Burn out

Eviter et prévenir l'épuisement professionnel en 6 bons réflexes

Publié le 26 juin 2019
Marina Bourgeois, fondatrice du cabinet Oser Rêver Sa Carrière est spécialisée en épuisement professionnel et transition de carrière. Elle est également l'auteure de « Burn-out. Le (me) comprendre & en sortir ».
Attention aux signaux d'alerte : si vous sentez que le stress vous envahit, ralentissez et écoutez-vous.
Attention aux signaux d'alerte : si vous sentez que le stress vous envahit, ralentissez et écoutez-vous.
© Mert Guller / Unsplash

Vos proches vous font remarquer que vous êtes fatigué.e, et vous sentez que le stress vous empêche d'avancer. Agissez avant qu'il ne soit trop tard : voici 6 conseils pour prévenir un burn-out.

Du stress à l’épuisement, il n’y a parfois qu’un pas… Comment éviter de tomber dans la fatigue chronique menant au burn-out ?

1. Reconnaître et admettre les signaux d’alerte

Tout épuisement, qu’il soit professionnel, maternel ou personnel est précédé de signes avant-coureurs dus à une exposition prolongée à un stress chronique, d’ailleurs souvent perçu et même signalé par l’entourage (collègues, famille, amis "tu rentres tard en ce moment", "fais attention, tu as l’air vraiment fatiguée, tu es sur les nerfs", "et si tu ralentissais un peu ?") qui peut jouer le rôle de "lanceur d’alerte". 

>> A lire sur FemininBio Burn-out, stress, déprime : quelles solutions naturelles ?

Ces premiers symptômes ne sont hélas que rarement perçus par la personne concernée (déni, sentiment de toute puissance "je ne peux pas m’arrêter en ce moment, ce n’est pas du tout le bon timing", "tout va bien, je prendrai des vacances plus tard"). 

Cette phase où les premiers signaux apparaissent, dite de "burn-in" (ou de surchauffe) se reconnaît par un changement (parfois insidieux) : irritabilité, isolement social, repli sur soi, sensation d’être totalement dépassé(e), cynisme, repos non récupérateur, maux physiques (lumbagos, migraines,  etc), détachement professionnel ou au contraire surinvestissement, pleurs récurrents, boule au ventre, etc.

Il est capital, à ce stade, de reconnaître et d’écouter ces signaux pour ne pas chuter et tomber dans ce que l’on nomme aujourd’hui le « burn-out ». Autrement dit, le « trou noir », ce moment où le corps et la tête ne suivent plus.

2. Sortir du silence et se tourner vers les bonnes personnes

Ecouter son entourage, parler avec son conjoint (sans se braquer !) consulter son médecin traitant (ou du travail) un psychologue ou un psychiatre est alors essentiel pour s’éviter le burn-out, autrement dit l’effondrement physique, psychique et émotionnel.

3. S’extraire de la source d’épuisement

Lorsque les signaux n’ont pas été écoutés et que l’épuisement total est là (incapacité de se lever un matin, malaise sur le lieu de travail, perte de ses réflexes ordinaires, troubles cognitifs et physiques trop importants pour continuer), il est essentiel de dire STOP et de s’extraire de la source d’épuisement (du travail,  de la famille ou autre).

4. Accepter de s’arrêter

Autrement dit, il faut s’arrêter. Là est bien souvent le plus difficile : admettre que l’on ne peut plus est difficile, voire culpabilisant  ("les autres y arrivent bien, pourquoi moi je craque ?"). Certaines personnes y arrivent d’elles-mêmes en demandant un arrêt de travail au médecin mais il n’est pas rare de voir des salariées, entrepreneures ou mamans continuer à s’épuiser et à, par exemple, continuer à aller au travail avec leur arrêt maladie dans le sac à main.

>> A lire sur FemininBio Dépression saisonnière : 6 pierres pour se soigner en lithothérapie

Or, il est fondamental que le corps et l’esprit se reposent. Qu’ils se mettent en pause le temps nécessaire. Ce temps dépend de chaque individu. S’arrêter du jour au lendemain lorsque l’on a un rythme effréné requiert une acceptation qui prend souvent du temps. Passer de la suractivité au "vide" est souvent une source de stress, mais cela est salutaire !

5. Se poser les bonnes questions

Le repos doit être du vrai repos : pas question de se mettre à faire le grand ménage chez soi si l’on est en arrêt maladie. Ce ne serait qu’un déplacement du surinvestissement ayant mené au burn-out. Cette phase de repos comprend elle-même plusieurs phases : le repos, la récupération, la  sensation qu’il était en  effet nécessaire d'en passer par là, puis vient le temps des grandes (et nécessaires) questions : que faire maintenant ? Reprendre ? En ai-je envie ? Comment ne pas repartir en 40 dans une  suractivité délétère ? Dois-je me faire accompagner ?

6. Trouver ses garde-fous et limites

Pour répondre à ces questions plus que légitimes, il est important d’avoir une règle de vie bien en tête : ne plus mettre ses œufs dans le même panier ! Qu’il s’agisse du  travail, de la maison, des enfants, etc). Autrement dit, il faut réinvestir les sphères jusque là délaissées ou abandonnées : la sphère extra-professionnelle si le burn-out était lié au travail par exemple. Remettre de l’équilibre là où il y avait un déséquilibre : reprendre une vie sociale, une activité sportive ou autre, reprendre soin de son corps, prendre du temps pour soi, bien s’alimenter.

>> A lire sur FemininBio 3 questions à se poser pour trouver le bonheur au travail

Il est aussi important de ne pas présumer de ses forces durant la période de convalescence et de ne pas s’engager sur le trop long  terme : le temps de reconstruction est long. Si vous êtes en forme un lundi, ne tirez pas de plan sur la comète pour le reste de la semaine : vous serez peut-être fatigué(e) le vendredi.  Alors, attention : petit pas par petit pas (#kaizen). Se fixer des limites, apprendre à dire non et surtout ANCRER dans le temps cette nouvelle hygiène de vie respectueuse de vos besoins et votre écologie personnelle.

Marina est la fondatrice du cabinet Oser rêver sa carrière et organise des ateliers. Elle est l'auteure du livre Burn-Out, Le (me) comprendre & en sortir.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Développement personnel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte