Spiritualité

"Nous sommes à une croisée des chemins". Entretien exceptionnel avec Neale Donald Walsch

Publié le 20 mai 2019
Fondatrice de FemininBio, directrice de collection aux Editions Eyrolles, créatrice de Métamorphose le podcast qui éveille la conscience. Folle de nature, de Wutao, de running et par dessus tout de l'évolution de la conscience de l'être humain ;-)
"Nous ne comprenons pas pleinement l'unité de toute la vie, le fait qu'au niveau de la réalité ultime, rien n'est séparé de quoi que ce soit."
"Nous ne comprenons pas pleinement l'unité de toute la vie, le fait qu'au niveau de la réalité ultime, rien n'est séparé de quoi que ce soit."
© My whole project

Rendu célèbre par son histoire hors du commun de laquelle naquit le best-seller "Conversations avec Dieu", Neale Donald Walsch nous a accordé un entretien exceptionnel. A l'occasion de sa venue prochaine à Paris, cet inspirante figure de 75 ans partage avec nous ce qu'il entrevoit de l'avenir de l'humanité, l'union avec notre divin intérieur et l'éveil des consciences.

Rencontrez Neale Donald Walsh le 20 juin 2019 au Grand Rex à Paris. Un évenement dont FemininBio est partenaire. 

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #22 avril-mai 2019

>> Pour retrouver la liste des points de vente, c'est ici

À l’aube de la cinquantaine, Neale Donald Walsch perd tout ce qu’il possède jusqu’à devenir sans-abri. Pris de colère, il écrit une lettre à Dieu. Un dialogue surprenant prend alors forme dans un ouvrage troublant d’audace et de simplicité. Rendu célèbre par ses "Conversations avec Dieu", publiées en plusieurs tomes, il aborde, trente ans après, la période cruciale que nous traversons et les opportunités qui nous sont offertes de bâtir un monde de paix.

FemininBio : Puis-je vous demander qui est Dieu ?

Neale Donald Walsch : Je pense qu’il vaut mieux se demander : "Qui n’est pas Dieu ?" Et je réponds : "Personne, et rien." Dans ma compréhension, Dieu est tout ce qui a été, tout ce qui est et tout ce qui sera, donc il n’y a rien qui ne soit pas Dieu. C’est pourquoi quand on me demande qui est Dieu, je réponds qu’il n’y a rien qui ne soit pas Dieu. Dieu est la somme complète de toutes choses.

Vivons-nous une période spéciale pour l’avenir de l’humanité ? Est-ce un moment idéal pour s’éveiller et, si oui, pourquoi ?

Oui, je pense que le monde vit une opportunité pour les milliards de personnes qui vivent sur la planète de faire un choix, de prendre une décision. Nous sommes à une croisée des chemins. C’est un processus qui se déroule partout sur la planète aux plans politique, financier, social et spirituel. Il implique un grand retournement et nous invite à répondre aux questions essentielles de la vie : est-ce vraiment qui nous sommes ? Et est-ce vraiment qui nous avons choisi d’être ? Est-ce que les choix faits par l’humanité jusqu’à aujourd’hui servent notre espèce ou nuisent à notre espèce ?

Vous mentionnez la nécessité de se libérer de la peur de Dieu. Pourquoi ?

Parce que la peur de Dieu implique que nous devons nous comporter d’une certaine manière afin d’obtenir Ses faveurs, d’être approuvé par Lui ou, plus simplement, pour ne pas aller en Enfer, ne pas être condamnés ou punis. La peur de Dieu nous pousse à faire des choix qui ne sont pas toujours, et même rarement, dans notre intérêt supérieur.

>> A lire sur FemininBio Neale Donald Walsch, auteur de "Conversations avec Dieu" : conférence au Grand Rex à Paris

La deuxième raison est que la peur de Dieu crée la peur de l’autre. Nous imaginons l’autre comme étant un être inférieur à Dieu. S’il est normal d’avoir peur de Dieu alors nous avons raison d’avoir peur les uns des autres, mais c’est parce que nous ne comprenons pas la vraie nature de la réalité. Nous ne comprenons pas qui et ce que Dieu est vraiment, et nous ne comprenons pas non plus qui nous sommes en relation les uns avec les autres.

Nous voyons les effets du problème, à savoir l’aliénation, qui se traduit par "c’est nous contre eux". Ce sont les "autres" qui sont la cause du problème, et nous avons une longue liste de qui sont ces "autres". C’est le défi auquel fait face l’humanité actuellement : comprendre les causes du problème.

Qu’est-ce qui nous échappe profondément ?

Que nous ne sommes qu’Un. Nous ne comprenons pas pleinement l’unité de toute la vie, le fait qu’au niveau de la réalité ultime, rien n’est séparé de quoi que ce soit. Je ne suis pas séparé de vous, nous ne sommes pas séparés de la Terre, la Terre n’est pas séparée du cosmos, et nous ne sommes même pas séparés de ce que nous appelons Dieu. Quand nous comprenons cela, nous changeons la façon dont nous interagissons les uns avec les autres et dont nous nous traitons les uns les autres.

En ce moment même, 1,5 milliard de personnes sur Terre n’ont pas une seule goutte d’eau potable, et 1,7 milliard de personnes n’ont pas accès à l’électricité. En outre, 2,5 milliards d’individus n’ont pas de système de canalisations dans leur habitation. On pourrait croire que ce n’est qu’un petit inconvénient, mais ce "petit inconvénient" est la cause de centaines de milliers de morts pour des raisons sanitaires injustifiables. Il en est ainsi sur notre planète Terre et cela est dû à nos systèmes sociaux, économiques et politiques.

>> A lire sur FemininBio Sommes-nous assez amoureux de l'Humanité ?

Une autre statistique est parlante. Au cours de la prochaine heure, 653 enfants vont mourir de faim sur cette planète, et c’est ainsi chaque heure de chaque journée. De notre côté nous jetons largement plus de nourriture, dans les restaurants de Paris, Los Angeles, New York ou Tokyo, qu’il en faudrait pour nourrir des villages entiers dans les pays pauvres pendant des semaines. Ainsi nous nous traitons mutuellement de façon inhumaine.

Un dernier exemple est frappant. En Somalie et au Soudan du Sud, si l’on découvre que vous êtes homosexuel, vous êtes condamné à mort. En Algérie, ce n’est pas à ce point, on vous envoie "seulement" en prison pour quatorze ans. C’est ce que nous appelons une civilisation avancée, alors que nous n’avons même pas commencé à civiliser la civilisation, pour la simple raison que nous croyons être séparés les uns des autres.

Vous dites que nous sommes comme des enfants dans le cosmos. Comment pouvons-nous nous rassembler et nous libérer de ces pensées de séparation ?

En montrant l’exemple. Tous les changements culturels majeurs sur la planète ont été initiés par des individus qui se sont rassemblés pour une même cause. Des gens qui ont choisi d’utiliser leur vie pour démontrer à travers leur exemple ce que signifie de vivre comme si nous ne faisions tous qu’un. Mais personne ne va venir nous assigner cette tâche.

Le processus consiste pour chacun à se dresser, à décider de faire partie de ce groupe. L’imitation va devoir remplacer les mutations à des fins d’adaptation si nous voulons que cela change. C’est un défi et une invitation au niveau individuel, et c’est l’opportunité qui se présente aujourd’hui à l’humanité de façon globale.

C’est le point clé de votre livre, se relier à notre divin intérieur. Pouvez-vous nous expliquer un peu plus ce que Dieu a dit à ce propos ?

J’ai établi une liste de seize comportements que des êtres hautement évolués adoptent, et que l’on peut adopter pour les aider et avancer dans le sens de ce processus. La première chose est d’accepter pleinement l’idée de l’unité, le fait que nous ne faisons qu’un, non seulement les uns avec les autres, mais avec la Terre, la nature, Dieu, avec tout ce qui est. En faisant cela, nous pouvons changer notre expérience individuelle d’un jour à l’autre.

>> A lire sur FemininBio Comment découvrir son potentiel ?

Le deuxième comportement consiste à dire la vérité, à tout le monde, sur tout, tout le temps. Plus aucun mensonge, ni par omission, ni par tromperie. Un troisième comportement consiste à agir conformément à nos paroles. Et il faut faire ce qui fonctionne. Beaucoup de gens voient ce qui fonctionne mais font exactement l’inverse. Par exemple, nous savons que fumer ne fonctionne pas, ce n’est même plus discutable, mais beaucoup de gens n’ont pas décidé d’arrêter de fumer et se moquent du temps qu’ils ont à vivre.

Nous savons aussi qu’il faut dire à nos enfants de ne pas être violents, puis nous les plaçons devant la télévision ou des jeux vidéo qui ne montrent que de la violence du début à la fin, en imaginant qu’ils ne vont pas imiter ces comportements. Cela est vrai dans de très nombreux domaines de la vie.
Nous devons simplement prendre des décisions. C’est une question d’engagement, de détermination et d’intention.

Vous parlez de "questions magiques de la vie". De quoi s’agit-il ?

Oui, avant de faire quoi que ce soit, je me pose la "question magique de la vie" : "Qu’est-ce que cela a à voir avec le programme de mon âme ?" Nous ne serions pas capables de répondre à cette question si nous n’avions pas la moindre idée de ce programme. Est-ce que je veux vraiment aller voir ce film violent ? Est-ce que je veux manger cette nourriture malsaine ? Est-ce que je veux parler à mes proches d’une façon cruelle, sévère, abrupte ? Non, ce n’est pas qui je suis.

Vous écrivez aussi que notre corps n’est pas quelque chose que nous sommes mais que nous avons, et que nous sommes déjà éveillés mais que nous ne le savons pas.

Oui, nous ne sommes pas notre corps, car notre véritable identité est métaphysique, non pas physique. Nos corps, nos esprits, au sens de mental, sont des outils utilisés par qui nous sommes vraiment, pour accomplir le programme de l’âme. Je donne des conférences partout dans le monde, et la plupart des gens sont d’accord avec moi, car ils savent déjà tout cela. Nous ne sommes simplement pas attentifs aux mots des maîtres. Nous sommes donc déjà éveillés dans le sens où nous savons déjà la vérité, mais nous n’avons pas la discipline pour vivre en accord avec cette vérité.

C’est la prochaine étape de notre processus évolutif. Beaucoup pensent que nous sommes ici contre notre volonté, ou par hasard, et qu’en ce sens nous sommes les victimes d’un processus. Mais ce n’est pas le cas. L’être métaphysique que nous sommes a choisi de venir ici pour exprimer une expérience.

Pourquoi les gens nient-ils le fait que Dieu pourrait leur parler ?

Parce qu’on nous a appris à croire cela. Mais Dieu m’a dit dans les Conversations : "Je parle à tout le monde, tout le temps. La question n’est pas à qui je parle, mais qui écoute ?" Alors nous appelons cela autrement. On parle d’intuition féminine, d’inspiration soudaine, de coup de chance, de bonne idée…

Vous venez en France en juin. Est-ce un passage essentiel pour vous ?

Bien sûr ! Il y a cette idée que les Français sont plus sophistiqués, plus avancés intellectuellement et culturellement. Nous venons en France parce que c’est un pays leader, pour porter ce message et essayer d’utiliser cette position de leadership pour faire progresser ces idées dans le monde.

Si vous aviez juste une seule et dernière question à poser à Dieu ?

Que puis-je faire demain, pour être encore plus efficace qu’aujourd’hui, et que veux-tu que le monde entende de ta part, à travers moi ? Si nous sommes tous divins, nous devons être ouverts à l’opportunité de dire les mots que Dieu voudrait que les autres entendent. Si vous pensez que Dieu parle aux autres à travers vous, que diriez-vous ?

Vous devez vous autoriser à être une manifestation vivante des pensées les plus élevées en vous, sur qui vous êtes, qui est Dieu et quel est le vrai but de la vie. Faites cela quelques heures, une journée, mais attention, car vous pourriez découvrir que cela change toute votre vie !

> Retrouvez Neale Donald Walsch au micro d'Anne Ghesquière dans Métamorphose, le podcast qui éveille la conscience.

Réservez votre place pour la conférence de Neale Donald Walsch le 20 juin 2019 à 20h au Grand Rex

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier/pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles du thème Interview engagée
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte