Vie professionnelle

Travailler en open space : atout ou calamité ?

Publié le 9 février 2018
Une double expertise unique : Caroline allie le Feng Shui et la méditation active pour accompagner tous ceux qui souhaitent optimiser leurs savoir et l’espace dans lequel ils évoluent. Elle propose un accompagnement psycho-énergétiquue sur mesure adapté à chacun, à la maison comme au bureau.
Un espace de travail calme et lumineux favorise l'efficacité et une bonne ambiance.
Un espace de travail calme et lumineux favorise l'efficacité et une bonne ambiance.
© Freepik

Sous forme de fable contemporaine, Caroline Gelizes-Chevallier, experte en feng-shui, fait le point sur l'open space, une organisation des bureaux qui a fait l'objet d'une mode dont on commence seulement à mesurer l'impact.

Alex avait les yeux perdus dans le vague, son esprit, sombre vagabondait, le moral en berne. Il ne comprenait pas ce qui se passait au bureau. Il y a quelques mois encore, son entreprise florissait. Petite start up montée avec ses deux copains il y a dix ans, elle avait explosée, ils comptaient maintenant une vingtaine de salariés. Ses bureaux, au 8ème étage d’un hôtel particulier à Paris faisaient partie de son rêve : un appartement avec une vue imprenable sur le Trocadéro, le champs de Mars, l’Ecole Militaire avec, entre ces deux derniers, le Mur de la Paix ; tous les bureaux donnaient sur cette vue, une vue à la fois belle et réconfortante, leurs clients étaient impressionnés

Puis vint la vague de récession. Le propriétaire lui avait proposé de louer des bureaux dans le même immeuble, rez-de-chaussée et sous-sol, adresse inchangée, surface plus que doublée, pour un prix réduit de plus de la moitié. C’était une aubaine : un grand open space pour ses salariés et un bureau vitré qui dominait la pièce pour lui et ses associés.

A lire aussi : 3 conseils pour apporter le bonheur des vacances au bureau

Si l’idée paraissait idéale, il suffit de quelques mois pour voir l’ambiance se dégrader : les équipes paraissaient moins créatives, les commerciaux avaient du mal à trouver l’énergie pour démarcher de nouveaux contrats, l’ambiance, autrefois joyeuse et dynamique, devenait une énergie fébrile. Il avait eu deux cas de burn-out dans les 6 mois qui suivirent l’installation en sous-sol, deux de ses employés en était même venus aux mains. En dix ans, il n’avait jamais vu ça.

Il commençait à réfléchir sur ce que lui avait dit l’expert Feng Shui qui l’avait conseillé lors du déménagement et que, franchement, il n’avait pas écouté : comment une science, chinoise, qui plus est datant de 3000 ans, pouvait elle s’appliquer à sa start up des nouvelles technologies ?

D’un côté, les atouts de l’open space étaient importants, chiffrables et tangibles :

  • Augmentation de la surface des locaux (fois deux)
  • Réduction de 50% du prix de location, diminution significative des frais généraux.
  • Communication entre les équipes augmentée : tous ensemble, toutes les informations circulaient, qu’on le veuille ou non, on entendait tout
  • Gain de temps incroyable : fini les réunions tous les lundi matin pour faire un point, plus toutes les autres « mini réunions » qui empoisonnaient son emploi de temps.
  • Fini les pauses café autour de la machine où il trouvait que ses équipes passait trop de temps et riaient ensemble au lieu de bosser

Et pourtant, l’ambiance était devenue particulière :

  • Les équipes, regroupées par blocs de 4 ou 5 se parlaient moins,
  • L’espace cafét’ au sous-sol était désespérément vide, on n’entendait plus les rires, on ne voyait plus les confidences échangées à mi-voix.
  • Deux de ses employés avaient fait un burn-out
  • Les incivilités augmentaient, les violences verbales aussi, à tel point que deux salariés en étaient venus aux mains.
  • Les visages étaient plus fermés, les sourires moins fréquents.

Comment remédier à cela ? Il allait ressortir le dossier Feng Shui que l’expert lui avait remis à l’époque. Il ne risquait rien à suivre les conseils, et peut-être même que cela aiderait-il à remettre ses équipes sur de bons rails ? Les conseils étaient les suivants :

  • Privilégier les espaces privatifs (salle de réunion, espace pour converser en toute intimité)
  • Privilégier les bureaux partagés : deux à 5 collaborateurs dans un même espace délimité (cloisons)
  • Une disposition des tables de travail dos aux murs
  • La possibilité de décorer ses murs, de disposer des plantes vertes (il paraît que cela est favorable à la créativité)
  • Assurer un certain calme afin de privilégier la concentration (cela développe la performance)
  • Délimiter les espaces personnels en donnant la possibilité à chacun de faire le tour de son bureau, sans frein et sans obstacle
  • Remettre à l’ordre du jour les « réunions du lundi » qui permettent à chacun de mobiliser son énergie et son objectif tout en canalisant les ressources
  • Permettre la circulation d’informations choisies et non imposées

A lire aussi : Aménagements de bureaux selon les règles du Feng-Shui

Alors l’open space, un atout ou une fatalité ? Les études tendent à démontrer que cette organisation du travail n’est pas aussi idéale qu’elle paraît, et qu’un salarié heureux dans son espace est plus performant. Une solution serait peut-être un mixte entre l’open space et le bureau individuel : le bureau partagé.

Pour aller plus loin

Heureux au boulot avec le Feng Shui
Caroline Gleizes-Chevallier
éditions Eyrolles
17,90 €

Articles du dossier Bien-être au travail
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte