Santé

Immobilité au travail : pourquoi s'activer régulièrement est important

Publié le 13 février 2017 - Mis à jour le 4 juillet 2018
46 % des cadres passent plus de 20 heures par semaine devant un écran
46 % des cadres passent plus de 20 heures par semaine devant un écran
© Pixabay

Selon l’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité, le temps consacré à des activités sédentaires n’a cessé d’augmenter depuis les années 1960. Alors pour rester en forme, bougez, même au travail !

Nous passons trop de temps assis. L’Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité (ONAPS) tire la sonnette d'alarme dans son bulletin de février. En France, en 1994, 12% des salariés travaillaient plus de 20 heures par semaine devant un écran. En 2010, la proportion est passée à 23%. Si l’on zoome sur les comportements des cadres, les chiffres sont encore plus alarmants : sur la même période, la proportion est passée de 18% à 46% ! Les chiffres de l’enquête SUMER DARES 2012 révèlent ainsi que nous passons plus de la moitié de notre temps éveillé dans un état sédentaire

Et comme nous passons une grande partie de nos journées au travail, c’est assez logiquement de ce côté-là qu’il faut chercher à faire bouger les lignes. « La sédentarité au travail multiplie les risques de décès toutes causes confondues par 1,82 et de décès liés à une maladie coronarienne ou cardiovasculaire par 2,0621 » précise l'ONAPS en s’appuyant sur une étude italienne récente. Et l’augmentation des risques n’est pas proportionnelle, mais exponentielle : « entre 4 et 8 heures passées assis, chaque heure assise augmente la mortalité de 2%. Au-delà de 8 heures, chaque heure assise supplémentaire augmente la mortalité de 8%. Au total, rester assis plus de 10 heures par jour augmente la mortalité de 34% ».

Que faire ? Bouger en toute occasion !
Passer du temps debout est une première étape : être debout un quart de sa journée diminue les risques sur la mortalité globale et d’origine cardiovasculaire de 18 à 21%, et si l’on est debout les trois quarts de la journée, ils diminuent même de 27 à 32 %. Cherchez donc des tâches que vous pourriez effectuer debout : ce peut être prendre un café comme faire des photocopies. Et pour aller plus loin, pourquoi ne pas passer vos appels loin de votre chaise ? Si vous avez un téléphone sans fil, vous pourrez même marcher en discutant avec votre interlocuteur.

Multipliez également les occasions de vous lever : « le simple fait de se lever de sa chaise 5 minutes toutes les 30 minutes pendant 8 heures diminue l’augmentation de glycémie postprandiale de 34% par rapport au groupe restant assis 8 heures consécutives ». Au-lieu d’envoyer des mails à tout va, prenez le temps d’aller jusqu’au bureau de vos collègues : non seulement vous faites un peu d’exercice et vous reposez vos yeux de l’exposition aux écrans, mais en plus, c’est bien plus convivial pour vous et pour les autres.

Au-delà, il est bon aussi de s’activer : marcher 30 minutes par jour 5 jours par semaine diminue de 19% le risque de maladie coronarienne. Les astuces les plus simples et les plus connues sont de descendre une ou deux stations de métro plus tôt pour aller ou revenir du travail, de profiter de la pause-déjeuner pour sortir s’aérer ou encore pour les mamans, d’aller chercher les enfants à pieds à la sortie de l’école. A vous de tester ce qui vous convient le mieux. Et bien sûr, si vous pouvez faire plus et prévoir des vraies séances de sport une à plusieurs fois par semaine, ne vous privez pas : le sport est un révélateur de bonne humeur !

Articles du dossier Bien-être au travail
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte