Eduquer autrement

La réorientation scolaire pour guider mon enfant qui rentre en terminale

Publié le 7 septembre 2019
Ancienne infirmière et depuis plus de 20 ans coach et thérapeute individuel ou de couple, Sophie a toujours travaillé dans l’accompagnement, l’émergence des talents, dans l’épanouissement de la personne, dans le courant humaniste. Son cabinet Bilanciel existe depuis 2000. Son nouveau centre UDC de thérapies holistiques a ouvert en 2019. Etre bien dans son corps et dans sa tête est son leitmotiv.
Pour aider notre ado, il est important de ne pas faire de projection sur ce que l'on aurait aimé qu'il fasse.
Pour aider notre ado, il est important de ne pas faire de projection sur ce que l'on aurait aimé qu'il fasse.
© Element5 Digital

Les élèves de première ont pu découvrir, cette année, la nouvelle réforme du bac. Parmi les changements opérés : les séries S, ES et L ont disparu, et les résultats obtenusen fin de première sont pris en compte pour le baccalauréat. Si ces mesures entendent construire une culture commune solide pour tous, elles mettent une pression supplémentaire aux élèves concernés.

L’orientation scolaire se prépare de plus en plus jeune. Avec la nouvelle réforme, l’exigence de connaître sa voie professionnelle devient stressante voir même angoissante pour les jeunes mais aussi pour leurs parents.

La réforme du Bac concerne les élèves qui sont entrés en seconde générale et technologique en septembre 2018. La première session du nouveau baccalauréat général et technologique a lieu en 2021. Le contrôle continu et les épreuves anticipées commenceront dès la classe de 1re, en 2019-2020.

>> A lire sur FemininBio Orientation scolaire : comment guider votre ado ?

Il y avait entre 12 et 16 épreuves à passer en fonction du parcours des élèves. Aujourd’hui, en fin de première, il y aura une épreuve anticipée de français (écrit et oral). En terminale il n’y aura plus que 4 épreuves. Ce nouveau Bac comprendra une part de contrôle continu qui valorisera ainsi le travail effectué tout au long de l’année de 1ere et de Terminale. Cela favorisera pour les lycéens un enseignement commun et à la fois des enseignements de spécialité pour affiner leur projet correspondant à leurs motivations.

Comment y réfléchir et aider nos jeunes à se trouver, se comprendre et à faire émerger leurs besoins ?

Premiers conseils pour les parents :
• Ne pas faire de projection sur ce que l’on aurait aimé faire et le vouloir pour notre enfant
• Rester le plus neutre possible et objectif
• Accueillir tous les possibles même si cela ne correspond pas à ce que l’on souhaiterait pour lui
• Lui faire peser le pour et le contre sur les métiers qu’il choisit avec les possibles débouchés, filières.
• Ne pas raisonner qu’avec des matières orientées scientifiques ou grande école (ancienne filière S qui soi-disant ouvre à tout mais en fait à rien si le jeune n’est pas matheux ou s’il penche pour les matières littéraires), cela conforte plutôt l’ego des parents mais peut perdre l’enfant dans une voie qui ne lui correspond pas du tout
• Se faire aider par une orientation scolaire car le jeune a besoin de pouvoir s’exprimer sans peur de ne pas correspondre aux attentes de ses parents

A quoi sert une orientation scolaire ?

Elle permet au jeune de se projeter dans le futur dans le monde professionnel, de confronter ses envies avec une meilleure connaissance de soi et confiance en soi.

>> A lire sur FemininBio Accompagner son adolescent dans la confiance 

Trois axes indissociables permettent de réaliser si la personnalité, le potentiel et la motivation profonde peuvent correspondre au métier convoité. Parfois le jeune souhaite exercer une profession mais il n’en a pas le potentiel ou bien les qualités, il risque de s’arrêter en cours de route. Souvent il vaut mieux une filière technique adaptée qu’une filière générale pour des enfants peu scolaires.  Un BTS en alternance par la suite, peut être aussi préconisé car il est très valorisé en entreprise.

Avec Bilanciel, un bilan se passe en 3 étapes de 3h avec un axe personnalité de développement personnel et de connaissance de soi, un axe potentiel points forts et points faibles, un axe émergence des talents, des besoins, des motivations.

Ces étapes sont fondamentales pour comprendre comment le jeune travaille, son type d’intelligence concrète ou abstraite, s’il a besoin d’un cadre structuré ou plus d’un cursus universitaire, s’il s’oriente vers de longues études ou bien plus courtes en apprentissage ou bien des études très concrètes jalonnées de stages en entreprise. S’il a une vocation, on pourra vérifier que cela correspond bien à une motivation profonde et non à une idéalisation ou un besoin de réitérer un exemple parental.

L’essentiel est bien travers ce bilan de remettre souvent de la communication et de la liberté d’expression pour le jeune qui pourra affirmer haut et fort ses convictions sans oppression avec des arguments objectifs. Il pourra évoluer et se décider en se sentant sécurisé par ce travail avec son conseiller qui l’appuiera dans ses démarches.

Un bilan d’orientation est un réel gain de temps pour tous, car il permet de rester ouvert à toutes les opportunités pour le jeune en recherche. Les parents se sentent aussi moins seuls pour les choix décisifs et ils peuvent réellement ensuite accompagner sans prise de tête, injonction, projection ou autorité éprouvante non constructive.

Sophie Touttée Henrotte est la fondatrice du cabinet Bilanciel, et auteure de Voyage au coeur du lien, paru aux éditions Panthéon. Toutes ses actualités sur Orientation Scolaire 92.
 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Mon enfant et moi
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte