Enfants

Sandra Dary, coach en gestion émotionnelle: "les enfants à haut potentiel ont besoin de se sentir compris et entendu"

Publié le 5 septembre 2017
© Unsplash / Gabby Orcutt

Votre enfant est hyperactif, a des troubles de l'attention? C'est peut-être un enfant à haut potentiel. Difficile à gérer surtout avec le système scolaire actuel, Sandra Dary, coach en gestion émotionnelle, vous donne des conseils pour accompagner au mieux votre enfant.

Aujourd'hui, il est difficile d'évoluer à l'école en tant qu'enfant dit « différents » : à savoir  hyperactifs, avec des troubles de l'attention, les « dys »,… Pourtant ces enfants sont parfois des enfants à haut potentiel. Pourquoi est-ce si compliqué ? Comment agir en tant que parents ? Sandra Dary, coach en gestion émotionnelle nous éclaire sur le sujet.

Tout d'abord, comment reconnaître un enfant à haut potentiel ? La coach répond « il s'agit d'enfants sensitifs, souvent kinesthésiques. Pour eux, l'injustice est épidermique, ils la supportent difficilement. Pour leur âge, ils sont d'une maturité déconcertante : leur raisonnement est très structuré, pragmatique et mature. Ils sont comme des « mini-adultes ». Ils ont naturellement le sens humain, altruiste. Ils ont besoin de comprendre ce qu'ils font, ils sont aussi hypersensibles. Ils arrivent souvent à l'école avec beaucoup d'appréhension, ils ont peur de se faire gronder. Sur le plan émotionnel, ils se sentent en insécurité. Malheureusement, la société ne leur permet pas de prendre confiance en eux ».

En effet, l'école n'est pas le lieu où ils vont réussir à développer pleinement leur potentiel. Pourquoi ? Tout d'abord, c'est une question de formation des enseignants. Sandra Dary précise « ils sont très peu formés à la psychopédagogie et ils n'ont pas du tout de cours de psychologie de l'enfant dans leur cursus. Ils n'ont pas non plus d'apprentissage dans le domaine des neurosciences affectives. Le système n'apporte pas les outils nécessaires à la compréhension de l'enfant » poursuit-elle.

D'un autre côté il y a aussi le programme qui n'est pas adapté : « il faut finir le programme à une date précise, il faudrait que les enfants avancent tous au même rythme en même temps, c'est insensé. Il y a aussi trop de matières à l'école. Nous n'avons pas besoin de têtes bien pleines, mais d'apprendre à savoir qui on est. Apprendre à respecter l'autre, être à l'écoute de ses besoins, développer son empathie: toutes ses qualités sont essentielles à la vie en collectivité » explique Sandra Dary.

De plus, l'école fonctionne avec un apprentissage linéaire, les enfants apprennent une leçon l'une après l'autre. « Les enfants à haut potentiel, eux, c'est comme si ils avaient des petits arbres dans leur tête, leur intellect se développe constamment ». En cela, le système ne leur convient pas et les conséquences sur les enfants sont lourdes : perte de confiance, mauvaise estime de soi, stress.... « Pour eux c'est difficile à gérer, car ils n'ont pas de réponses à leurs questionnements, ils ne se sentent pas assez « nourri ». Ils ressentent alors de l'injustice et à ce moment là ils peuvent développer un comportement hyperactif » note la spécialiste.

Comment faire en tant que parents pour accompagner un enfant sans qu'il ne soit cassé par les systèmes scolaires actuel ?
La coach conseille « les enfants à haut potentiel ont besoin de se sentir compris et entendu. Ils ont besoin de réponses à leurs questions, d'être accompagnés dans leur stimulation. Il est important qu'ils aient un vrai cadre pour se construire mais il faut aussi leur laisser de la liberté. Si le cadre n'est pas respecté, ils risquent de devenir anxieux voire violent. Il faut respecter leur choix et leur rythme.

Je conseille également des activités extra-scolaires (activités manuelles, puzzles, sports collectifs...) pour qu'ils puissent se défouler. Plus l'enfant va se sentir à l'aise dans une activité, plus il va se sentir valorisé. Pour les parents, il s'agit d'accompagner son enfant à grandir et à se responsabiliser.  Enfin, l'essentiel c'est d'être toujours dans la bienveillance envers son enfant» termine t-elle.

Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réactions à l'article
Par missnut le 5 septembre 2017 à 11h20
peut-être ma fille

cet article me fait réfléchir. ma fille correspond assez. mais que signifie "haut potentiel" ?
ma fille se disperse assez facilement, tout l'intéresse. elle préfère les activités de création, le jardinage au cours assis en classe. elle a la chance d'avoir une maitresse qui s'adapte aux élèves.
et à la maison, je saisi les occasions pour la faire réfléchir (par exemple un jeu de singe, on en a 30, je lui fais calculer combien j'en ai par rapport à ceux qu'elle a).

Par fédine le 10 septembre 2017 à 16h24
mon fils reconnu surdouée à 2 ans 1/2

Notre fils a été décelé enfant précoce à 2 ans 1/2 en 1994 Mais bien sûr incompris par l"éducation nationale" dont les enseignants ne sont pas à la hauteur face à de tels enfants. Résultat, échec total car refus du système scolaire qui n'est pas adapté à ces enfants. Il y a plus de 20 ans on en parlait pas car c'était considéré comme une tare d'avoir un enfant surdoué, la seule chose qui intéressait et intéresse encore et uniquement ça, ce sont les enfants en difficultés mais surtout pas les doués, alors qu'ils souffrent aussi mais différemment.
J'espère que vous aurez plus de chance que nous et qu'elle rencontrera des instits et profs compétents pas comme pratiquement (hormis 2 ou 3) que mon fils a rencontrés dans toute sa scolarité. Il a cessé de travaillé à l'issue de la 6 ème et a été jusqu'en terminale S sans rien faire car dégoûté du système. Pour lui un profs "dit ce qu'il sait mais ne sait pas ce qu'il dit"
Bon courage

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte