Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Cosmétiques

Cosmétiques, le sans paraben n'est pas forcément sans danger

femme cosmétiques
Un produit "sans paraben" cache souvent d'autres conservateurs synthétiques tout aussi néfastes mais moins connus du grand public.
Cosmebio Labels de cosmétiques bio : décryptage
Anne-Marie Gabelica
Anne-Marie Gabelica
le 17 octobre 2014
Bonne nouvelle, les parabens disparaissent peu à peu des formules cosmétiques. Mais les substituts sont-il plus sains ? L'experte beauté Anne-Marie Gabelica fait le point.

Partenaire

Les parabens - ou parabènes, sont des conservateurs synthétiques très fortement soupçonnés d'être cancérogènes et perturbateurs endocriniens. Ils sont pourtant massivement utilisés par l'industrie cosmétique pour leur efficacité contre le développement de micro-organismes : champignons, bactéries... 

Présents dans la très grande majorité des produits de beauté il y a encore dix ans, ils restent malheureusement encore autorisés à ce jour. En revanche, la mise en garde médiatique sur les risques liés aux parabens a permis d'alerter les consommateurs et poussé de nombreuses marques à les abandonner. Au point que chez ceux qui ont banni les parabens de leurs formules, l’étiquetage du "sans paraben" est même un puissant argument commercial.

Sans paraben ne signifie pas sans conservateurs de synthèse

Cependant, un produit "sans paraben" cache souvent d'autres conservateurs synthétiques tout aussi néfastes mais moins connus du grand public. Attention donc à bien vérifier les listes d'ingrédients de vos produits cosmétiques lorsque vous voyez la mention "sans paraben" !

Parmi les nouveaux conservateurs privilégiés de l'industrie cosmétique, il y en a deux qu'on retrouve quasi-systématiquement en remplacement des parabens : le méthylisothiazolinone et le phénoxyéthanol.

Méthylisothiazolinone : un paraben de remplacement

Le méthylisothiazolinone est un des principaux substituts aux parabens. Ce biocide a des propriétés allergisantes très prononcées et est responsable de fortes irritations cutanées chez les consommateurs de produits cosmétique en contenant. Pour les personnes à la peau fragile, le contact du méthylisothiazolinone peut même se solder par de l'eczéma de contact, soit l'apparition de plaques rouges et de fortes démangeaisons.

Présent dans de nombreux shampoings, crèmes et lingettes pour bébé, on peut également le trouver dans les listes d'ingrédients sous l’appellation Kathon CG. La législation en vigueur limite sa concentration dans les produits cosmétiques à un maximum de 0,01%. Pour autant, le nombre d'irritations cutanées liées à ce biocide serait en croissance d'après la Société Française de Dermatologie. 

Tout comme les parabens, c'est donc un conservateur au faible coût qui ne nécessite pas d'être présent en grande quantité pour être efficace, mais qui présente de sérieux risques pour la santé.

Phénoxyéthanol : jamais sur mes enfants !

Le phénoxyéthanol est utilisé sous sa forme synthétique comme conservateur cosmétique. Souvent, il sert même de solvant pour d'autres conservateurs. Issu de la famille des éthers de glycol, cet allergène reconnu peut provoquer urticaire et eczéma (oui, lui aussi).

Bien que sa concentration dans les produits de beauté soit limitée à 1%, 100 fois plus que son homologue le méthylisothiazolinone, ce composant présente des risques cancérigènes non négligeables et peut entraîner de graves troubles de la fertilité chez l'homme, une conséquence qui n'est pas sans rappeler l'action des perturbateurs endocriniens. En somme, il est également nocif pour le sang et le foie, notamment chez l'enfant de moins de 3 ans pour qui le seuil de concentration est beaucoup plus bas que chez l'adulte.

Attention aux lingettes pour bébé 

Ainsi, l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) recommande de réduire la concentration de phénoxyéthanol à 0,4 % dans les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans. Elle conseille aussi d'éviter complètement les lingettes pour bébé contenant du phénoxyéthanol (une recommandation soutenue par l'Agence Sanitaire Française). On le trouve également sur les listes d'ingrédients sous le nom de phénoxytolou EGPhE.

Liste des conservateurs à éviter

L'absence de paraben ne signifie pas que d'autres conservateurs tout aussi douteux ne sont pas présents dans la formule. Cependant, les appellations des conservateurs sont nombreuses et peuvent paraître difficiles à différencier sur une liste d'ingrédients. 

D'ailleurs, si le phénoxyéthanol et le méthylisothiazolinone sont les principaux substituts aux parabens utilisés aujourd'hui en cosmétique, il existe d'autres conservateurs chimiques fréquemment utilisés qui présentent d'importants risques pour la santé. Voir la liste complète des conservateurs à éviter en cosmétique.

Optez pour la cosmétique bio !

Le meilleur moyen de garantir l'absence de ce type de conservateurs reste donc d'opter pour des produits cosmétiques bio ou de formule 100% d'origine naturelle. 

Les cahiers des charges bio autorisant un nombre très limité de conservateurs synthétiques, tous sans dangers pour la santé (tels que l'acide sorbique ou encore l'acide hydroacétique), excluent bien tous les conservateurs synthétiques potentiellement toxiques, également absents des formules 100% d'origine naturelle. 
 

L'experte : Anne-Marie Gabelica  est ingénieure agronome diplômée en biochimie. Elle a créé oOlution, la 1ère de gamme de soins visage sur-mesure, à base de plus de 65 actifs 100 % bio, certifiée vegan, sans dérivés d'huile de palme et éco-conçue.

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire