Montessori

KOKO Cabane : interview d'Emmanuelle Opezzo

Publié le 12 septembre 2013
Curieuse de tout, piquée d'écriture. Ex-responsable édito de FemininBio, blogueuse empathique aimant raconter la vie des autres @parisbylight.
Apprendre par le jeu au centre KOKO Cabane (Paris 11ème) / © Emmanuelle Oppezzo
Apprendre par le jeu au centre KOKO Cabane (Paris 11ème) / © Emmanuelle Oppezzo
© Emmanuelle Oppezzo

Koko Cabane, le premier espace parisien axé sur la pédagogie Montessori, a ouvert ses portes en juin 2013. Ce lieu d'un genre nouveau a déjà conquis le coeur des parents à la recherche de pédagogies innovantes pour leurs enfants. Interview d'Emmanuelle Opezzo, instigatrice de ce joli projet.

Situé dans la 11ème arrondissement de Paris, KOKO Cabane est un espace dédié à la pédagogie Montessori qui offre aux parents et enfants la possibilité de participer à des ateliers pédagogiques qui éveillent. 

Qu'est-ce qui t'a menée à la pédagogie Montessori ?

Mon statut de maman. Mais je crois surtout que c'était mon chemin, car la rencontre s'est faite de manière fortuite, et pourtant ce fut comme une évidence. A la première lecture, je me suis dit "c'est ça !".

Quelles sont les différences majeures avec une pédagogie ordinaire ?

La pédagogie Montessori se différencie d'abord par sa nature : il s'agit d'une anthropopédagogie, c'est-à-dire qu' elle se base sur la connaissance scientifique de l'espèce humaine pour répondre  aux lois naturelles de développement de l'enfant.

Elle part du postulat que le petit de l'homme dispose d'un potentiel intrasèque qui se développera de manière optimale si l'environnement est adapté à ses besoins du moment. L'enfant va alors naturellement puiser les ressources nécessaires à son développement, qui est essentiellement sensoriel jusqu'à 6 ans – l'enfant "absorbe" son environnement. La préparation de l'environnement par l'adulte est donc essentielle.

La pédagogie se différencie également par ses objectifs. Contrairement au système scolaire classique, elle ne vise pas à instruire l'enfant par l'apprentissage passif de connaissances ; elle a pour but le développement de l'autonomie, l'estime de soi et la volonté, pour mener l'enfant à la conscience de soi, la conscience du monde et la liberté. L'enfant heureux et curieux aura de lui-même soif de savoir.

Comment expliques-tu que de plus en plus de parents s'intéressent à ce type d'approche ?

Je suppose que cela part du constat des limites de la méthode d'éducation traditionnelle française. Sous couvert de la devise « Liberté, Egalité, Fraternité » -aussi bonne soit-elle- le système éducatif français méconnaît l'enfant, établit des normes qui l'enferment dans une case, colle des étiquettes à tout-va. On cherche à gommer la diversité et la richesse de chacun, les individualités sont niées.

Le système éducatif français dénonce l'échec scolaire (des élèves), sans s'interroger plus avant et constater le sien – d'échec.

Je pense également que les parents souhaitent sortir de la logique de résultat/performance/compétition que génère l'école actuelle. Ils sont à la recherche d'institutions respectueuses du rythme et du caractère de leur enfant. On fait redoubler des enfants en maternelle ! L'école est hélas trop souvent une source d'anxiété pour les enfants comme pour les parents...

Et toi, en quoi t'y retrouves-tu particulièrement ?

Je m'y suis retrouvée car il ne s'agit pas d'une simple pédagogie justement. Il s'agit d'une pensée de vie qui porte un regard différent sur les enfants, une philosophie profondément optimiste et humaniste qui positionne l'homme à sa juste place dans le monde.

Je suis convaincue que la pratique de cette pensée révèle le potentiel caché des enfants. Pour cela il y a une quantité de préjugés dont on doit se défaire : c'est l'essentiel de mon travail avec les parents lors des ateliers.

Tu as récemment créé des ateliers Montessori pour parents et enfants à Paris. Quels sont tes premiers ressentis après le démarrage de KOKO CABANE ?

C'est le début de l'aventure mais j'ai déjà pu observer un réel enthousiasme : il y a ceux qui connaissent un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout la pédagogie Montessori, je constate toutefois que ça ne laisse jamais indifférent.

L'endroit attise la curiosité, j'ai le sentiment que KOKO CABANE répond à une attente. Et comme c'est beau, les gens s'y sentent bien et reviennent !

Quel est ton rôle auprès des enfants ?

Mon objectif est de mettre les enfants sur le chemin de la concentration. La concentration est un phénomène durant lequel l'enfant se nourrit, il se réalise, centre ses forces ici et maintenant pour ressortir grandi et nourri par son activité. Bien entendu, le chemin peut être long avant d'y arriver ! C'est là l'essentiel de mon travail : préparer l'environnement, le matériel adéquat, observer, expliquer les règles pour aider les enfants à se structurer. Cela passe essentiellement par l'expérimentation : la leur, la mienne. Et on rit, c'est important !

Comment se déroule un atelier à KOKO CABANE ?

Cela dépend du public car il y a des ateliers pour les enfants, les parents et les enfants avec leurs parents. Pour les enfants, il y a toujours un moment de regroupement pour être ensemble, c'est l'occasion de s'exprimer - le langage a une place importante à KOKO CABANE - mais ensuite les activités sont individuelles.  Jusqu'à 6 ans, l'enfant est occupé à se construire en tant qu'individu, le travail de groupe n'a donc pas une grande utilité avant.

© Emmanuelle Oppezzo
© Emmanuelle Oppezzo
Les enfants choisissent librement leur activité ou leur matériel, je suis là pour les aider. Les activités répondent toutes à leurs besoins de développement, elles vont permettre aux enfants d'ordonner leurs gestes et leurs mouvements, de se structurer. Ce sont des activités qui vont permettre d'affiner la motricité fine ou les sens. Le mélange des âges permet d'observer la collaboration entre les enfants : les plus grands vont aider les plus petits. L'espace et les activités sont pensés de manière à favoriser l'autonomie.

Plus les enfants se lèvent et bougent, mieux c'est ! Et de mon côté moins j'en fais, mieux c'est ! Il n'y a pas de règles à part le respect de son travail, du travail des autres et du matériel. A partir de là, libre à chacun d'expérimenter !

Peux-tu nous donner un exemple d'activité Montessori facile à faire à la maison avec son enfant (sans achat de matériel spécifique)

Pour les enfants de 2 à 6 ans, toutes les activités dites de « vie pratique » sont facilement réalisables à la maison sans aucun matériel pédagogique. Les activités de "vie pratique" sont des activités du quotidien pour apprendre à prendre soin de son environnement et de soi. Elles ont pour but essentiel de susciter chez l'enfant l'effort d'imitation et la mise en place de gestes simples structurés.

Il y a par exemple les "versers", très populaires auprès des enfants de 2 à 5 ans. L'activité doit être structurée dans le temps et dans l'espace, pour aider son enfant à s'organiser et  l'inciter à recommencer l'opération autant de fois qu'il le souhaite.

Commencez par montrer à l'enfant les gestes à exécuter. Vos gestes doivent être lents et décomposés. Il est important de ne pas parler durant l'activité ni d'interrompre votre enfant lorsqu'il travaille. Exception faite s'il commence à lancer le matériel !

Le matériel nécessaire: 

un petit plateau, 2 petites carafes en porcelaine, de la semoule dans la carafe de droite.

  • Nommer le matériel avec l'enfant – lui indiquer son usage. 
  • Saisir la carafe par l’anse avec l’index de la main droite en la soutenant sous le bec avec l’index et le majeur de la main gauche. 
  • Verser la semoule dans l’autre carafe posée sur le plateau. 
  • Répéter l’exercice de l’autre main. 
  • Inviter votre enfant à faire l'exercice à son tour. 

Et ne pas hésiter à proposer à son enfant de participer pour chaque tâche du quotidien, il se fera un plaisir de collaborer, l'objectif étant la participation et non le résultat. Le résultat viendra avec la pratique.

Retrouvez plus d'informations sur le site de KOKO Cabane

Retrouvez cet article et une expérience de lecture optimisée sur 
votre magazine FemininBio sur iPad

Articles du dossier Éduquer autrement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte