Cycle féminin

Puis-je faire confiance à mon corps avec la technique de la symptothermie ?

Publié le 30 juillet 2019
Formatrice en méthodes symptothermiques et en physiologie du cycle. Son livre est paru chez Hachette : "Cycle féminin et contraceptions naturelles".
"Tu es femme. Tu es forte parce que tu n'es pas constante, parce que le rythme du changement est le rythme de l'univers." – Miranda Gray
"Tu es femme. Tu es forte parce que tu n'es pas constante, parce que le rythme du changement est le rythme de l'univers." – Miranda Gray
© unsplash / Chris Lawton

En matière de contraception, peut-on faire confiance à son corps ? C'est l'approche que proposent les MOC (méthodes d'observation du cycle), dont la plus connue est la symptothermie. Si ces méthodes demandent une bonne formation pour être maîtrisées, leur richesse est de nous ramener à nous-mêmes.

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #23 juin-juillet 2019
>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

Le rythme et le renouvellement des saisons de la Terre, l’ensemble des cycles du vivant m'ont donné la convictionque je pouvais avoir confiance en mon propre cycle. Nos corps sont des miroirs de la nature, obéissant aux mêmes rythmes du vivant.

À l’image de l’hiver, du printemps, de l’été, de l’automne et de leur impact sur chaque créature, mon corps varie aussi cycliquement, je le ressens depuis l’adolescence. Le cycle de la vie est lisible.

Comprendre son cycle 

À chaque cycle, je traverse une période de remise à zéro de mes énergies (les règles) puis une période de croissance de la vitalité, d’idées plein la tête, dès que mes règles s'achèvent. Ma fertilité redémarre alors (phase folliculaire), tournée vers la nouveauté, en même temps que croissent mes œstrogènes qui m’amènent à créer, produire, sortir de ma coquille.

S'ensuit une période de zénith énergétique, de désir de transcendance, qui encadre mon ovulation, portée par ce sentiment si spécifique d’être à ma place et de ne plus faire qu’un avec l’univers. Bien dans ma peau, quelle sécurité, quelle assurance aussi! Déjà, j’arrive à cerner les jours les plus précis autour de mon ovulation.

Ensuite, je constate un état plus lucide, voire de repli, avec cette même régularité... à chaque cycle. Je me pose, je reviens à moi. Tournée vers les choses à résoudre, les points à organiser sérieusement pour avancer. La phase lutéale de progestérone m’amène toujours à chercher à "boucler une boucle", et le bon angle pour analyser les choses et les résoudre.

Je suis une créature naturelle qui perçoit sa fertilité variante, un peu comme la sève d'un arbre. Ce ressenti m'a amené à prendre au sérieux les méthodes naturelles basées sur l’écoute stricte au jour le jour du corps vivant. Observant les arbres fruitiers qui croissent, offrent, sèment, je retrouve mon rythme en eux. J’observe les plantes annuelles qui, dans la sérénité, vivent leur cycle sous mes yeux, à l’image du mien.

Les écrits de Maïtie Trelaün et Miranda Gray m’ont énormément fait progresser! Je me nourris de ces écrits, car ils dévoilent tant de parallèles avec une autre de mes passions, la permaculture.

Réinvestir les saisons aide à réinvestir nos saisons intérieures

En observation des cycles féminins comme en permaculture, on cherche à réapprendre le naturel, à redécouvrir le bon sens. Pour débuter l’auto-observation du cycle, il s'agit simplement d'incarner son corps, d'être présente à soi-même, et d'apprécier l’efficacité de l’écosystème présent (mon corps) sans rien lui imposer. Observation minutieuse, puis détermination des principes directeurs. Entre deux périodes de règles : renaissance, croissance, expansion (l’ovulation), sélection.

Mon corps est ce terrain qui sait se régénérer et repartir à zéro. Ce terrain où l’on ne dispose pas de tout, à chaque saison, puisque certaines saisons sont fertiles et d’autres pas.

Observer les bio-indicateurs du corps: pas de hasard en contraception naturelle!

En matière d’observation du cycle à visée de contraception naturelle, il faut des mesures strictes. Comme on mesurera le pH d’un sol pour constater sa fertilité, ou la température extérieure pour savoir s’il est temps de semer, on procède à une analyse physiologique efficace du corps.

Celui-ci possède 3 bio-indicateurs à combiner pour indiquer si la fertilité est présente ou non :

  • la température corporelle au réveil, c’est-à-dire la température "ambiante" de mon écosystème ;
  • le pH intime, c’est-à-dire la qualité et l’aspect de la perte naturelle fertile (glaire cervicale) : l’eau de mon écosystème ;
  • l’aspect et la dureté du "sol" intime: le col de l’utérus.

Ces trois signes sont à observer chaque jour pour ouvrir puis fermer la fameuse "fenêtre de fertilité". On appelle ces protocoles d’analyse à trois contrôles les "analyses symptothermiques" (AST) du cycle. Cinq protocoles reconnus d’analyse existent actuellement, pour lesquels vous trouverez des livres d’apprentissage et des formateurs affiliés: INER Rötzer, CLER, Sensiplan, Seréna, Symptotherm.

Être formée par un professionnel est bien souvent le seul moyen d’obtenir le meilleur taux de réussite avec ces méthodes, celui de 99,6 %, reconnu par l’OMS et le quotidien des médecins. Car, pour que cela fonctionne, il ne faut laisser aucun hasard et comprendre son corps à 100 %!
Notez aussi que ces méthodes ne peuvent prendre place que pour un couple stable. Elles ne protègent pas des IST. Seuls les préservatifs, masculin ou féminin, protègent des IST.

Intégrer son cycle menstruel: confiance et guérison!

Lire mon cycle m’a fait découvrir un féminin naturel au cœur de moi, pluriel et infiniment plus intéressant, noble et complet que le féminin (parfois très fantasmé ou caricaturé) que mon passé m’avait fait côtoyer... Et si l’image de la femme m’était contée par mon corps lui-même?

Avec l’auto-observation du cycle vivant tout se redessine : femme miroir du cycle des saisons de la Terre, de la Lune, de la Mer. Serait-ce cela, le féminin guérisseur? J’ose le croire!

Une fois compris, le rythme naturel alterné en nousne nous rend pas plus faible, car être moins linéairequ’un homme ne nous limite pas. Nos propriétés portent avec puissance la force de la régénération, l’autoguérison, et nous permettent d’avancer en évoluant puissamment d’un cycle à l’autre dans nos corps, nos consciences et nos santés, si l’on ose écouter, respecter et explorer le mouvement fertile de tout notre "jardin-corps".

"Tu es femme. Tu es forte parce que tu n'es pas constante, parce que le rythme du changement est le rythme de l'univers." – Miranda Gray

 

Audrey Guillemaud est formatrice en méthodes symptothermiques et en physiologie du cycle. Son livre est paru chez Hachette : "Cycle féminin et contraceptions naturelles".

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Contraception au naturel
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte