Que faire avec l’épeautre ?

Publié le 18 janvier 2008 - Mis à jour le 30 novembre 2012

Les premières traces de l’épeautre se retrouvent dans la Bible. Cultivée dans l’Egypte antique, elle est devenue la base de nombreux plat dans l’antiquité. Céréale au rendement difficile, l’épeautre est progressivement abandonné car il doit être décortiqué et blanchi avant d’être commercialisé.

Néanmoins, il se cultive facilement : peu d’eau, et encore moins d’engrais sont nécessaires à la pousse de cette céréale particulièrement robuste.

La particularité de cette plante réside dans sa pluralité. Il existe en effet trois sortes d’épeautre.

Néanmoins, seulement deux variétés sont commercialisées en France. Il s’agit du grand épeautre et du petit épeautre. Ce dernier est moins ferme et moins digeste que le grand épeautre, mais bien plus savoureux.

Céréale de l’effort par excellence, l’épeautre possède une forte proportion de vitamines B1, B5, PP.

Elle est également riche en magnésium et en calcium et regorgent d’acides aminés essentiels, ce qui en fait un aliment antistress par excellence. Oubliée de la sélection variétale, cette céréale possède un gluten d’excellente qualité, meilleur encore que celui du blé.

Délicieux en cuisine, on trouve l’épeautre sous forme de farine ou de grains. Sa farine sert à la confection de pain, de pâtes ou encore de biscuits salés et sucrés.

En revanche, ses grains entiers comme le riz, concassés comme le boulgour, et secs en flocons se consomment en accompagnement de viandes ou de poissons.

 Il est cependant nécessaire de laisser tremper les grains une nuit avant même de les cuire pendant 45 minutes dans une eau bouillante salée.

Toutes les recettes bio à base d'épeautre

Laurie Fourcade
Articles du thème Chef bio
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !