Méditation

Jonathan Lehmann : "J'ai testé la retraite Vipassanâ"

Publié le 14 mars 2019
Ancien homme d'affaire mal dans sa peau, un jour il a tout quitté pour parcourir le monde et apprendre à être heureux. Expérience qu'il raconte dans son livre "Journal intime d'un touriste du bonheur".
"on essaye d’éprouver nos sensations physiques en balayant le corps de haut en bas et de bas en haut"
"on essaye d’éprouver nos sensations physiques en balayant le corps de haut en bas et de bas en haut"
© © Mélanie Elbaz

En 2016, Jonathan Lehmann se rend au Rajasthan, dans un centre de retraite Vipassanâ dix jours de méditation dans le silence le plus total, qu’il raconte dans son livre "Journal intime d’un touriste du bonheur", paru aux éditions de La Martinière, et dont est extrait ce texte.

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #21 février-mars 2019
>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

"Quand on passe dix jours, dix heures par jour, à méditer et que le reste du temps s’écoule dans le silence, on se rend vite compte que l’on vit dans deux mondes distincts : celui de l’instant présent, quand on arrive à y entrer ; et l’autre, auquel on essaie d’échapper sans cesse : celui du mental qui hurle, le monde engloutissant du passé et du futur.

Assis toute la journée dans une salle, pour mieux apprécier l'environnement autour de nous

Pendant Vipassanâ, les festivités se déroulent ainsi : on est assis toute la journée, avec des instructions pour méditer. Parfois on y arrive et, quand on sort de la salle, on a peu de pensées : on peut observer la nature, manger, marcher en étant vraiment là, ici et maintenant. Mais tous les autres moments se passent dans notre tête, à affronter les démons du passé et à faire des plans sur la comète.

Je vais pas vous mentir : je ne me suis jamais senti aussi seul que pendant ces dix jours. J’ai remarqué peu à peu que la qualité de mon attention variait énormément selon les séances. Parfois j’arrivais à me concentrer ; parfois mon mental se déchaînait. Alors je luttais ou bien j’abandonnais. Un vrai combat avec moi-même (...)

L’enseignement Vipassanâ consiste en plusieurs techniques 

Les trois premiers jours, on apprend Ânâpâna : une technique de concentration sur la respiration. Ça c’est pour la mise en bouche.

Le quatrième jour arrive le plat de résistance, la technique de Vipassanâ elle-même : il s’agit d’un scan corporel où l’on essaye d’éprouver nos sensations physiques en balayant le corps de haut en bas et de bas en haut, heure après heure, jour après jour.

L’idée qui sous-tend cette technique est simple : à la base de tout désir, à la base de tout rejet, on trouve une sensation dans le corps. Si on apprend à observer cette sensation, positive ou négative, alors on peut mettre un terme à la souffrance. Parce que toutes nos sensations physiques sont passagères.

Tout passe, toute forme est vouée à changer: c’est le principe de l’impermanence. Ça paraît peu de choses, dit comme ça, mais c’est une découverte énormissime.

 

Jonathan Lehmann, Journal intime d'un touriste du bonheur, éditions de La Martinière

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Spiritualité
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte