Science

"La conscience crée nos expériences de vie", l'interview décalée de Bruce Lipton

Publié le 21 juillet 2020
Fondatrice de FemininBio, directrice de collection aux Editions Eyrolles, créatrice de Métamorphose le podcast qui éveille la conscience. Folle de nature, de Wutao, de running et par dessus tout de l'évolution de la conscience de l'être humain ;-)
"Ma conscience crée le Paradis sur Terre parce que c’est ce pour quoi mes programmes sont conçus"
"Ma conscience crée le Paradis sur Terre parce que c’est ce pour quoi mes programmes sont conçus"
© Luigino De Grandis

Biologiste américain mondialement connu pour ses travaux en épigénétique, une science relativement récente se plaçant au niveau de la conscience, Bruce Lipton est l'auteur de Biologie des croyances, écrit en 2005. Un best-seller qui remet en cause le dogme de la biologie moléculaire et de la théorie de l'évolution darwinienne. Selon lui, ce sont nos pensées et nos croyances qui gouvernent notre biologie, et non notre hérédité. Une rencontre déterminante pour s'ouvrir à la voie de la conscience. 

Cet article a été publié dans le magazine #29 juillet-août 2020

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

À l'opposé du déterminisme largement répandu qui indique que les gènes gouvernent notre santé, Bruce Lipton est le grand pourfendeur d'une vision victimisante de la biologie, lui opposant l'épigénétique, qui renverse totalement notre système de pensée. En comprenant que nos croyances influencent nos gènes, nous retrouvons notre souveraineté. 

FemininBio : Concrètement, quel impact a l’environnement sur nos cellules ? 

Bruce Lipton : Parmi les 50 milliards de cellules dont est fait notre corps, les cellules-souches ont la particularité de pouvoir évoluer en n’importe quel type de cellule – peau, muscle, os, cerveau – et ainsi remplacer celles qui meurent chaque jour. Il y a cinquante ans, j’ai réalisé des travaux de recherche en clonant des cellules-souches. Les 30000 cellules que j’ai obtenues au bout d’une semaine avaient exactement le même patrimoine génétique. Je les ai séparées en trois groupes pour les placer dans trois milieux de culture différents : l’environnement. Dans la première boîte j’ai obtenu des cellules musculaires, dans la seconde de l’os et dans la dernière des cellules graisseuses. Cela prouve qu’avec une chimie différente, l’environnement pousse des gènes différents à s’exprimer. De la même façon, dans notre corps, si l’on change la composition chimique du sang, le milieu de culture, on change la destinée des cellules. La question importante est alors : qui est le chimiste qui décide de la composition du sang ? Le cerveau ! Grâce aux hormones, neurotransmetteurs et autres neurosécrétions qu’il émet à travers ses neurones. 

Comment les informations sont-elles traduites de l’environnement au cerveau puis aux cellules ? 

Le cerveau traduit les images dans notre esprit en chimie complémentaire. Si je suis amoureux, je produis de la dopamine, qui est l’hormone du plaisir. Cette chimie particulière du sang libère l’hormone de croissance qui encourage la vitalité. Au contraire, si j’ai peur, je libère des hormones du stress et engendre un milieu de culture différent qui oriente l’action de l’hormone de croissance vers la protection du corps. Celle-ci “éteint” le système immunitaire, afin de mobiliser toute l’énergie sur la “fuite”, pour nous libérer du problème rencontré (travail, argent, famille, etc.). 

Dans ce cas, on pourrait penser que c’est positif, car cela nous sauve...

Oui, mais l’effet négatif est que cela met en veille les autres systèmes du corps. Le système immunitaire consomme beaucoup d’énergie, c’est ainsi que lorsqu’on est malade, on n’arrive parfois pas à sortir du lit ! Je parle de "fuite" pour évoquer la mission originelle de notre système de défense : sauver sa vie d’un danger imminent. Imaginez un homme préhistorique poursuivi par un tigre. Le système biologique de réponse au stress, avec sécrétion de cortisol, a été créé pour échapper à ce type d’agression. Le temps d’échapper au prédateur, qui se compte en minutes, notre corps est sous stress, puis le cortisol disparaît. Mais dans le monde moderne, ce stress est présent constamment. L’affaiblissement qui en découle n’a qu’une conséquence : la maladie. Aujourd’hui, 1 % des maladies sont liées aux gènes, et plus de 90 % au mode de vie et au stress, et n’ont donc rien à voir avec un défaut de notre biologie. 

>> A lire sur FemininBio Pensée positive : favoriser la vie pour rééquilibrer les énergies féminines et masculines

Peut-on vivre sainement et être stressé ? 

Oui, le stress n’est pas tout ou rien, et c’est le rapport fluctuant entre présence et absence de stress qui est important. De plus, ce facteur s’exprime de façon différente pour chacun. Comme le dit la physique quantique, nos perceptions déterminent les caractéristiques de notre vie, car la conscience crée nos expériences de vie. En biologie, c’est la base de ce qu’on appelle l’effet placebo ou nocebo. La réalité de l’effet placebo est que c’est juste la conscience qui devient très positive et engendre une biologie positive. À l’inverse, les pensées négatives, le nocebo, peuvent causer n’importe quelle maladie. C’est très important, car nous vivons dans un monde où, si nous croyons les informations, nous avons peur, et cela seul peut suffire à nous tuer. On peut mourir de pensées négatives de la même façon que l’on peut sauver sa vie avec des pensées positives. Dans le contexte actuel la peur a fait de nous des candidats potentiels à la contagion; et plus on a peur, plus les symptômes seront graves si l’on est atteint. 

Vous dites que nous sommes programmés avant l’âge de 7 ans à avoir ces perceptions qui vont impacter notre vie adulte. Expliquez-nous. 

Oui, disons que le cerveau est l’équivalent d’un ordinateur : il a besoin d’un système de démarrage et de programmes pour fonctionner. Pendant les sept premières années de la vie, il télécharge des comportements en observant ce qui se passe autour. Il apparaît qu’à cette période, le cerveau est en mode thêta, des vibrations plus basses que celles de la conscience, qui correspondent à l’hypnose. Ainsi les comportements de notre programme, notre inconscient, ne viennent pas de nous mais de l’observation des autres. Après l’âge de 7 ans on commence à utiliser ces programmes, mais le problème, comme le révèle la biologie des croyances, et que 95 % de la journée l’esprit conscient, qui est notre partie créative avec les souhaits, les désirs, est occupé à penser, et non à créer, au sens où il est tourné vers l’intérieur. Et lorsque vous pensez, vous perdez le contrôle. Si nous devenons créateurs de notre vie et que nous reprenons le pouvoir, nous pouvons manifester et créer ce que nous voulons. Malheureusement, si les programmes que nous avons reçus sont “mauvais”, l’esprit conscient va s’auto-saboter sans comprendre pourquoi. 

L'un des défis dans nos vies serait de changer ces programmes ? 

Absolument ! En réalité, nul besoin de changer tous nos programmes, car certains sont bons, mais certains sont vraiment mauvais. Dès lors, comme identifier les bons des mauvais ? Regardez votre vie, et faites une liste des choses positives qui vous arrivent. Ces choses se manifestent grâce à des programmes qui rendent cela possible. Maintenant, regardez les éléments pour lesquels vous luttez. Amour, travail, famille, etc. ? Demandez-vous pourquoi vous travaillez si dur pour parvenir à ces destinations. La réponse est simple : les programmes que vous avez reçus ne fonctionnent pas dans le même sens que votre objectif. Devons-nous toujours travailler aussi dur ? La réponse est non. Si on implante les bons programmes, on n’a pas besoin de travailler du tout ! 

>> A lire sur FemininBio Charge mentale : avez-vous pensé aux fleurs de Bach ?

Avez-vous des outils pour cela ? Il semble qu’être conscient du programme qui se joue n’est pas suffisant. 

En effet, reconnaître le programme ne suffit pas, il s’agit de le reprogrammer et cela ne se fait pas avec la simple volonté de ne plus le faire. La première méthode est d’utiliser l’auto-hypnose grâce à des écouteurs et un programme au moment de l’endormissement. La conscience sort alors du mode alpha et vous n’entendez plus rien consciemment. Cependant l’inconscient l’entend, en thêta, et peut enregistrer. La deuxième méthode consiste à se construire de nouvelles habitudes grâce à la pratique régulière d’une activité. Et là, il ne s’agit pas simplement de coller un post-it sur le frigo indiquant “je suis heureux” pour le devenir ; il s’agit de faire quelque chose. La répétition d’un nouveau comportement créé une nouvelle habitude qui va se manifester ensuite dans votre vie. La troisième voie est basée sur la psychologie énergétique. Cela suppose d’activer le cerveau pour qu’il soit en état "super-apprenant". Les modalités de la psychologie énergétique fonctionnent en quelques minutes. Par commodité, sur mon site internet, brucelipton.com, dans la rubrique "Modalités de changement des croyances" vous trouverez des pratiques de psychologie énergétique parmi lesquelles les gens peuvent choisir ce qui leur parle le plus. Et l’intérêt, c’est une réécriture presque immédiate de nos programmes.

Vous l’avez fait vous-même ? Comment avez-vous changé votre vie ?

Bien sûr ! J’ai utilisé la méthode "Psyché" au moment où j'étais incapable d’écrire mon livre La Biologie des croyances. Je voulais parler de spiritualité, chose inacceptable pour la science conventionnelle, et qui me marginaliseraient. Donc mon inconscient me protégeait en disant: "Si tu termines ce livre, tu compromets ta crédibilité." Et ce, jusqu’à ce que je change d’approche, et que j’intègre un programme sur la façon dont je voulais que le livre soit écrit. Ce fut l’expérience la plus incroyable de ma vie ! J’ai posé trois caractéristiques : je voulais que ce soit “rapide, facile, et amusant”. En quelques mois le livre était fini. Aujourd’hui je considère avoir eu deux vies différentes sur cette planète. La première, avant de savoir comment manifester le programme, et la seconde, dans la même vie, c’est la création du Paradis sur Terre dont je fais l’expérience maintenant. Magique ? Non, c’est ce que dit la physique quantique. Ma conscience crée le Paradis sur Terre parce que c’est ce pour quoi mes programmes sont conçus. 

C’est vraiment porteur d’espoir pour toute l’humanité ! 

La réalité c’est ce que les physiciens quantiques nous disent depuis toujours que la conscience crée notre expérience de vie, et maintenant nous savons d’où cela vient, comment cela fonctionne, comment c’est programmé. C’est l’information qui redonne du pouvoir, car elle permet aux gens de se dire qu’ils ne sont pas des victimes. Nous sommes tous des créateurs et il y a un futur Paradis sur Terre pour nous tous. 

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Bruce Lipton au micro d’Anne Ghesquière dans Métamorphose, le podcast qui éveille la conscience.

Son livre

Bruce Lipton est l'auteur du best-seller Biologie des Croyances. Comment affranchir la puissance de la conscience, de la matière et des miracles, éditions Ariane 2018, revue et augmentée. 

 

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte