirop d’agave. Le Miel, d’acacia de préférence, est utilisé pour le soin. Encore mieux le miel Manuka, très cher à  prendre en petites doses comme un médicament pour ses nombreuses vertus. "De nombreuses études montrent que le boom de la consommation de sucre contribue à l’épidémie de cancer" écrivait ainsi David Servan-Schreiber.
- Je ne consomme pas de plats contenant des aliments pour lesquels on m’a détectée des intolérances. D’ailleurs je te suggère de faire un test sanguin pour vérifier si oui ou non tu fais des allergies ou intolérances, et si oui lesquelles. Il n y a pas forcément de signes très visibles, souvent ce sont tout au plus des gênes et un certain inconfort qui passent presque inaperçus, car ils finissent par faire partie de ton quotidien et que tu finis par t'y habituer, ballonnements, digestions lentes et difficiles, problèmes de sommeil… que l’on traite très localement alors que la raison en est plus globale.
- Je ne mange pas de soja, ni de houblon, de fenouil, de sauge… pour leur teneur en phytohormones. A proscrire dans le cas d’un cancer hormono-dépendant.
- Je respecte l’équilibre acido-basique : par exemple j’accompagne systématiquement une viande d’une bonne salade verte et de crudités.
- Pour le confort digestif et intestinal, je commence les repas par le cru et je le poursuis par le cuit. Les fruits sont mangés en dehors des repas. Je n’associe jamais féculents, farines et fruits crus. 
- Je privilégie le citron et le vinaigre de cidre pour l’assaisonnement. Je choisis des huiles riches en Omega 3 et 9 (olive, colza, noix, …)
- Le peu de vin que je bois - uniquement dans le partage – est pris lors d’un repas pour éviter la montée glycémique et la fermentation.
- Je ne prends que du thé vert bio, 3 tasses maximum par jour.
Comme tu peux le voir, je préfère parler d’une alimentation santé plutôt que d’une alimentation "anti-cancer". Un régime hypotoxique n’est pas dogmatique ni restrictif. Ce n’est ni contraignant, ni frustrant, ce sont simplement des habitudes alimentaires, une hygiène de vie qui s’inscrivent dans le long terme. C’est le résultat d’années de questionnement, d’investigations personnelles, et d’expériences. Un apprentissage lent qui me permet aujourd’hui de me sentir bien, mieux et surtout ce qui m’aide à guérir. N’oublie pas que ton ventre est ton deuxième cerveau, sinon le principal !  
Conseils pratiques...
... Pour vérifier ses intolérances alimentaires.
- Pratiquer un test sanguin à Paris, directement par le laboratoire Zamaria dans le 16e.
- En région parisienne ou province, faire pratiquer le prélèvement sanguin par un laboratoire près de chez soi et faire envoyer les échantillons au laboratoire Zamaria. Compter env. 200€ pour le test de 200 aliments les plus courants. Non remboursé par la CPAM.
... Pour vous faciliter la vie au quotidien
- Boites en verre avec système de conservation sous vide. Laver, éplucher, découper et conserver fruits et légumes pour la semaine. Conservation de très bonne qualité et un temps précieux gagné au quotidien. (Foody Food ou Foodsaver®)
- Un appareil à soupe tout en un : un seul ustensile pour à la fois cuire en dessous de 100° et mixer les légumes. Une sonnerie vous avertie quand la soupe est prête.
-Un extracteur à fruit ou à défaut un simple mixer mais pas de centrifugeuse qui "chauffe" le jus. 
- Autre alternative, les jus extraits et stabilité par haute pression à froid dans le commerce, mais encore difficile à trouver et assez chers.
- Les jus du commerce sont souvent pasteurisés, et par ce procédé perdent tout intérêt, à proscrire. 
... Lectures pour aller plus loin
Les Aliments contre le cancer, de Richard Béliveau 
4 Groupes Sanguins, 4 Modes de Vie, du Dr Peter J. D'Adamo 
Changez d'alimentation, du Pr Henry Joyeux

>> Pour une lecture optimisée, retrouvez cet article dans votre magazine iPad de l'été 2015

 

Articles du dossier Sein de corps et d'esprit
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte