Astrologie

Bien vivre son âge... 42 ans, ça change quoi?

Publié le 11 octobre 2017
42 ans, un âge où tout est possible
42 ans, un âge où tout est possible
© Joe Gardner/Unsplash.com

42 ans, le plus bel âge de la vie ? Pour Sophie Keller, astrolgue, une chose est sûre : c'est un âge qui compte dans nos vies.

Il y a des âges où tout arrive...
Il y a un avant et un après 42 ans, qui correspond à l'opposition d'Uranus à lui-même. L'âge où l'on envoie tout balader, celui par lequel l'on se révèle, pour le pire et pour le meilleur et qui renvoie à un temps révolu celui des concessions.

Tout le monde est concerné par ce passage qui survient sans prévenir, surtout pour les plus rétifs au changement. Ce qui est en jeu : revendiquer sa part non négociable de liberté. A la clé : ouvrir le champ des possibles.

A lire aussi : Changer de vie: réussir les transitions

Avec Uranus, tout peut arriver. Il surgit comme la foudre, de façon spectaculaire, imprévisible et irréversible. Il agit comme l'électricité : il amène la lumière, il provoque même des électrochocs. Effet projecteur, il met en évidence des situations qui ne peuvent plus perdurer, qui ne sont plus tenables. C'est l'effet montgolfière, on s'envole, sans savoir trop où et cela n'a aucune importance.

A 42 ans, nous avons la possibilité d'être - vraiment - libre. Ouranos, le dieu du grand ciel étoilé reprend ses droits sur son fils castrateur Saturne, maître du temps, qui nous a demandés d'être responsables, raisonnable, réaliste. Forts d'une sécurité intérieure normalement acquise, il nous est demandé de s'affranchir de nos conditionnements, qui nous étouffent alors qu'ils nous rassuraient jadis.

A lire aussi : Changer de job, confiance en soi: par où on commence ?

La liberté contre la sécurité
C'est souvent la chance de sa vie. Cela peut être une rencontre déterminante, une opportunité de travail qui semble tomber du ciel, la révélation d'une vocation... Souvent, cela correspond à la crise de la quarantaine : remise en question du couple, changement professionnel... Avec le désir ardent de tout quitter pour tout recommencer.

Tout recommence, mais tout commence aussi.

Nombreux sont ceux qui ont un sentiment de non réalisation. Qui ne font pas le job de ses rêves, qui vont d'échecs en échecs sentimentaux, qui sont à la périphérie de leurs vies. Et tout à coup le maître du cosmos surgit. Un amour d'enfance reprend contact et hop hop hop on se marie dans la foulée, on part en vacances et son voisin dans l'avion nous propose le job de nos rêves. Mais cela peut aussi être "désolé chéri je fais mes valises" ou version projetée, trouver un mot d'adieu en revenant chez soi sans s'être douté de rien.

A lire aussi : Couple: les ingrédients du succès

Le maître-mot : libération, choisie ou forcée
Il y a un avant et un après 42 ans. Tout peut arriver et surtout le meilleur, pour ceux qui attendent le changement comme le messie. Alors quoi faire ? Ne plus accepter l'inacceptable, cesser la complaisance envers ce qui nous enchaîne, faire sauter les verrous, prendre le risque de sa vie d'être soi.

C'est le moins risqué des choix.

L'auteur : Sophie Keller est Astrologue-Conseil.
Son mail : sophie [at] mylittleplanets.com. Retrouvez-la aussi sur Facebook

Articles du thème Bien-être au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !