Nutrition

L'huile de coco, alliée santé ou effet de mode ?

Publié le 26 mai 2015 - Mis à jour le 4 juin 2015
Camille Petit est diététicienne nutritionniste et fondatrice de Fourchette & Nutrition, site d'informations et de consultations diététiques, en ligne et à domicile.
Savez-vous que les lipides sont des capteurs et stockeurs de pesticides ? Préférez donc vos huiles bio !
Savez-vous que les lipides sont des capteurs et stockeurs de pesticides ? Préférez donc vos huiles bio !
© Pixabay

De plus en plus à la mode, l'huile de coco commence à remplir les étals des supermarchés, et du coup nos placards. Avant de l'ajouter à votre liste d'aliments, petit décryptage par une nutritionniste.

L'huile de coco, aussi appelé huile de coprah, est extraite de la chair de la noix de coco. En Inde, elle est l'une des plus grande source de matières grasses utilisée. Cette huile a une grande résistance à la chaleur, elle est donc idéale pour tout ce qui est friture. 

Selon certains, l'huile de coco posséderait des atouts diététiques, comme renforcer le système immunitaire, obtenir des bienfaits pour notre cœur, elle favoriserait même la perte de poids ! D'autres prétendent qu'elle ralentirait l'apparition de la maladie d'Alzheimer, réduirait les symptômes de la ménopause, etc. 

Produit assez magique en somme ! Peut-être même un peu trop, car attention, aucune étude officielle n'a encore démontré quoi que ce soit, les illusions sont souvent plus des témoignages assez loufoques que de réelles études scientifiques.

Les acides gras saturés, bons ou pas bons, une histoire de longueur de chaîne
Pour comprendre les effets de l'huile de coco, il faut se pencher sur ses acides gras. Pour résumer, en diététique, les acides gras saturés sont souvent connus pour être des lipides qui augmentent le mauvais cholestérol et favorisent les maladies cardiovasculaires.

En 2010, l'ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a sorti une étude et même changé les recommandations d'apport en lipides pour la population française. 

En effet, au sein de la famille des acides gras saturés, tous ne sont pas si mauvais que leur réputation nous le fait croire ! Seuls les acides gras à longues chaînes sont néfastes pour notre santé ; les acides gras saturés à chaînes moyennes et courtes ne doivent pas être considérés comme néfastes, ils sont comme assimilés plus facilement par notre organisme et donc sans danger d'augmentation du cholestérol et de risques cardiovasculaires. 

L'huile de coco à la loupe
L'huile de coco est une huile végétale. Parmi ces huiles, celle de coco est une des plus riches en acides gras saturés. 

Niveau calorique, elle est au même niveau que chaque huile, riche en lipides, à hauteur de 100%. Pour 10 mL (1 cuillère à soupe), c'est donc 90 calories au compteur. 

Parmi ses lipides, 90% sont des acides gras saturés, une valeur très élevée pour un aliment d'origine végétale, c'est vraiment rare ! Sur ces acides gras saturés, environ 60% sont des acides gras à chaines courtes et moyennes. Comme nous l'avons vu plus haut, ces acides gras saturés courts et moyens ne sont pas mauvais. Donc l'huile de coco ne serait pas néfaste pour notre cœur et même bonne pour notre cholestérol alors ? 

Seulement, si on reprend vraiment tous les chiffres, on comprend qu'il y a 60% d'acides gras saturés sans dangers pour notre santé cardiovasculaire, mais il y a quand même 30% des acides gras de cette huile qui restent des acides gras à longue chaîne... Et du coup pas terribles ! 

Quand on sait que sur le marché des huiles, il en existe qui n'ont quasi pas d'acides gras saturés, pourquoi choisir cette huile ?! Encore un coup marketing...

Attention surtout aux aliments industriels à base d'huile de coco
L'huile de coco, tout comme son acolyte l'huile de palme, subit malheureusement par les industriels une hydrogénation (un procédé qui transforme l'huile pour faciliter le stockage, le transport...). 

Ses acides gras saturés se transforment alors en acides gras trans, qui sont eux très néfastes pour notre santé et à limiter le plus possible car ils augmentent considérablement les risques de maladies cardiovasculaires. 

Faites attention aux étiquettes alimentaires ! 

Conseils de votre diététicienne
Même si les acides gras saturés de l'huile de coco ne sont pas tous forcément néfastes pour notre santé et notre taux de cholestérol, je vous conseille de plus vous tourner vers des huiles riches en acides gras insaturés.

Dans cette famille des acides gras insaturés, optez principalement pour les huiles riches en oméga 9 comme l'huile d'olive. Ou même encore mieux les huiles riches en oméga 3 comme l'huile de colza, l'huile de lin, de cameline... puisqu'il n'est plus à démontrer nous manquons cruellement d'oméga 3 dans notre alimentation et que ces huiles permettent de diminuer significativement le risque des maladies cardiovasculaires. 

Si vous souhaitez toutefois consommer de l'huile de coco dans votre alimentation, choisissez une huile bio pressée à froid à 100%. Ce type de pressage vous garantit que votre huile n'a pas été hydrogénée. Savez-vous que les lipides sont des capteurs et stockeurs de pesticides ? Préférez donc vos huiles bio ! 

En résumé, vous pouvez consommer de l'huile de coco si vous en aimez le goût, mais pour un atout santé et diététique, préférez les huiles riches en acides gras insaturés et principalement celles contenant des oméga 3.

L'experte : Camille Petit est diététicienne et nutritionniste. Retrouvez ses conseils sur Fourchettenutrition.com 
Sur son site, Camille vous propose des consultations diététiques en ligne, et chaque semaine des menus, des recettes, et une liste de courses pour une alimentation saine et équilibrée. Plus d'infos sur www.fourchettenutrition.com

 

Le coco vous met l'eau à la bouche ? Retrouver sur FemininBio :
Tarte d'été tomate ricotta coco
Délice d'amour cerises-bananes-coco aux saveurs de vanille
Soupe de Lentilles Corail et Lait de Coco avec Avocat et Citron
Mousseline de coco, fruits et géranium
Pancakes coco vegan sans lait sans oeuf

 

>> Pour une lecture optimisée, retrouvez cet article dans votre magazine iPad de mai 2015

 

 

Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par chouni le 28 mai 2015 à 18h22
Acide caprylique

Dans cet article vous ne parlez pas de l'acide caprylique et de ses bénéfices pour lutter contre le Candida albicans, c'est un des bienfaits de la graisse de coco.

Par Neige37 le 31 mai 2015 à 11h26
Qualité de l'huile très importante et études

Sans vouloir décridibiliser les autres huiles plus locales, vous avez oublié de préciser que la moitié des acides gras saturés de l'huile de coco sont sous forme d'acide laurique, principal acide gras du lait maternel. D'où son effet positif sur le bon cholestérol ou HDL. Il existe des études scientifiques sur les effets de l'huile de coco mais en anglais !
Mais ce sur quoi il faut surtout insister c'est sur la qualité de l'huile de coco à consommer. Vous avez parlé d'huile bio pressée à froid. Cela ne suffit pas. La plupart des huiles bio pressées à froid sont extraites de la coprah ou chair séchée de la noix de coco (à basse température ou forte température selon les marques). Or cela a une énorme incidence sur la qualité de l'huile au final (même du goût et de sa durée de vie). Il faut que l'huile soit extraite à partir de la chair FRAICHE de la coco pour une qualité optimale et de vrais effets bénéfiques. Une huile extraite à partir de chair séchée rancie à température ambiante alors qu'une huile bio 1ère pression à froid à partir de chair fraiche ne rancit pas à température ambiante et se conserve très longtemps.

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte