Vie de couple

Comment s'aimer sans se ligoter ? Nathalie Lefèvre questionne nos vieux schémas relationnels

Publié le 9 octobre 2020
Nathalie Lefèvre, journaliste et directrice d'antenne sur Radio Médecine Douce est l'auteur de "C'est décidé, je m'épouse !" paru aux éditions Larousse.
"En 2020, faire couple avec un autre doit passer par la reconnaissance des besoins complémentaires et d’apparences contradictoires auxquels nous devons répondre."
"En 2020, faire couple avec un autre doit passer par la reconnaissance des besoins complémentaires et d’apparences contradictoires auxquels nous devons répondre."
© Nathalie Lefèvre

Quel sujet plus central que celui de l'Amour avec un grand "A"? Souvent confondu avec celle du couple, la recherche du partenaire idéal peut être source de nombreuses déceptions. En effet, on règle souvent au sein de ce duo les blessures et les manques de notre propre existence. Et si on envisageait enfin la vie à deux sous un autre angle ? 

Cet article a été publié dans le magazine #30 septembre-octobre 2020

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

 

 

Faire couple nous semble être une évidence, jusqu’à ce qu’on se confronte à la vie quotidienne et que nos unions explosent aussi vite qu’elles se sont contractées. On ne peut qu’observer le nombre important de séparations qui surviennent, simplement parce que nous n’avions pas les bons éléments pour réussir l’équation. Une équation unique, de deux individualités, deux imparfaits inconnus, qui doivent apprendre à s’accorder pour créer, ensemble, une harmonie singulière.

"Entre le désir profond de se lier, s’engager corps et âme, et le désir tout aussi profond de préserver sa liberté, d’échapper à tout lien, quel tohu-bohu! (…) Un mariage ne se contracte pas. Il se danse. À nos risques et périls." écrivait Christiane Singer dans son ouvrage Éloge du mariage, de l’engagement et autres folies. J’ai toujours considéré l’amour comme un état naturel, simple et évident, qui m’a fait me lancer dans des histoires dès le plus jeune âge.

" Créer, ensemble, une harmonie singulière"

Ma passion pour l’amour m’a guidé à faire des rencontres, à tomber amoureuse dès les premiers instants de connexions, intellectuelles et physiques, mais j’ai rarement réussi à bâtir mes couples sur des racines solides, et me suis souvent confrontée à la difficulté d’inscrire une union épanouissante dans la durée.

L’union s’apprend et se comprend

Reconnaître que nous galérons – à peu près toutes et tous – à créer des couples heureux, est, pour moi, une première étape de digestion nécessaire, et de remise en question, afin de mieux saisir les enjeux de l’amour. D’ailleurs, l’amour et le couple sont deux éléments bien distincts, et nous commettons souvent l’erreur de les confondre.
Savoir aimer est une capacité naturelle. Je pense qu’un enfant qui vient au monde porte en lui une propension évidente pour l’amour, encore plus lorsque ses parents lui expriment facilement le leur. Mais il y a justement au sein du couple qui nous a donné la vie la clé (et la serrure) de la résolution de nos problématiques amoureuses. Car, s'il est important de s’assurer de la manière dont nous avons été aimé.es, il est tout autant déterminant de se questionner sur la manière dont nos parents se sont aimés ou désaimés. 

>> A lire sur FemininBio 4 étapes pour connaître la joie et pour m'aimer

Afin d’inscrire nos unions amoureuses dans la durée, c’est un travail d’enquête que nous aurons à mener afin, en premier lieu, de s’extirper de la fatalité à reproduire du connu dans laquelle nous sombrons toutes et tous, sans conscience de notre histoire de vie et des écueils de nos générations passées.
Pour me sentir libre de créer le couple qui me ressemble, j’ai emprunté il y a cinq ans cette étape d’investigation de mes croyances inconscientes, mes schémas obsolètes et mes projections stériles.

C’est ainsi que je me suis libérée de la reproduction d’un couple bâti sur des souffrances et le besoin de combler le vide, qui nous habite tous tant que l’on ne se connaît pas a minima, et que nous ne sommes pas devenus les premiers garants de notre épanouissement. 

Approfondir nos liens

J’ai accompagné ces dernières années des centaines de femmes en recherche d’amour.

Elles étaient pratiquement toutes, avant de me rencontrer, persuadées que le couple ne se formait qu’à l’extérieur, et que les critères pour rencontrer le «bon» étaient souvent "plus de confiance», «plus belle», «plus désirable».

Je me suis engagée à transmettre au plus de monde possible, à travers mes productions diverses (interviews radio, livres, contenus sur les réseaux, conférences, etc.), que le début du chemin réside dans la reconnaissance de sa valeur, la prise en charge de son bonheur et l’engagement à soi-même, plein et véritable.
«L'important n'est pas d'aimer mais de donner quelque chose à aimer», disait Jean Grenier, et c’est exactement telle que vous êtes que vous entrez dans la relation, et c’est finalement ce que vous faites déjà vivre en vous, que vous offrez à aimer. 

>> A lire sur FemininBio Couple : peut-on aimer sans souffrir ?

Souvent, on ne s'aime pas parce que nous jugeons que nous ne sommes pas à la hauteur physiquement. Les innombrables complexes qui hantent les femmes ne sont pas à prendre à la légère, car pour moi ce sont exactement ces résistances à soi, aussi superficielles soient-elles, qui empêchent les femmes de s’accepter et d’honorer la peau dans laquelle elles vivent chaque jour.

Et comment imaginer créer un couple profond et engagé lorsqu’on ne cesse d’entretenir un rapport de fuite et d’intolérance avec soi-même ?  

Libres et engagées 

En 2020, faire couple avec un autre doit passer par la reconnaissance des besoins complémentaires et d’apparences contradictoires auxquels nous devons répondre. Pouvoir réunir la sécurité et l’aventure, la liberté et l’engagement, la présence à l’autre et à soi-même, et ainsi permettre de faire coexister trois mondes : soi, l’autre et le couple. Cela vous semble un casse tête? C’était plus simple avant? Il y a cinquante ans les couples qui se formaient reconnaissaient aisément leur utilité au sein de l’union maritale (l’homme au travail et la femme à la maison), mais n’avaient absolument pas l’opportunité de créer un couple qui leur ressemblait, où chacun était libre d’incarner qui il est vraiment, aux côtés de son partenaire. 

"Faire coexister trois mondes : soi, l’autre et le couple"

Dans mon dernier ouvrage Célibataires en couple, je défends l’idée que l’Amour nous rend libre et que nous avons perdus déjà bien trop de temps ces dernières décennies à faire de nos histoires d’amour des prisons dorées dans lesquelles nous trouvons normal de vivre de la dépendance, de la jalousie, un besoin de s’appartenir et de se posséder.

Alors, chères lectrices, si vous êtes avides comme moi de vivre un couple qui vous ressemble, commencez par le bâtir en vous-même et, croyez-moi, votre partenaire de vie idéal ne tardera pas à croiser votre chemin. Ainsi, vous serez prête non plus seulement à prendre mais à donner, et offrir à celui que vous aimez la quintessence de votre humanité.

Notre experte

Nathalie Lefèvre est l'auteure de C'est décidé je m'épouse. Son nouveau livre, Célibataires en couple, paraîtra aux éditions Larousse en octobre 2020.

 

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio ! 

Articles du thème Vie de couple
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte