UV

UV, restons vigilants ! Conseils pour bien choisir sa crème solaire bio

Publié le 7 juillet 2014
Ludivine Ferrer est la Directrice de l’Association Santé Environnement France (ASEF), qui réunit plus de 2 500 médecins en France. Spécialisée dans l’information en santé-environnement, l’association travaille sur divers sujets tels que la qualité de l’air, l’environnement de l’enfant, la biodiversité ou encore l’alimentation.
Il est nécessaire de vous enduire toutes les deux heures, indispensable de revêtir chapeau et lunettes, et recommandé d'éviter de vous exposer entre 11 et 16 heures
Il est nécessaire de vous enduire toutes les deux heures, indispensable de revêtir chapeau et lunettes, et recommandé d'éviter de vous exposer entre 11 et 16 heures

Du soleil, oui, mais en restant prudente. Les UV sont nocifs pour la santé, alors quelques conseils de l'Association Santé Environnement France sont bienvenus avant la pause estivale.

Depuis déjà plusieurs mois, au bureau ou dans le métro, vous ne pensez plus qu’à une chose : déposer votre serviette sur le sable chaud pour pouvoir faire la sieste au soleil… Oui, mais attention vous risquez d’y laisser votre peau ! Sur la plage (comme ailleurs), il ne faut pas faire n’importe quoi avec son épiderme. Pour avoir un teint halé sans prendre de risque, nous vous conseillons de lire les conseils des médecins de l’Association Santé Environnement France – qui vous rappellent qu’en ce qui concerne le solaire. Mieux vaut sortir couvert ! 

Première chose à oublier : la fameuse séance UV censée préparer la peau au bronzage

En optant pour cette solution, c’est surtout au cancer de la peau que vous vous préparez. C’est prouvé, les cabines UV augmentent le risque de mélanome. Au cours des 40 dernières années, le nombre de cas a été multiplié par huit chez les jeunes femmes et par quatre chez les hommes. Une explosion qui s'expliquerait en grande partie par un usage accru de ces séances UV… 

Une étude publiée récemment a en effet démontré que les personnes pratiquant régulièrement avaient presque deux fois plus de risque de développer un mélanome. Idem pour les autobronzants et autres crèmes miracles : elles ne préparent pas la peau à bronzer. Les autobronzants classiques sont d’ailleurs bourrés de substances chimiques dont on ignore encore les effets sur la santé. Mieux vaut donc être prudentes et s’en passer. 

Du coup, si on veut bronzer un peu quand même, il ne nous reste guère que le soleil, le vrai. Et ce n’est pas parce qu’il est naturel, qu’il est inoffensif ! Nos ultraviolets naturels sont en effet mis en cause dans les 10.000 nouveaux cas de cancer de la peau détectés chaque année en France. Il ne faut donc jamais oublier de se badigeonner de crème solaire avant de s’installer sur sa serviette. Oui, mais pas n’importe laquelle. Et oui, ça serait trop beau, il y a un vrai tri à faire dans le domaine de la crème solaire. Alors attention, préparez-vous pour la leçon de crème ! 

Choisir sa crème solaire

D’abord, il faut savoir que leur spécificité est de contenir des filtres ultraviolets qui permettent d’éviter coups de soleil et rides. Il en existe deux sortes : les chimiques et les minéraux. 

Les chimiques sont à bannir puisqu’une fois entrés dans votre corps via la peau, ils se mettent à imiter vos hormones et à les perturber. De plus, si vous allez vous baignez, vous en diffuserez un peu partout dans l’eau et intoxiquerez au passage tous les poissons et les grands coraux qui vivent dans le coin. D’après de récentes estimations, 10% des récifs de coraux mondiaux seraient menacés par les seules crèmes solaires ! Enfin, dernier désavantage des filtres chimiques : ils ne sont actifs que trente minutes après l’application. Vous avez donc le temps de cuire avant que votre filtre ne soit actif ! Vous l’avez compris, il est donc préférable de choisir les minéraux qui sont l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane. 

Les deux sont sans danger pour la santé, mais néanmoins l’oxyde de zinc est très toxique pour la biodiversité aquatique… Mieux vaut donc chercher une crème à base de dioxyde de titane. Il vous faudra ensuite vérifier que ces derniers ne soient pas à l’état nano particulaire. Les nanoparticules sont en effet utilisées par les industriels pour éviter de laisser de vilaines traces blanches sur la peau – comme le faisait les crèmes solaires de notre enfance. 

Mais, le problème, c’est que pour l’instant, les seules études sorties sur le sujet laissent planer de sérieux doutes. Nous vous conseillons donc de vous abstenir. Pour finir votre quête de la crème parfaite, vérifiez qu’il n’y ait ni éthers de glycol, ni parabènes, eux aussi dangereux pour vos hormones. 

Enfin, si vous ne voulez pas passer des heures à décrypter les étiquettes, vous pouvez choisir des crèmes arborant les labels "Ecocert" ou "Cosmebio". Vous pouvez aussi consulter la "Shopping List" des médecins de l’ASEF qui ont épluché les étiquettes de dizaines de crèmes pour que vous n’ayez pas à le faire vous-même. 

Voilà, vous savez absolument tout pour choisir la bonne crème. Gardez tout de même en tête qu’il est nécessaire de vous enduire toutes les deux heures, qu’il est indispensable de revêtir chapeau et lunettes, et enfin qu’il est recommandé d’éviter de vous exposer entre 11 et 16 heures. Bonnes vacances !

L'experte : 

Ludivine Ferrer est la Directrice de l’Association Santé Environnement France (ASEF), qui réunit plus de 2 500 médecins en France. Spécialisée dans l’information en santé-environnement, l’association travaille sur divers sujets tels que la qualité de l’air, l’environnement de l’enfant, la biodiversité ou encore l’alimentation.

>>  Pour une expérience de lecture optimisée retrouvez cet article dans votre magazine IPad de juillet-août 2014

Articles du thème Bien-être au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte