Education

Pédagogie Montessori: éduquer à la paix dans le respect de l'enfant

Publié le 20 septembre 2017 - Mis à jour le 21 septembre 2017
Géraud observe une camarade de classe au travail.
Géraud observe une camarade de classe au travail.
© Montessori - le film

Basée sur la liberté et l’autonomie de l’enfant, la pédagogie Montessori invite ce dernier à s’impliquer pleinement dans des activités qui l’aident à mieux appréhender le monde et construire sa personnalité. Mais concrètement, qu’est-ce que cela veut dire?

Rencontre avec Alexandre Mourot, réalisateur du documentaire Le maître et l’enfant, en salle le 27 septembre prochain, qui a pu filmer le quotidien studieux et bienveillant d’une classe de maternelle Montessori.

Votre film nous plonge dans le quotidien d’une classe de maternelle Montessori. A-t-il été facile d’amener la caméra dans la classe ?
Ca a été assez facile. Les enfants de classe Montessori ont l’habitude d’être observés, la pédagogie se base d’ailleurs sur l’observation de l’enfant pour repérer ses périodes sensibles et ainsi lui proposer les activités pertinentes selon ses centres d’intérêt. Bien sûr, j’ai mis du temps à m’intégrer. J’ai commencé par trois semaines d’observation, puis j’ai amené un appareil photo que j’utilisais en restant sur ma chaise et dans un second temps en me déplaçant dans la classe, et ensuite seulement j’ai pu commencer à tourner. Il fallait passer par là pour arriver à capter la spontanéité des enfants dans leurs activités. On ne peut pas leur demander de simuler !

C'était aussi important pour ne pas les déconcentrer dans leurs activités…
Maria Montessori fait de la conquête de la concentration un pilier de sa pédagogie. Même si elle est flottante, la concentration des enfants leur permet de se dédier entièrement à leur tâche. Ils savent que ce qui est important pour eux, c’est le matériel, l’activité qu’ils sont en train de faire, leur travail.

A ce sujet, on peut être surpris en voyant votre film : dans la première partie, on ne remarque pas d’adultes dans la classe. Pourtant, les enfants sont tous très occupés !
Le projet de l’éducateur Montessori, c’est faire que la classe fonctionne sans lui. Le film montre donc un peu la réalité ! Et puis surtout, je voulais reprendre le cheminement de Maria Montessori. Elle a toujours dit qu’elle n’avait pas découvert de méthode, mais qu’elle avait découvert l’enfant. Cela passe par l’observation, ce qu’en tant que chercheuse, elle n’a cessé de faire. D’ailleurs, son projet a beaucoup évolué entre sa première classe en 1907 et ses dernières dans les années 1950, au fur et à mesure de ses découvertes.

A lire aussi sur FemininBio : A la découverte de la pédagogie Montessori

Concrètement, observer les enfants, ça veut dire quoi ?
Se mettre en état d’observation des enfants, c’est se demander « que peuvent-ils faire sans moi ? ». S’il y a un message dans mon film, c’est celui de dire aux parents « observez vos enfants ! ». Ils ont tellement de choses à nous dire, pour nous faire comprendre leurs besoins, leurs centres d’intérêt… Ils ont envie d’apprendre, de faire des choses par eux-mêmes. A nous parents de les y aider.

Qu’est-ce qui vous a frappé dans l’évolution des élèves de la classe de Christian Maréchal ?
Ce qui est extraordinaire, c’est la justesse des observations de Maria Montessori. Je pense par exemple à la question des périodes sensibles. C’est un point central de ses travaux, que j’aurais aimé pouvoir plus développer dans le film. Proposer les bonnes activités au bon moment est fondamental pour le développement de l’enfant. Et c’est différent pour chacun, ce qui rend le travail de l’éducateur passionnant.


Christian Maréchal présente les lettres rugueuses à Etienne, tandis que quelques élèves observent - ©Montessori-le film

Le 21 septembre, c’est la Journée mondiale de l’éducation à la paix. Pour Maria Montessori, c’était une notion capitale…
La pédagogie Montessori s’appuie sur l’autonomisation des enfants, leur indépendance dans l’action. L’idée sous-jacente, c’est le respect profond de leur personnalité et l’autonomisation de leur pensée. Quand l’enfant est habitué à choisir seul son activité, qu’il sait définir ce qu’il veut faire, il se construit. Le projet de Maria Montessori est ainsi une forme d’éducation à la paix. Elle disait elle-même que le but est d’aider l’enfant à accomplir son potentiel humain pour qu’il sache ce qui doit faire là où il est sur terre, ce qui va l’animer dans la vie. S’ils sont respectés et éduqués dans un cadre bienveillant, les enfants apprennent à obéir à eux-mêmes et non aux autres. Ils ne vont donc pas suivre un leader qui les entrainerait dans la violence. Cela permet d’éviter les conflits, ou en tous cas, de les résoudre plus facilement.

A lire aussi sur FemininBio : La joie, fondamentale au quotidien

Quel est votre souvenir de tournage le plus fort ?
J’avais lu beaucoup d’écrits de Maria Montessori, fait des entretiens, mais je ne m’attendais pas à ce que j’ai pu voir « en vrai ». Une scène m’a particulièrement bouleversé et me bouleverse encore quand j’y repense. C’est lorsque Christian [le professeur des écoles – NDLR] montre à Géraud comment transvaser du riz d’un pot à l’autre. Géraud est captivé par l’activité, qui aux yeux d’un adulte est pourtant anodine. Cette scène m’a tellement ému qu’elle m’a décidé à me former à la pédagogie Montessori. Je voulais comprendre cette magie. Maria Montessori parle du secret de l’enfant : on ne sait pas ce qu’il se passe en lui, mais on sent que soudain, une activité est importante pour lui, vitale même. Et c’est exactement ce que j’ai filmé dans la scène de Géraud et le transvasement du riz.

Que pouvez-vous nous dire sur le titre du film, « Le maître est l’enfant » ?
Il a un double sens. D’un côté, c’est le maître intérieur, qui guide l’enfant dans son développement. Mais il y a aussi l’idée que les enfants se montrent les uns aux autres les activités dans la classe, sans passer par l’intermédiaire d’un adulte. Une des forces du projet Montessori réside dans les classes multi-niveaux. C’est très intéressant pour l’enfant d’alterner le rôle d’élève et de maître. Cela les entraine et leur permet de s’ouvrir dans un groupe où ils ne sont pas jugés.

Du coup, le concept de « Montessori à la maison », vous en pensez quoi ?
Cela me parait un peu compliqué. Maria Montessori n’a jamais parlé de mettre en place sa pédagogie à la maison. Pour elle, cela devait toujours se faire au sein d’une classe. Il faut en effet un environnement préparé et, surtout, des enfants. Dans la classe de Christian, il y a presque trente élèves, d’âges différents, qui peuvent apprendre ensemble, partager… Il y a un fort besoin de socialisation des enfants. Vouloir faire du Montessori chez soi avec deux enfants, ce n’est pas la même chose. On peut utiliser le matériel spécifique de manière didactique, mais dans ce cas, on détourne cette pédagogie puisque l’on met une intention dans l’invitation à la manipulation. Par contre, on peut avoir une posture montessorienne, basée sur l’observation de l’enfant : le laisser faire seul au maximum, lui apprendre à faire seul en lui montrant avec des gestes précis, ne pas le juger, ne pas lui proposer de récompense ni de punition…

Cela implique un gros travail personnel de la part des adultes…
D’une certaine manière, Montessori, c’est aussi pour les adultes. Christian est très humble : en voyant le film, il n’a pas arrêté de dire qu’il voyait toutes les erreurs qu’il faisait ! La pédagogie Montessori, c’est une façon de parler, de présenter, de porter son attention, de questionner, de parler. C’est une posture particulière, positive. On peut le faire chez soi, mais c’est dur lorsque l’on n’a pas appris jeune à réfléchir de cette manière. Je me suis formé à la Communication Non-Violente, c’est un outil incroyable qui va dans le bon sens !

A lire aussi sur FemininBio : Choisir l'éducation non-violente

Après cette expérience, quel est votre plus grand souhait pour l’Education Nationale ?
Je rêve que l’on mette en place la liberté éducative pour que les professeurs puissent choisir de se former à cette pédagogie et la mettre en place dans leur classe. On voit bien que cette pédagogie fonctionne ! Lorsqu’ils arrivent au primaire, les enfants ont tellement d’acquis qu’ils n’ont pas de problème à intégrer une classe traditionnelle. Mais ils sont riches d’une liberté intérieure très forte. Il y a des choses facilement adaptables aujourd’hui, par exemple, les classes multi-niveaux. Dans la classe de Christian, ça marche car il n’y a que 8 ou 9 enfants nouveaux à chaque rentrée. Il peut s’en occuper, et les autres enfants s’en occupent aussi.Sur ce sujet, inspirons-nous de ce qui se fait ailleurs. En Hollande par exemple, les professeurs peuvent se former à cette pédagogie. Ainsi, dans les écoles publiques, les parents ont le choix entre Montessori ou le système traditionnel.

Le film sort en salle la semaine prochaine. Quels sont vos futurs projets ?
Le film m’embarque loin, il a déjà été acheté à l’étranger par une trentaine de pays ! En fait, c’est le premier film sur la réalité d’une classe Montessori. Du coup, ça intéresse. Cela m’a surpris, je pensais que mon film était très français, en fait non, le message est universel. Pour l’instant, j’ai donc pas mal de travail pour faire vivre ce film en France et à l’international. Après, j’ai un autre projet de film, sur la violence éducative et les droits de l’enfant. Et j’aimerais aussi profiter de ma famille ! Ca fait 4 ans que je suis sur ce projet de film sans faire de pause.  A long terme, je réfléchis à l’idée de devenir éducateur Montessori. J’aimerais beaucoup, ces moments d’échange avec les enfants, c’est tellement extraordinaire !

Le maître est l'enfant
Un film d'Alexandre Mourot
France | 1h30 | Documentaire
En salle le 27 septembre 2017
Le site internet du film

 

 

Découvrez la bande-annonce du film :

Articles du dossier Éduquer autrement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par roro135 le 21 septembre 2017 à 14h58
trop... c'est trop !!...

Ma petite fille travaille dans une mini-crèche "montessori" et a en charge des enfants 3 enfants de 3 -6- et 12 mois !....elle a déjà eu plusieurs avertissements pour des motifs abbérants : on ne relève pas les manches d'une brassière... c'est une atteinte à leur pudeur !!!!....on ne dit pas bonjour mon BB......c'est le BB de ses parents...pas le vôtre !!! et j'en passe !!!! cette méthode est sans doute intéressante pour des enfants en âge d''être indépendants et leur apprendre à gérer leur liberté mais complètement ridicule pour des BB qui n'ont besoin que de tendresse, d'attention, et de soins appropriés !... cordialement

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte