Voyage

10 expériences magiques et écolo à vivre en Australie

Publié le 15 janvier 2019
Ariane et Thomas ont décidé de faire un tour du monde à la recherche d'alternatives à la société de consommation. Ils racontent leurs découvertes sur leur site internet : www.alterculteurs.net
"Nous y avons rencontré des personnes qui cultivent leurs propres légumes, élèvent leurs animaux, et qui fabriquent leur kombucha, kéfir et autres boissons fermentées..."
"Nous y avons rencontré des personnes qui cultivent leurs propres légumes, élèvent leurs animaux, et qui fabriquent leur kombucha, kéfir et autres boissons fermentées..."

Les Alterculteurs, association de partage d'alternatives à la surconsommation, nous embarquent à travers leur voyage en Australie et nous recensent leurs meilleures expériences.

L'Australie est un pays aussi grand (14 fois la France) qu'incroyable, aux multiples richesses naturelles et culturelles. Si visiter ce bout du monde fait (ou a fait) partie de vos plans, ou si vous êtes tout simplement curieux-se de connaître les secrets qu'il a à offrir, voici une Top-list qui devrait vous intéresser ! 

1. La vie sauvage, les kangourous, koalas, requins et baleines.

L'incontournable bien sûr ! Depuis l'emblématique kangourou au discret échidné, en passant par une palanquée d'oiseaux et l'adorable wombat, on ne sait plus vraiment où donner de la tête. Ils sont partout : le long des chemins de trek pour qui sait prendre un peu de temps et se faire discret, mais également au bord des routes. En général, on évite de rouler sur celles de campagne en fin de journée car c'est le lieu rendez-vous de la vie sauvage.

Un jour, notre planification défectueuse nous a amenés à tenter l'expérience, jusque dans la nuit. Nous avons alors croisé un grand nombre de wallabies et de kangourous, qui attendaient souvent le dernier moment pour traverser. Une fois, c'était un échidné peu pressé d'avancer, une autre, une grande biche qui longeait notre gauche, avant de traverser juste devant nos phares. Sans compter le lapin et le renard que nous avons effrayés, l'un sans doute poursuivi par le suivant. Des wombats ont aussi jailli du fossé pour s'éloigner à notre approche. Et on ne compte plus les oiseaux suicidaires, jouant avec les courants d'air autour de notre voiture.

On a également pu admirer des baleines le long des côtes, et plonger avec requins et tortues ; les poissons que nous avons vus étaient à la fois splendides et énormes... Bref, la vie sauvage, sur terre, dans les airs ou dans l’eau, est incroyable et riche, et on se sent privilégié de voir tous ces animaux, dont beaucoup sont malheureusement en voie de disparition. Il ne faut pas se fier à leur apparente abondance, l’activité humaine ou les animaux importés font des ravages. Par exemple, le chat sauvage vous rapportera une coquette somme d’argent si vous arrivez à en tuer un. Pas forcément notre truc, mais des espèces comme celle du bilby sont menacées par ces animaux domestiques devenus incontrôlables.

2. Mary Valley et Crystal Waters

Situés dans le Queensland, arrière-pays de la Sunshine Coast, ces deux lieus sont vraiment la vallée d'Eden. De belles collines déroulant de vastes prairies d'un vert brillant, et des forêts luxuriantes. C'est l'image même du paradis. La température y est moins chaude et plus agréable. On y trouve la communauté de Crystal Waters, habitant un des premiers éco-village à l'histoire étonnante. Créé dans les années 70, c’est un endroit magnifique qui exploite ce qu'il y a de meilleur dans l'humain. Le village de Maleny est très agréable, une ambiance locale et bio comme on les aime. Il y a un magasin de produits biologiques (dits "organic") et écologiques, qui réduit les prix pour ceux qui amènent leurs mugs au café et encouragent le zéro déchet. C'est un village vivant, fréquenté par toutes les générations, dont émane un sentiment de sérénité qui nous a beaucoup touchés.

3. Du soleil et des sourires

Une des premières impressions qui ne nous a pas quittés à travers tout notre voyage en Australie, c'est la combinaison du soleil et des sourires, des sourires et du soleil. La poule et l’œuf. Lequel amène l'autre ? C'est la question qu'on se pose quand on voit la chaleur et la sympathie dont font preuve les Australiens. On est tout de suite à l'aise et relax. Nous sourions au moins autant, c'est contagieux ! On repart enchanté et heureux de toutes nos rencontres . Que ce soit en woofing, en passant ou en visitant, nous sommes toujours bien reçus et aidés. Certains leur trouveront parfois un caractère superficiel, mais les Australiens sont accueillants et vous le font sentir.

4. Permaculture

L'Australie est le pays où est née la permaculture. C'est David Holmgren et Bill Mollison qui ont ainsi nommé leur approche d'une conception de systèmes inspirés de la nature, dans les années 70. C'est une éthique à la fois simple et forte : « Prendre soin de la terre, prendre soin des humains et partager justement » ; douze principes encadrent l'approche permaculturelle, s'appliquant à peu près à n'importe quel système vivant : que l'on souhaite concevoir un jardin ou une communauté humaine, et traversent toutes les disciplines traditionnellement séparées, de la science à la philosophie en passant par un nombre incalculable de savoir-faires.

Nous avons découvert en Australie ceux qui la pratiquent depuis plus de trente ans, comme John Champagne, d'autres qui l'adaptent à la vie en banlieue urbaine, comme Pat & Meg, et même un des co-fondateurs, David Holmgren, chez lui, à Melliodora (dans le Victoria). Toutes ces personnes avaient en commun d'avoir l'air profondément heureux, avec une grande ouverture aux autres, ainsi que d'être animés par un profond désir de transmettre et d'étendre ces pratiques vertueuses, non seulement pour la planète, mais également pour les humains eux-mêmes. Nous avons été charmés et convaincus par cette philosophie de vie.

5. Kangaroo Valley et l'auto-suffisance

Kangaroo Valley, dans le New South Wales, sort tout droit du Monde Perdu de Jules Verne. Dans cette vallée, beaucoup de foyers sont autonomes en eau et en énergie : les panneaux solaires y sont la norme et on voit des cuves de récupération d'eau de pluie partout. Nous y avons rencontré des personnes qui cultivent leurs propres légumes, élèvent leurs animaux, et qui fabriquent leur kombucha, kéfir et autres boissons fermentées (concentrées en pro-biotiques naturels), véritables alliées pour garder une santé de fer ! Nous avons également visité l'atelier d'un forgeron, qui vend ses couteaux à fromage à côté du pain au levain fait par sa femme, dans leur épicerie de village.

>> A lire sur FemininBio : Alterculteurs, vivre en autonomie c'est possible

Là-bas, la communauté s'entraide et a fait le choix de soutenir financièrement ses derniers fermiers laitiers, alors que la sécheresse fait rage à travers l'Australie (la pire depuis une centaine d'année). Les habitants réfléchissent à créer une plateforme coopérative locale, pour transformer et embouteiller le lait, et ainsi s'affranchir des circuits longs, afin de gagner en autonomie. C'est une vallée vivante et dynamique : lors de notre passage, un énorme festival de musique attirait en abondance les visiteurs de Sydney. Petit plus : elle est pleine de wombats, ce petit ours végétarien adorable et ravageur des potagers (attention sur la route !).

6. Whitehaven Beach

LA plus belle plage du monde, sans hésiter. On y est arrivé en catamaran, lors d'une belle journée ensoleillée. On débarque sur un sable d'un blanc pur, qui crisse sous les pieds et reste incroyablement frais, alors que le soleil est haut dans le ciel. On dit que ce sable est tellement fin qu'il a été utilisé pour polir les plus précieux bijoux. Nous marchons doucement au bord de l'eau et apercevons des raies. Puis, nous récupérons le sentier qui monte au point de vue. Le paysage est époustouflant de beauté, sublimant cette mer dégradée, du bleu profond lointain au bleu clair qui se fond progressivement dans le blanc cristallin du sable.. L'ensemble forme un lagon qui n'a rien à envier aux oeuvres d'art. Définitivement une plage à ne pas manquer si vous allez sur la côte est.

7. Wilson Promontory Trek

On ne peut parler d'Australie sans parler de randonnée et de camping. La Nature ici se célèbre. Nous avons fait un de nos plus beaux treks dans le parc du Wilson Promontory, entre Sidney et Melbourne. Un boucle de 55km qui se fait sur trois jours. Elle longe des plages superbes, traverse de la forêt et des paysages rocailleux. Loin de la civilisation et aux côtés de nombreux wallabies, on y trouve des endroits où camper, des plages où pratiquer le « snorkeling » (traduisez masque et tuba) et autant d’oiseaux tous plus beaux les uns que les autres.

Pendant ces trois jours, vous êtes entièrement autonome, votre sac à dos contient votre vie. Pas de ravitaillement disponible, l'eau des ruisseaux est à filtrer ou à traiter, sinon il faut emporter la vôtre. La marche est raisonnablement difficile, soit de bonnes journées qui laisseront vos muscles fatigués. Tous les ingrédients sont donc réunis pour une expérience en nature fabuleuse. C’est l’Australie condensée en 3 jours.

8. Le "Cab-Shiraz" (traduisez cabernet-syrah australien)

L'Australie est un pays très attaché à ses vins. Nous testons des vins différents dans tous les Etats. Installés dans la Barossa Valley, les pionniers allemands y ont développé de magnifiques vignobles dont certains pieds sont vieux de plus de deux cents ans. Ceux de South Australia font des vins superbes, dans des styles très différents. Peu de diversité dans les cépages, mais un vrai savoir faire. Nous travaillons deux semaines dans un vignoble en biodynamie et en profitons pour goûter les vins de la région, ainsi que ceux de la Maclaren Vale, autre vignoble de South Australia dont les australiens sont fiers (avec des producteurs comme Paxton ou Samuel Gorge).

On parle beaucoup du Shiraz comme du vin iconique de l'Australie et nous l'adorons la plupart du temps (mention spéciale pour celui de Hobbs, ou de Smallfry). Toutefois, on a trouvé que le mélange du carbernet et du shiraz apportait une dimension supplémentaire d'autant plus appréciable. Nous sommes fans, merci au restaurant Alfie’s à Melbourne pour la découverte !

9. Les Op Shops

Quand on voyage pendant longtemps, on a parfois besoin de vêtements utiles en plus, ou on a envie de se débarrasser de ceux qui nous encombrent. Même en voyage, on essaye de garder les bons réflexes : on utilise des tasses en bambou pour prendre nos cafés, on limite au maximum les emballages plastiques en faisant nos courses, etc... Désormais, ces petits gestes sont bien communiqués par les médias.

 >> A lire sur FemininBio : Déjeunez nomade avec cet essentiel pour repas écolo 

Quid des vêtements ? On commence aussi à en parler, mais c'est moins simple ; ceux en matières sourcées durablement et équitablement restent non seulement rares mais également assez chers. Notre meilleure solution écolo ? L'occasion. Et pour ça, l'Australie est géniale, et pas juste pour les vêtements.

Le principe des Op Shop (Opportunity Shop), c'est celui d'Emmaus : les gens viennent donner vêtements, ustensiles de cuisines, et autres objets dont ils ne veulent plus, et l'argent qui sera généré par leurs ventes sera reversé à diverses charités. Selon le nom de l'Op Shop, on peut identifier la cause soutenue. On en trouve dans presque toutes les villes et villages, les vêtements surtout tournent beaucoup et il y en a pour tous les goûts et tous les âges. Une belle façon de ne pas faire grandir la demande au sein du système de consommation.

10. Fraser Island ou la vie à l'australienne

La plus grande île de sable du monde est parcourue en 4X4, principalement par des Australiens venus pêcher, camper et boire des bières. C'est un peu l'autoroute sur la grande plage pour monter vers le Nord, mais ensuite, au fur et à mesure que le sable se fait plus mou, on ne retrouve plus que les aventuriers. Un passage difficile fait l'objet d'une attention particulière, des personnes y restent plantées pendant plusieurs heures, commentant les passages des voitures et la qualité des conducteurs. Quand une voiture se retrouve « bogged », c'est-à-dire ensablée, on observe alors un sauvetage du type « Alerte à Malibu » : de grandes planches concaves en plastique orange sont glissées sous les roues pour donner au conducteur une nouvelle chance.

Fraser Island, c'est de grandes traces dans le sable, le vent marin frais qui vous souffle sur le visage, les dingos (chiens sauvages) qui rodent et ne donnent pas envie de s'éloigner du campement la nuit, les pipies (similaires aux palourdes) qu’on grille au barbecue, le sentiment d'être seuls sous les étoiles au nord de l'île, entourés seulement de dunes (l'accès se retrouvant fermé par la marée). Une grande liberté, une joie bonne enfant, de la pêche à la ligne, du camping, des bières, des gros moteurs et une nature généreuse. C'est, à notre avis, une bonne représentation de l'Australie, un pays aux contrastes étonnants.

Abonnez-vous à FemininBio en version papier ou pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio près de chez vous !

Articles du thème Tourisme vert
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte