Chronique

Et si on souriait?

Publié le 12 juin 2017
Sophie Raynaud, fondatrice de La Fabrique du Sourire
Sophie Raynaud, fondatrice de La Fabrique du Sourire
© DR

Sophie Raynaud est graphiste. Elle a fondé la Fabrique du sourire, un projet qui vise à faire sourire les gens au quotidien avec des petits dessins sympathiques. Elle partage son point de vue sur cet exercice naturel qui illumine les visages.

La chronique de Sophie Raynaud, graphiste et fondatrice de La Fabrique du Sourire.

Il suffit d’un trait pour dessiner une demi-lune. Grosse ou petite ou fine ou plate… Cette forme graphique extrêmement simple permet de représenter une infinité de choses. C'est un jeu d'esprit que de transformer la transformer en une baleine, un train, ou une humeur. Et c’est avec elle que j’exprime mon optimisme.

Être optimiste, c'est une façon de voir le monde. Plutôt que de se lamenter des choses qui ne vont pas, on cherche à agir pour les appréhender de façon positive. Lorsque j’écoute les infos, j’ai l’impression que le monde va s’effondrer à chaque instant. Garder le sourire malgré cette ambiance générale plutôt morose est un petit combat quotidien. C’est peut-être une idée folle, mais j’ai pris le parti de rester positive et de me jouer de cette ambiance angoissante avec mes petits dessins.

Je trouve mon inspiration de tout ce qui nous entoure : les objets, les évènements, les lieux, mon humeur, la culture populaire, les expressions communes, etc. Bref je picore un peu partout, et dès qu'une idée me vient, je la représente... avec le sourire ! Il faut dire que toute les choses que je trouve belles me font sourire : un paysage, une musique, une jolie lumière, une belle personne... je souris de tout ce qui me paraît magique et la beauté en fait partie. 

En fait, le sourire, c'est un lien simple et efficace qui permet de rencontrer l'autre, c'est une façon douce de rentrer en interaction de avec autrui. Un lien simple, universel et bienveillant. J’ai déjà fait rentrer les sourires à l'hôpital, en entreprise, dans des expositions, sur des événements, chez les particuliers.

Mon plus beau souvenir lié à mon projet de La fabrique du sourire, ce sont les fresques dans les hôpitaux : pouvoir (et même avoir le droit !) de dessiner sur les murs comme un enfant et au final recevoir les réactions enthousiastes des patients, de leur famille et du corps médical... Quelle joie ! Aujourd’hui, je rêve de voir des Sourires dans le métro, sur les murs des villes ou en trois dimensions sur une place. On a tous bien besoin de voir des sourires autour de nous.

Retrouvez la Fabrique du Sourire sur internet et sur Facebook.

Articles du même dossier
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte