Alimentation

Manger bio, la solution contre l’obésité?

Publié le 23 février 2017
La pastèque bio, alliée minceur?
La pastèque bio, alliée minceur?
© Pixabay

C’est désormais prouvé scientifiquement : manger bio diminue les risques d’obésité et de surpoids. Les mangeurs de bio auraient même 31% de moins de probabilité de devenir obèse.

Publiée il y a quelques jours dans le British Journal of Nutrition, une étude réalisée par une équipe de recherche française compare l’évolution du poids avec la consommation d’aliments issus de l’agriculture biologique. Les résultats sont formels : plus l’on mange bio, plus le risque d’être en surpoids diminue.

Une étude de 3 ans pour une conclusion impressionnante  

Cette étude inédite est prospective, c’est-à-dire qu’elle a suivi un ensemble d’individus sur une longue durée, un peu plus de 3 ans, permettant d’établir des conclusions fiables entre leurs habitudes alimentaires et leur courbe de poids
Le résultat principal qui se dégage de cette étude est que « les gens qui mangent bio prennent moins de poids avec le temps », résume Emmanuelle Kesse-Guyot, directrice de recherche à l’INRA. Les 62 000 participants ont été divisés en 4 groupes : le groupe 1 étant ceux qui consomment le moins d’aliments bio et le groupe 4 étant ceux qui en consomment souvent. Verdict : les personnes du groupe 1 ont pris plus de poids que celles du groupe 4.
Le second résultat a établit une différence significative entre ces deux groupes : les consommateurs d’aliments bio ont 23% de moins de probabilité d’être passés en surpoids et 31% de moins d’être devenus obèses. Un écart qui fait bien réfléchir quand on sait qu'un Français sur deux est en surpoids.

A quoi cela serait dû ?

Les personnes mangeant des produits bio régulièrement sont en général bien éduquées « nutritionnellement » et font attention à leur alimentation, en évitant notamment les aliments qui peuvent faire grossir. Pourtant, ce biais de l’éducation, comme celui de la catégorie professionnelle ou l’activité physique, a été pris en compte dans l’étude. Trois sous-groupes ont été mis en place pour « distinguer les personnes ayant une bonne, une moyenne ou une assez mauvaise alimentation » explique Emmanuelle Kesse-Guyot. Au final, ce sont parmis les personnes qui ont les meilleures habitudes alimentaires que les différences sont les plus flagrantes : « meilleure est la qualité du régime alimentaire, plus le fait de manger bio a un effet sur le risque d’obésité ». Avoir des bonnes habitudes alimentaires et consommer bio serait donc le combo gagnant.

Un lien avec les pesticides ?

Manger des fruits et des légumes non bio entraîne une exposition aux pesticides assez forte. Même si l’on a un régime alimentaire sain, consommer non bio peut donc avoir des conséquences sur sa santé. De plus, ces pesticides sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent encourager le stockage des graisses. Si ce fait n’a pas été confirmé par des études, cela pourrait expliquer pourquoi les mangeurs de bio ont moins de risques d’être en surpoids. 

Si les bénéfices du bio sur la santé semblent aujourd’hui acquis (hormis par quelques biosceptiques), « les études concernant les effets potentiels d’une consommation d’aliments bio sur la santé sont très insuffisantes » soulignent les chercheurs. Il était donc important pour le groupe de recherche d’envisager le bio sous une approche scientifique et concrète plutôt qu’uniquement nutritionnelle. En multipliant ces initiatives, les résultats d’étude comme celle-ci pourront donc influencer les consommateurs dans leurs habitudes et mobiliser davantage les politiques de santé à la prévention pour une alimentation saine et bio. Aujourd’hui, 7 Français sur 10 consomment régulièrement bio selon l’Agence bio. Et si on s’y mettait tous ?

Articles du même dossier
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !