Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Antigym

Découvrez l'antigym, les mouvements du visage qui détendent et relâchent les tensions

antigym
" Dans un atelier d’Antigym, on propose des mouvements subtils, précis et rigoureux impossible à faire mécaniquement, la tête coupée du corps, l’œil rivé à un écran. "
Marie Bertherat
Marie Bertherat
le 17 novembre 2020
Alternative à la gymnastique classique, cette approche offre à chacune la possibilité de renouer avec son corps pour retrouver calme et confiance. Marie Bertherat, fille de la créatrice de la méthode, praticienne et formatrice, nous dit tout sur l'Antigym.
Partenaire

Cet article a été publié dans le magazine #31 novembre-décembre 2020


>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

Il y a maintenant presque cinquante ans, à l’écart des modes, ma mère, la kinésithérapeute Thérèse Bertherat, a inventé l’Antigymnastique, une méthode de travail corporel au nom à rebrousse-poil aujourd’hui pratiquée dans une quinzaine de pays d’Europe et d’Amérique. C’est dans un petit livre, intitulé Le Corps a ses raisons, paru en 1976 et vite devenu un best-seller international, que ma mère a révélé son approche, aujourd’hui encore résolument révolutionnaire, car elle tient compte de l’intelligence du corps, de son histoire et de sa mémoire. Autant dire que l’Antigymnastique ne ressemble pas à la gymnastique et ses exercices répétitifs. Dans un atelier d’Antigym, on propose des mouvements subtils, précis et rigoureux impossible à faire mécaniquement, la tête coupée du corps, l’œil rivé à un écran. Ils requièrent notre présence, notre accord plein et entier. Les faire sans y penser serait d’ailleurs du gâchis tant ils sont amusants! On lève les yeux au ciel, on louche, on tire la langue, on remue ses orteils, parfois on pouffe de rire. 

Un travail en profondeur

Mais n’imaginez pas pour autant que les mouvements d’Antigym soient de tout repos! La plupart donnent du fil à retordre, nous faisant réveiller chaque muscle, du plus grand au plus petit, du plus connu au plus méconnu, au plus oublié, au plus négligé.
Debout, les pieds parallèles, on se concentre sur son doigt de pied qu’on essaie d’écarter. Insignifiant? Anodin? Certainement pas! Comprimés toute la journée dans des souliers à bouts pointus nos doigts de pieds ont tendance à se chevaucher. Si nous arrivons à leur redonner leur position naturelle, légèrement séparés les uns des autres, nous retrouvons un solide appui sur le sol et un équilibre amélioré. Tout à fait ce dont nous avons besoin dans un monde où nos repères sont bouleversés. 

Le travail sur la bouche, la langue ou les mâchoires, zones de notre corps souvent tendues et contractées sans que nous nous en rendions compte, est essentiel. Car leurs raideurs se propagent dans la nuque et nous bloquent le souffle.

Alors on ouvre la bouche comme un poisson et on essaye d’étaler la langue aussi large que possible.
Relâcher les dix-sept muscles qui la composent n’est pas évident. Ensuite, on sort la langue, cette fois toute dure et contractée, pointée vers le plafond. Le jeu de langue, beaucoup moins facile qu’il n’y paraît, libère formidablement la respiration.  

3 mouvements d’Antigym à faire chez soi  

Antistress, ce premier mouvement permet de relâcher les tensions de la langue et des mâchoires, dont on se rend rarement compte, et facilite la respiration. 

>> A lire sur FemininBio J'ai testé : le Face Fitness, l'automassage anti-âge du visage

Se détendre en tirant la langue

Assise, allongée ou debout, portez votre attention vers votre langue. Où se trouve-t-elle? En haut vers votre palais, en bas, vers le plancher de votre bouche, ou au milieu? Est-elle reposée ou tendue? Plate et souple, collée contre vos dents ou votre palais, ou roulée en boule?
Proposez-lui de se coucher sur le plancher de votre bouche, comme dans un lit.  Elle peut s’étendre, s’étaler, s’élargir, prendre de la place. Ses bords peuvent même toucher vos dents!

Puis ouvrez un peu la bouche et laissez la langue déborder. Le dessous de la langue se pose sur la lèvre du bas. Vous sentez votre souffle tiède se promener sur le dessus de votre langue. Votre respiration est tranquille, profonde, la langue bien large. L’air entre par les narines, ressort par la bouche et caresse la langue le temps d’une dizaine de respirations. 

Laissez maintenant la langue revenir dans la bouche. Puis, la bouche toujours bien ouverte, pointez la langue vers le plafond. La langue devient dure et pointue, elle ne touche ni vos dents, ni vos lèvres. Vous continuez à inspirer par le nez et à laisser l’air sortir par la bouche. Vous maintenez l’effort de la langue le temps d’une dizaine de respirations. Laissez-la ensuite revenir dans la bouche et se reposer. Votre langue est calme et détendue. Comme vous?   

Renforcer ses abdos ni vu ni connu 

Voici un excellent moyen de muscler votre ventre tout en prenant soin de votre dos. Installée sur le sol, adossée à un mur, vos jambes sont allongées devant vous, assez proches l’une de l’autre.  

Répartissez le poids de votre corps sur vos deux fesses. Inclinez-vous en avant à partir de vos hanches. Votre ventre se contracte légèrement, travaille, comme le dessus de vos cuisses qui durcit. 

Posez les mains sur le dessus de vos cuisses, joignez les bords internes de vos talons. Vos pieds sont debout et forment un angle droit avec vos jambes. La pointe de vos pieds est dirigée vers le plafond.

Pressez vos talons l’un contre l’autre et séparez vos avant-pieds. Les 5orteils sont dirigés vers l’extérieur. Vos pieds forment la lettre «v». Maintenez la pression avec énergie, sans plier les genoux. Relâchez. Refaites le mouvement en soufflant puis relâchez quand vous inspirez, une vingtaine de fois. 

À la fin, relâchez complètement et bâillez plusieurs fois. Allongez-vous un moment jambes fléchies. Vous sentez comme votre ventre et l’avant de vos cuisses sont fermes et plus présents?

>> A lire sur FemininBio Yoga : 3 exercices faciles pour bien dormir

Délier ses épaules et ses bras 

Ce mouvement permet de relâcher les tensions accumulées autour des bras et de la poitrine, redonne de la force dans les bras et les mains, et aide la respiration. Installez-vous à plat dos, jambes fléchies, pieds à plat sur le sol, un peu écartés l’un de l’autre, de la largeur de vos hanches. Vos bras sont dépliés le long de votre corps, vos paumes sont tournées vers le plafond. 

Montez votre épaule droite vers le plafond, comme si elle voulait lui dire bonjour, relâchez aussitôt. Recommencez une dizaine de fois. C’est un simple petit mouvement de votre épaule, mais parfois un simple mouvement n’est pas si «simple».

Maintenant faite l’inverse, votre épaule cherche à s’éloigner du plafond et à s’appuyer dans le sol. Cela ne concerne pas votre coude qui reste à sa place, tout comme le dos de votre main. Relâchez. Recommencez plusieurs fois. 

Puis votre épaule fait des va-et-vient du sol au plafond. Elle ne se dépêche pas. Pouvez-vous trouver un accord entre votre souffle et votre épaule? Vous pourriez souffler quand vous presser votre épaule et inspirer quand vous la soulevez. Ou l’inverse, si vous préférez. 

Vous continuez pendant une quinzaine de respirations. Ensuite, vous relâchez votre effort. Que disent votre épaule droite, votre bras droit, vos côtes à droite? Et votre respiration? Refaites ce mouvement à gauche.  

Le livre 

Thérèse Bertherat est l'auteure de Le corps a ses raisons, Auto-guérison et Antigymnastique, paru dans une nouvelle édition chez Points.

Retrouvez Thérèse Bertherat, la créatrice de l'Antigym, sur son site antigym.org.

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire