Télévision

Reportage : Le trafic mafieux des déchets électroniques, un danger pour la planète

Publié le 18 février 2019
Un téléphone portable contient en moyenne jusqu'à 60 matériaux différents, dont des plastiques et des métaux.
Un téléphone portable contient en moyenne jusqu'à 60 matériaux différents, dont des plastiques et des métaux.
© Victor Aznabaev

Où finissent nos ordinateurs et téléphones portables lorsqu'ils ne fonctionnent plus ? Sont-ils vraiment recyclés ? Découvrez la seconde vie de nos appareils électroniques dans un nouveau reportage inédit mardi 19 février, sur France 5 à 20h55.

Chaque année, près de 50 millions de tonnes de déchets électroniques sont produits dans le monde. Des téléphones, de l'électroménager, des ordinateurs, des télévisions, dont la valeur est estimée à 55 milliards d'euros et dont seulement environ 20% sont recyclés, selon le Monde.

Dans ce nouveau reportage, la réalisatrice Coraline Salvoch nous emmène dans le monde paradoxal des déchets électroniques, qui, alors qu'on les pensait triés et recyclés, font partie d'un énorme trafic mafieux international. A Accra, capitale du Ghana en Afrique, ils sont des milliers d'ouvriers à démonter les téléviseurs, les ordinateurs et les frigos venus d'Europe, malgré les fumées toxiques et les substances chimiques. Un trafic qui détruit la planète en toute impunité. 

"60% finissent leur vie ailleurs"

A l'heure de la guerre aux déchets plastiques, les préoccupations à l'encontre des déchets électroniques émergent mais ne font pas consensus. Il est pourtant urgent de s'en soucier, car les objets technologiques ne font que se multiplier. Alors que 60% des déchets électroniques finissent leur vie ailleurs que dans les centres de tri prévus à cet effet, certains collectifs tentent tant bien que mal de trouver de nouvelles alternatives pour donner une seconde vie à ces objets bourrés de métaux et plastiques en tout genre.

Certains projets tentent de faire des déchets électroniques une matière première recyclée. C'est le cas du projet du comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo, qui depuis 2017 a mis en place des points de collecte dans les boutiques de l’opérateur téléphonique majeur NTT DOCOMO, ainsi que dans environ 1 500 municipalités et 3 500 bureaux de poste de l’archipel. Selon un quotidien japonais, “à peu près 50 000 tonnes d’appareils électroniques, dont plus de 5 millions de smartphones, sont déjà collectés”. Une quantité suffisante pour fabriquer les 5000 médailles olympiques, d'après le Courrier International. Cette collecte s'arrêtera à la fin du mois de mars. 

> Pour connaître les points de collecte de déchets électroniques les plus près de chez vous, rendez-vous sur le site d'Ecologic <

> Diffusion le mardi 19 février sur France 5 à 20h55.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Télévision
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte