Miss Terriennes

Les Miss Terriennes : Melle Pigut, créatrice de cuisine végane

Publié le 30 novembre 2018 - Mis à jour le 3 décembre 2018
Cofondatrice de la chronique Miss Terriennes, Léa Garson est photographe, rédactrice et en création d’entreprise. Diplômée en communication, science politique et droit de l’environnement, elle rêve d’un monde rempli de paix et de houmous.
"J’aimerais vivre dans une société où tout le monde est accepté, où l’on fait attention à chaque être, humain ou animal."
"J’aimerais vivre dans une société où tout le monde est accepté, où l’on fait attention à chaque être, humain ou animal."
© Les Miss Terriennes

Lauréate de la Miss Bio 2013, Melle Pigut s'engage au quotidien. Elle est créatrice de cuisine végane afin de répondre à la demande des gourmets qui souhaitent découvrir la cuisine sans viande, sans lait, sans œufs. Elle nous raconte son parcours, plein de créativité et de détermination.

La passion de Melle pour la gastronomie végétalienne est contagieuse, il suffit de l’ecouter parler de ses lasagnes végétales ou de ses vegan cheesecakes pour avoir envie d’en croquer une bouchée. Mais dans cet interview, ce n’est pas seulement la cuisinière qui parle ; sous le tablier, je découvre une femme sincère et engagée, dont la générosité ne se limite pas  à celle de sa cuisine...

Grâce au concours La Miss Bio, j’ai fait gagner 5000€ à l’association L214

Réaliser qu’autant de personnes soutenaient mon projet et l’association L214 m'a donné confiance en moi et en mon combat pour la cause animale. Avec cet argent, l’association a pu mener la campagne « STOP cages » contre l'élevage des poules en cage qui continue encore aujourd’hui. Je suis restée en contact avec la fondatrice de L214.

Je soutiens plusieurs causes : le véganisme, le féminisme, l’antiracisme, l’anti-validisme, le respect de toutes les sexualités et identités de genre, et l’écologie.

J’aimerais vivre dans une société où tout le monde est accepté, où l’on fait attention à chaque être, humain ou animal. Je prône autant le respect de chaque personne pour ce qu’elle est, avec ses différences, que celui de l’environnement dans lequel nous vivons.

Déjà enfant, je ne voulais pas manger d’animaux. Vers 25 ans, je suis devenue végane après avoir appris comment étaient fabriqués le lait et les œufs. J’ai vraiment réalisé la façon dont on traitait les animaux dans notre société et j’ai décidé de ne plus cautionner ça.

>> Découvrez l'interview "Miss Terrienne" d'Aurélie Bonnerave, maman bio épanouie

Je fais beaucoup de récup'

J’adore faire du neuf avec du vieux. En plus de limiter mon impact écologique, c’est quelque chose qui m’a toujours plu. J’aime aller chez Emmaüs pour y dénicher des trésors !

Parfois, ma démarche est même plus simple : je repère des objets laissés dans la rue par leurs anciens propriétaires. Je suis également très fan des recycleries ou ressourceries, (sic. centres communautaires de récupération et de recyclage d'objets) qu’on trouve maintenant un peu partout en France. Il m’arrive aussi d’acheter d’occasion simplement sur Le Bon Coin.

Être écolo oui, mais il faut rester indulgent avec les autres et avec soi-même

Ma façon de vivre est assez écologique mais je ne passe pas non plus tous mes faits et gestes au crible. Il ne faut pas s’en vouloir au moindre faux-pas. D’une part, parce que ce mode de vie demande du temps. C’est un luxe incroyable d’avoir un métier comme le mien qui laisse le temps de réfléchir et de mettre en place des actions. D’autre part, chacun ne démarre pas avec les mêmes bases. Pour moi c’est assez facile, je suis écolo depuis toujours car mes parents l'étaient déjà sans vraiment se qualifier comme tels. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde, il faut rester indulgent, chacun agit à son rythme.

>> Découvrez l'interview "Miss Terrienne" de Clémentine Mossé, l'optimiste superactive

J'ai créé mon métier de toutes pièces pour répondre à un besoin

Je me définis comme créatrice culinaire. Je crée des recettes de plats véganes. Il y a dix ans, quand j’ai commencé à m’intéresser à la cuisine sans ingrédients d’origine animale, les ressources étaient difficiles à trouver. Bien qu’il existe des plats végétaliens dans certaines cultures, on trouvait très peu de contenu sur internet.

Alors je me suis penchée sur la question et j’ai créé mon blog : PIGUT « Petites idées pour grandes utopies ». J’ai voulu être une ressource, parce qu’il y en avait besoin. Puis je me suis prise de passion pour la création culinaire, sans penser du tout au départ à en faire mon métier. Trois ans après, je donnais mes premiers cours de cuisine végétale.

Mon cursus scolaire n’a rien à voir avec mon travail mais il m’a ouvert l'esprit…

Après un parcours étudiant un peu chaotique, j’ai décidé de suivre une formation universitaire en anglais et en indonésien. Le choix de cette seconde langue s’est fait complètement au hasard, pourtant, il a changé ma vie et m’a ouvert au monde.

Je venais d’une famille aux revenus modestes, pour qui il était établi que certaines choses (les voyages notamment) n’étaient accessibles « qu’aux riches ». Je suis partie faire mon stage de fin d’études en Indonésie. Ça m’a permis de faire sauter tous les blocages issus de mon éducation, sur ce qu’on pouvait faire et ne pas faire.

J’ai continué à voyager, je suis devenue très débrouillarde et ça m’a permis de ne pas avoir peur de créer mon métier et de devenir entrepreneuse.

J’ai sauté le pas grâce à un premier cours, donné malgré moi

Une copine blogueuse organisait un événement dédié au véganisme chaque année. Un jour, elle est venue me demander d’y animer un cours de cuisine végétale. J’ai répondu immédiatement non. Je ne pensais pas du tout en être capable. Elle a insisté et j’ai fini par accepter.

J’ai présenté cinq recettes de tempeh, un ingrédient indonésien. À ma grande surprise, j’ai adoré et les élèves aussi. C’est apparu comme une évidence : « mais oui, je suis faite pour ça » ! J’ai commencé à donner quelques cours chez moi, puis dans des lieux que je louais.

Je trimballais beaucoup d’affaires et c’est vite devenu compliqué logistiquement. Alors je me suis dit « soit j’arrête tout, soit je vois les choses en grand et j’ouvre un atelier ». C’était il y a deux ans et demi, je venais d’avoir 33 ans et, 3 mois plus tard, je lançais La Parenthèse Végétale sur Paris.

Le comble : avant, je n'aimais pas spécialement manger !

J’ai longtemps eu un rapport à l’alimentation qui n’était pas très gourmand. Je n’y prenais aucun plaisir, je ne faisais que m’alimenter pour répondre à un besoin vital. En Indonésie, j’ai découvert différentes recettes de riz, le tempeh, le piment, les sauces, les légumes et j’ai commencé à adorer manger. Je dois beaucoup à ce pays !

Le nom « La Parenthèse Végétale » explique vraiment mon activité

Mes cours sont souvent l’occasion d’ouvrir une parenthèse dans la vie de personnes qui ne sont pas du tout véganes. Par exemple, j’y reçois des équipes d’entreprise dans un objectif de team building (sic. renforcement des liens entre les employés).

Aussi, les symboles des parenthèses « () » me font penser à un cocon, soit l’atmosphère que je voulais donner à mon atelier. J’y ai accolé le mot « végétal » parce qu’il était évident d’inscrire cette connotation d’une façon ou d’une autre.

Dans le milieu "éthique", il est encore difficile de définir son prix

Au départ mes cours étaient moins chers, mais ce n’était pas viable. Lorsque je les ai augmentés, j’ai dû faire face aux critiques. Légitimer son prix peut s’avérer très difficile, principalement quand tu es dans une démarche bienveillante. Souvent, on ne se rend pas compte du coût d’une prestation.

Par exemple, j’ai le loyer du local à payer et, malheureusement, les propriétaires ne prennent pas la bienveillance comme mode de règlement. Dans les milieux définis par les valeurs éthiques et les passions, c’est dur de demander de l’argent. J’ai d’ailleurs participé à l’écriture d’un livre sur le sujet, Les artistes ont-ils vraiment besoin de manger ? chez Monstrograph, que je recommande vivement.

J’ai auto-édité mes premiers livres 

En 2010, j’avais réuni plusieurs blogueuses pour écrire des recueils de recettes végétales sur différentes thématiques : « les fêtes », « vite fait bien fait » et « healthy comfort food ». C’était moi l’éditrice et c’était génial ! Je m’occupais de gérer les timings, la mise en page, et la promotion.

J’avais contacté une dessinatrice que j’aimais beaucoup pour certaines illustrations. Ces ouvrages sont toujours gratuits et encore régulièrement téléchargés. Mes petits plats des 4 saisons a été le premier livre que j’ai réalisé seule, en quatre mois environ, mise en page comprise. L’autoédition est une expérience qui m’a beaucoup plu, je pense que je recommencerai !

Dans la cuisine, les femmes sont sous-représentées

Trop souvent, l’image d’une cuisinière c’est celle de la petite bonne femme qui fait sa petite cuisine, alors qu’un homme, lui, il révolutionne le monde culinaire, il crée, c’est un artiste. Nous, on doit aller chercher notre légitimité à la sueur de notre front.

Dans plein de milieux, il y a des gens qui pensent encore que derrière la réussite d’une femme, il y a un mari super riche sans qui ce ne serait pas possible. Ou d’autres qui se demandent si c’est parce qu’elle est jolie. Ce sont des clichés navrants, qu’on doit casser à tout prix.

Je suis entourée de femmes qui m’inspirent…

Grâce à mon blog, j’ai pu rencontrer Ophélie Véron et Marie Laforêt, qui sont aujourd’hui de vraies amies. Elles me boostent et m’inspirent chaque jour. Tout comme mon amie québécoise Élise Désaulniers, qui a écrit plusieurs ouvrages sur la théorie du véganisme et est aujourd’hui présidente de la SPCA (équivalent québécois de notre SPA).

Mon conseil : allez à votre rythme, il faut savoir se préserver !

Avant, j’avais tendance à mener mille projets en même temps. Aujourd’hui, j’ai mis mon blog de côté, pour me concentrer sur les cours de cuisine. Je n’ai qu’une vie qui est elle aussi très précieuse.

Désormais, je ne m’en veux plus si je n’ai pas sorti 5 bouquins dans l’année alors que j’aurais pu. C’est le slow working ! Construisez votre chemin pas à pas et ne vous en voulez pas de mettre du temps.

N’hésitez pas à vous entourer de personnes qui peuvent vous aider mais ne paniquez pas non plus si vous êtes seul. Apprenez à vous faire confiance.

 

Melle a créé le blog PIGUT pour donner des ressources aux personnes qui s’intéressaient, comme elle, au véganisme. Aujourd’hui, elle donne des cours de cuisine végétalienne dans son atelier La Parenthèse Végétale.

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier ou pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

 

 

 

 

 

Articles du dossier Les Miss Terriennes
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte