Environnement

"Notre mode de vie est insoutenable pour la planète", la chronique engagée de Grégory Pouy 

Publié le 9 août 2020
Grégory Pouy est analyste culturel. Il accompagne les grands groupes dans l'intégration des mouvements de société à leurs stratégies. Il est également l'auteur du podcast Vlan!
"Envisager la vie de manière différente va vous permettre de devenir écolo sans même vous forcer"
"Envisager la vie de manière différente va vous permettre de devenir écolo sans même vous forcer"
© Julian Ebert / unsplash

Et si on vivait notre lien à la nature comme une chance, l'écologie comme un mode de vie plutôt qu'une contrainte de plus au milieu d'injonctions sociétales culpabilisantes ? Face à la réalité de ce que le monde nous montre aujourd'hui, l'analyste Grégory Pouy nous ouvre à une autre vision de notre rapport à la Terre. 

Cet article a été publié dans le magazine #29 juillet-août 2020

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

La transition écologique nous met face à nos contradictions profondes. D’un côté, nous voulons tout.e.s plus ou moins «sauver la planète », notre maison, et de l'autre nous ne voulons pas vraiment « revenir en arrière » ni perdre notre qualité de vie. Cette équation peut sembler insoluble tant elle appelle des processus complexes et, à notre niveau individuel, nous ne savons pas comment réagir. 

Agir en adulte

Je suis, comme beaucoup, plein de contradictions. D’ailleurs, il est une injonction contradictoire assez insupportable : celle de nous montrer partout (films, séries, musiques, pubs) un bonheur associé à une accumulation de biens, de pouvoir et d’argent, et dans le même temps de nous demander de ne pas emprunter ce chemin. Bien sûr, en notre for intérieur nous savons bien que le bonheur et la réussite ne se calculent pas en monnaie sonnante et trébuchante, néanmoins la puissance inconsciente de ce récit est extrêmement forte. Nous évoquons souvent à quel point notre mode de vie est insoutenable pour la planète et les autres vivants mais la réalité est qu’il est également insoutenable pour nous. J’en veux pour preuve les courbes croissantes du nombre de suicides des jeunes, de burn-out ou encore de la prise d’anxiolytiques. 

>> A lire sur FemininBio 3 questions à Marlène Delcambre, photographe et artiste engagée dans l'écologie

La crise du coronavirus vient nous rappeler que notre société est malade et qu’il est temps d’agir pour retrouver ce paradis que nous avons perdu. À notre niveau je crois qu’il est essentiel désormais d’agir en adulte, d’être en conscience de nos actes, c’est-à-dire de consommer et polluer en conscience.

"Il est temps d'agir pour retrouver ce paradis perdu" 

Mais ce qui semble encore plus crucial pour se préparer au « monde de demain », ce n’est pas nécessairement de vivre l’écologie comme une contrainte mais d’en faire un atout, une chance! Celle d’être plus heureux. À l’instar d’un régime alimentaire pour lequel on nous recommande généralement d’envisager la nourriture autrement plutôt que d’essayer de nous priver, dans notre relation à la nature, je vous invite à faire un pas de côté. Envisager la vie de manière différente va vous permettre de devenir écolo sans même vous forcer ni rien sacrifier, simplement par choix. Aujourd’hui, vous avez cette liberté ! Celle d’empouvoirer votre féminin, d’embrasser le développement personnel, le slow, le local, le circulaire, le chamanisme, le collectif ou encore le contentement. Quoi de plus juste que ce lien à vous, aux autres et à la nature ?

Notre expert

Grégory Pouy est l'auteur de l'ouvrage Insoutenable Paradis paru aux Editions Dunod.

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte