Sportive

Coeur d'athlète : Mélissa Le Nevé, championne d'escalade

Publié le 24 septembre 2019 - Mis à jour le 1 octobre 2019
© Arkose

C'est aux JO d'été de 2020 que l'escalade fera sa première apparition en tant que "sport additionnel". L'occasion de s'intéresser de plus près au parcours impressionnant de Mélissa Le Nevé, Championne de France d'escalade de bloc 2010 et 2011, qui s'est donné pour mission de promouvoir la passion pour sa discipline.

Entre Melissa et l'escalade, tout est allé très vite. A peine quatre ans après avoir enfilé ses premiers chaussons de grimpe, elle s'illustre par se dextérité et sa coordination et participe à sa première sélection en équipe de France. Désormais ambassadrice Arkose, des lieux de vie éthiques (appelés blocparks) où l'on pratique entre autre l'escalade de bloc, une référence nationale en matière d'escalade indoor, Mélissa le Nevé a cessé la compétition et s'illustre par ses aventures dans les grands espaces outdoor. 

Comment ce sport s’est invité dans votre vie ?

En pleine adolescence, à 15 ans, quand aucun sport ne me plaisait plus que ça, l’escalade s’est invité dans ma vie comme un coup de foudre. A partir de ce moment là, j’y ai consacré tout mon temps libre et développé l'obsession de devenir une meilleure grimpeuse. Pourquoi ? Parce que c’est un sport à multiples facettes, qui se pratique aussi outdoor et où le mouvement est créatif et expressif !  

Votre souvenir le plus intense ?

Dur de choisir…  Simplement, se sentir vivre et voler sur une paroi de 300m.

Votre souvenir le plus douloureux, et comment vous avez rebondi ?

Les blessures bien sûr. Dans une vie d’athlète, on est amené à s’y confronter car on ne peut progresser que si l'on surfe à la limite du "trop".

Quelle place occupe le féminin dans votre carrière sportive ?

Je dois juste faire attention au moment des règles à écouter mon corps et ralentir les entraînements si je sens que la fatigue prend le dessus. Aussi manger plus d’aliments qui contiennent du fer, particulièrement la spiruline, très bon pour les sportifs avec son haut taux de protéines. 

Le principal frein à votre pratique en tant que femme ?

Je ne pense pas qu’il y en ait. C’est un sport où les femmes s’expriment à un niveau très proche des hommes grâce à la souplesse, la taille des doigts et la technique.

Quel est votre mot-clé, celui qui vous définit en tant que sportive ?

Battante.

Quand vous êtes à bout de force, à quelle(s) ressource(s) faites-vous appel ?

Taire mes doutes. Quand on est à bout de force, les doutes prennent le dessus mais généralement on peut aller plus loin physiquement. J’utilise des exercices de respiration pour me centrer sur le moment présent et donner toute confiance à mon corps.

Qu’aimeriez-vous rendre plus "éthique" dans la pratique de votre discipline ?

Grâce aux Jeux Olympiques, l’escalade s’ouvre au grand public. Mais n’oublions pas que l’escalade est un sport outdoor ! Un nouveau public s'y convertit  grâce notamment aux blocpark comme Arkose. Parmi eux, un certain nombre se tournera vers des milieux naturels pour pratiquer l’escalade. Ces milieux sont sensibles et une attention particulière à l’environnement est nécessaire pour le préserver. A mon avis, cette éducation est transmise en grande partie par l’éthique des blocpark et de ses formateurs.

 

Le conseil alimentation de championne que vous avez envie de partager avec nos lectrices

- Plus de vivant dans votre alimentation pour mieux récupérer après des bonnes séances : jus à l’extracteur qui garde les minéraux sans les fibres, des pousses dans les salades ou légumes. 
- Alterner les sources de protéines : chanvre, spiruline..
- Réduire les acides gras saturés (beurre, fromage) et augmenter les AGI (surtout les Omega 3) pour une santé des tendons : une cuillère à café d’huile de lin ; chia ou lin trempé dans du lait d’amande
- Des petits poissons comme le maquereau moins touchés par la pollution car en début de chaîne alimentaire.

Quel enseignement tirez-vous de la pratique de votre sport ?

Toutes les possibilités sont imaginables à condition de s’autoriser à rêver et de se donner les moyens d’y arriver.

Quel conseil donneriez-vous à une femme qui souhaite démarrer votre discipline ?

Pas de conseils en particulier pour démarrer l’escalade. C’est un sport assez intuitif et naturel. L’escalade un sport fun où l'on peut exprimer une personnalité dans la verticalité. Un sport de partage et d’émulation, un style de vie et une communauté ouverte.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

 

Articles du dossier Coeur d'athlète : saison 1
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte