Féminité

Le "Y" : notre entrejambe, ce sujet si tabou

Publié le 30 janvier 2018
© Lisa Salamandra

En tant qu'artiste explorant la féminité dans son oeuvre, Lisa Salamandra lance un vibrant appel à la célébration de notre féminin, à travers la célébration des lignes de notre entrejambe.

Ceci est mon « Y » ; c’est mon entrejambe féminin ou en anglais, my Crotch.

Lors d’un voyage en Inde, des regards posés sur mon « Y » ont fait naître une réflexion longue de seize ans sur cette synecdoque de la femme. Car j’y ai découvert que de laisser apparents ces simples lignes qui soulignaient mes formes était perçu comme impudique, voire indécent. Ce « Y », asexuel, unisexe même, m’est devenu du coup surprenant et paradoxal ; car en Inde, il ne devait pas se montrer, on le cache, on le voile.

A lire aussi : Réveillons le féminin sacré

De retour dans l’atelier, j’ai déployé le « Y » de la femme à travers quarante-huit toiles. Cette région si connotée, chargée, sexuée, réduite, du corps féminin devient sous les auspices de mes « Y » : une feuille, un labyrinthe, le ciel divisant deux parcelles de forêt.

Pour moi, le « Y » symbolise les lignes, les plis, et les intervalles de ces parties du corps. Dans ma peinture, son « tracé », comme le dirait Paul Klee, « se fait révélateur ».

Qu’il soit enflammé, éclairé, protégé, ciblé, « pointé » du doigt, voilé, ou en pleine lumière : « Il est ce que la femme choisit au gré des jours ».

A lire aussi : Renouer avec notre féminin sacré

Je cite Abnousse Shalmani, qui a signé le texte du catalogue d’exposition de Crotches en 2017. :

« A l’image de cet Y que dessinent nos sexes, elle multiplie le regard, elle représente les milles chemins des femmes. Son entre-jambe n’est plus réduit au désir ou à la maternité, il n’oscille plus entre le licite et l’illicite, il n’est plus la prison des femmes, l’origine de sa servilité ou de sa faute. Il se pare de tous les possibles, il est politique, organique, sexuel, onirique, végétal, sombre, joyeux, animal, d’acier ou de rêve. »

Mes « Crotches » proposent une panoplie de facettes, des représentations métaphoriques et symboliques, de la femme. Mon dévoilement évoque l’enfermement, le plaisir, la maternité, le mystère … force et fragilité… de la femme. Il parle d’elle en tant que contenant, vaisseau, patriote.

Le « Y » tel un emblème.

Regardant l’être féminin comme « multiple » ; c’est la plasticité de son caractère que je veux exprimer par sa figure ; ainsi je pourrais la voir comme étant « illimité ». Cette notion résonne fortement au sein de mon être ; je pourrais appliquer cette idée à ma propre vie, celle de femme et de petite fille que jadis j’ai été. Elevée, sans équivoque de genre, avec la notion que tu peux devenir ce que tu veux.

Telle une féminité choisie.

Pour aller plus loin : le site de Lisa Salamandra

Articles du dossier Parlement du Féminin 2017
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !