Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Bons plans

10 bons plans bio anticrise

credit cooperatif Economie humaine
Mis à jour le 25 février 2021

Partenaire

  • Je mange local et de saison

En un mot je deviens locavore. Pour appliquer ce principe de base d’une alimentation bio, j’ai plusieurs solutions : marché du samedi matin, producteur du coin, cueillette à la ferme ou Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (AMAP) où j’obtiens, en contrepartie d’un abonnement annuel, chaque semaine un panier de légumes et fruits bio de saison (13 € en moyenne pour 5 repas de 2 adultes,). Le site Paysans.fr, lui, vend en ligne des produits frais livrés gratuitement à domicile à des prix comparables aux hypermarchés grâce à des producteurs locaux mieux payés que par la grande distribution. En achetant des aliments sans pesticides, sans transport, sans emballage et sans intermédiaire, je paye moins et je pollue moins. Chez certains maraîchers, je peux troquer des heures de travail contre des légumes. Pour les AMAP : www.amap-idf.org, www.allianceprovence.org Pour les cueillettes : www.chapeaudepaille.fr, www.ferme.gally.com, www.cueillette-a-la-ferme.com,

 

  • Je change ma liste de courses

Les fruits et légumes bio ne sont pas seulement plus sains, ils sont plus rassasiants et plus fermes à mâcher. J’en mange moins, je grignote moins. Mon budget alimentaire s’en ressent illico.

Je privilégie les aliments bruts. Aux oubliettes plats tout prêts, sodas, gâteaux et autres yaourts aromatisés. J’achète l’essentiel et le meilleur pour ma santé. Les produits transformés sont les plus mauvais.

Pour l’entretien, un seul produit bio multi-usage suffit pour briquer ma maison du sol au plafond. J’utilise le vinaigre blanc en anticalcaire pour seulement 0,40 €. Je retrouve le bon savon d’antan plus économique que le savon liquide.

Une étude allemande a montré que les familles qui consomment bio baissent de 8 % leur budget alimentaire.

 

  • Je diminue les protéines animales


Mon repas bio type contient plus de céréales complètes, de légumes et peu de viande et de fromage (20 %).

Je mange une seule fois par semaine de la viande et deux à trois fois du poisson.

Sinon, j’opte pour des œufs, du tofu, du seitan. Je me mets aux graines germées que je fais pousser (alfalfa, brocoli), pleines de nutriments, rassasiantes et économiques.

Pour mes ados en pleine croissance, les pâtes semi-complètes sont si nourrissantes qu’une assiette suffit.

Résultat : les protéines végétales me reviennent moins chères que la viande et mon équilibre nutritionnel est meilleur. Pour une journée, moins de 6 € par personne.

  • Je fonce sur les petits prix


Après la grande distribution comme Carrefour, Monoprix, Casino, c’est au tour des hard discount de se mettre au vert. Leader Price a lancé sa gamme Leader Bio à des prix attractifs mais c’est l’enseigne Ed qui bat les records. Sous sa marque Dia bio, je remplis mon caddie de produits de base : lait (1,04 € le litre), huile d’olive (2,99 € les 50 cl), fromage blanc (1,40 € le pot de 500 g), pulpe de tomates (0,99 € le bocal de 350 g), mais aussi steaks, jus de fruits, œufs, les pâtes, café… Des produits labellisés AB et à portée de toutes les bourses.

Autre magasin qui rencontre un succès croissant : Caron Bio le supermarché bio à petit prix. Vérification faite : pâtes semi-complètes (0,89 € les 500 gr), 1 kg de pommes bio en saison (1,90 €), crème hydratante (13,99 €).
Liste des magasins sur www.caronbio.fr

  • J’achète en vrac


Moins il y a d’emballage, plus le prix diminue.

La différence de prix peut varier du simple au double.

Je cours au rayon vrac des magasins bio ou des chaînes comme Biocoop, La Vie Claire, Naturalia. Je trouve des pâtes, du riz, des fruits, du café, des fruits secs, des céréales et même de la lessive… Et je surveille les promos régulières ma boutique bio favorite.


Comparatif :
Lentilles vertes en vrac : 2,92 €/kg (Biocoop de Murs-Erigné, 49)
Lentilles bio vertes en paquet : 3,70 €/kg (Auchan).

  • Je traque les déstockages


Sur le site www.bio-tendance.com, je trouve des produits ménagers bradés, sur www.naturel-discount.com des soins bébé, des huiles essentielles, des cosmétiques…

Je craque sans remords sur des produits de marques du commerce équitable ou du bio à des prix exceptionnels comme Ekyog (- 30 % à - 70 %, www.ventes-responsables.com). Pour les bonnes affaires toute l’année, je surveille les promotions des boutiques en ligne www.vetements-ethiques.com et www.made-in-ethic.com.


Je découvre le premier magasin d’usine de mode éthique, Comptoir à Part, à Romans dans la Drôme. Fins de collection et déstockages de marques de textile et accessoires bio jusqu’à - 70 %. Tél. : 04 75 72 66 09, www.comptoirapart.fr

  • Je customise et je recycle


Mon placard est plein de vieilles fringues !

Je les recycle et leur donne une seconde vie en les transformant à mon goût. Je coupe les manches, j’effile les ourlets de jeans ou je couds des perles en bois…

Autre solution, je pense aux fripes. La mode est au vintage, j’en profite. Je cherche le basic patte d’eph’, le col roulé ou la chemise en coton blanc. J’ai un style unique et je reste éthique.

Sinon, comme aux États-Unis, j’organise des trocs de vêtements à domicile avec mes copines ou je passe par des sites spécialisés (www.troceo.com).

  • Je cultive mon potager


Face à la flambée des prix des légumes frais, je redécouvre – comme de nombreux Français – les bienfaits du potager pour moi et pour mon portefeuille.

Dans un système verger-potager, c'est-à-dire en cultivant des légumes au pied des arbres, on peut sur 200 m2 obtenir une belle production, voire une autonomie totale, selon le sol, en fruits et légumes, pour une famille de 4 personnes.

Si je n’ai pas de jardin, il y a des solutions de plantations pour les petites surfaces, balcons ou terrasses (www.grainedejardin.fr). Je peux aussi essayer de décrocher un jardin ouvrier pour 100 € par mois (www.jardins-familiaux.asso.fr).

Idée : je plante sur mon balcon des radis "18 jours" à partir d’avril; ça pousse…18 jours après (environ 2 € les 30 g en jardinerie et chez Botanic).

  • Je cours les salons


Certains salons sont gratuits.

J’y fais de bonnes affaires.

Je rencontre les producteurs locaux, les importateurs.

Je ramène diverses sortes de farine bio pour faire mon pain (1,40 €/kg), des saladiers tendances en bambou à 10 €, des sacs Taloma (en packs de fruits recyclés) à moins de 25 €.

Je surveille les foires régionales aussi.
www.vivez-nature.com, www.salon-bio-respire.com

  • Je le fais moi-même !


J’achète les matières premières et je les transforme.

Je retrouve les recettes d’antan. Yaourts, pains, tofu avec le lait de soja, cosmétiques, soins bébé… n’ont plus de secret pour moi et le prix de revient est tout mini.

Idée : Avec 2 sachets entremets Natali à base d'agar-agar à 0,85 € et un demi-litre de lait bio (1,20 € le litre sur Houra.fr), je prépare 8 flans non sucrés aux saveurs classiques (fraise, chocolat, amandes) ou plus originales avec des épices ou des huiles essentielles (lavande, bergamote).
Je sucre léger avec du sirop d’agave.
Coût inférieur à 2 € !

FemininBio.com
Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire