Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Bien-être

L'influence hormonale de l'activité physique : ordre et désordre !

femme sport course
Barbara Meyer
Barbara Meyer
le 16 février 2007
L'activité physique entraîne de nombreuses variables physiologiques et biochimiques pour maintenir l'équilibre nécessaire à la vie. Découvrez l'influence hormonale de l'activité physique !

Partenaire

Sport et syndromes prémenstruels
Qui n’a jamais souffert des syndromes prémenstruels, ovulatoires et autres problèmes féminins m’appelle sur le champ !
Car nous sommes toutes soumises à un moment ou un autre de notre vie à des syndromes plus au moins désagréables qui peuvent aller jusqu’à gêner notre quotidien. Pleurer parce que notre chef ne vous a pas dit bonjour ce matin c’est un peu excessif, non ? Oui, mais vous n’y pouvez rien c’est pas votre semaine ! Et bien maintenant vous pouvez faire quelque chose : mettre de l’ordre dans votre intérieur féminin. L’activité physique entraîne nombreuses variables physiologiques et biochimiques pour maintenir l’équilibre nécessaire à la vie.
Ce sont les systèmes nerveux et endocrinien qui travaillent de concert pour contrôler le mouvement et tous les processus physiologiques qu’il nécessite. Le système endocrinien sécrète les hormones et le système nerveux gère nos humeurs.
Le sport réduit les effets physiques et psycho des symptômes prémensuels

Une activité physique régulière (20 à 30 minutes 4 à 5 fois par semaine) et en particulier les exercices de type aérobics (course à pied, natation, vélo, danse, …) augmentent l’irrigation sanguine des différents organes et aident ainsi à régulariser la fluctuation des hormones y compris les hormones sexuelles. Elle a donc une influence directe sur les symptômes prémenstruels en réduisant leurs effets physiques (maux de ventre, migraine etc) mais également leurs effets psychologiques.
L'exercice physique comporte en effet un aspect psychologique important. Il permet de libérer le trop-plein d'énergie et/ou de créer de l‘énergie le cas échéant, réduisant ainsi d’hyper nervosité et les sensations de fatigue. Pour bien des femmes, l'exercice physique contribue aussi à augmenter leur estime d'elles-mêmes, ce qui aide également à lutter contre la déprime prémenstruelle.

L’influence notable de l’activité  physique sur les syndromes prémenstruels peut prendre quelques mois. Alors persévérez !  
Les syndromes prémenstruels cause ou conséquence du stress ?
Le stress ni ne provoque ni n’aggrave les syndromes prémenstruels, mais il semble que les femmes touchées par ces symptômes soient, en général, plus stressées que celles qui ne le sont pas. On a aussi constaté que les femmes perfectionnistes sont plus souvent sujettes au syndrome. Toute discipline visant à une meilleure gestion du stress (relaxation, sophrologie, yoga, etc.) s'avère donc utile. Par ailleurs, il est également recommandé d'éviter les sources de stress. Compte tenu du climat de tension que provoquent les syndromes prémenstruels, il est recommandé de réduire les sources de stress, le rythme travail/maison/sorties.
Les astuces qui font du bien !

La semaine précédant vos règles :
  • Profitez-en pour organiser une soirée filles ! Savoir que l’on n’est pas seule dans ce cas ça fait toujours du bien !  
  • Modifiez un peu votre alimentation en réduisant vos apports glucidiques complexes (pain, pâtes, céréales,…)
  • Et ne prenez pas de décisions importantes.
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire