Aller de l'avant

Gérer l'après-séparation pour pouvoir se reconstruire

Publié le 10 août 2018 - Mis à jour le 13 août 2018
Sophrologue, réflexologue et coach professionnel, j’accompagne particuliers et professionnels à mieux vivre avec eux-mêmes et les autres, dans leur corps et leurs actions, leurs émotions et leurs pensées, par la santé et l’aide à la relation.
Eviter l'aigreur après la séparation dans le couple
Eviter l'aigreur après la séparation dans le couple
© Pixel2013

La séparation dans le couple est parfois inévitable. Mais lorsqu'elle a lieu, elle peut être difficile à surmonter. Julien Bodin nous livre ses conseils pour que cette période soit vécue sereinement et pouvoir se reconstruire.

« Toutes les fins sont aussi des commencements, mais nous ne le savons pas à ce moment. » Mitch Albom.

Que vous ayez tout essayé ou non, fait des efforts ou pas, arrive parfois un moment où la séparation a été prononcée, décidée, subie, choisie, souhaitée... S’ouvre alors un nouvel espace de vie, différent, parfois angoissant ou même exaltant qu’il faut gérer et traverser pour pouvoir ensuite se reconstruire. Ne nous mentons pas, ce sera très certainement long et douloureux.

Une séparation sereine

Rien ne vaut une séparation sereine, pour soi et pour les enfants, si vous en avez. Continuer à se battre contre l’autre, pour des raisons de principe voire d’argent, est souvent une question d’égo dont vous sortirez tous les deux perdants. Alors laissez votre amertume et le sentiment de vengeance de côté, celui de vous comparer et de vous sentir mieux ou au contraire de vous positionner comme celui qui souffre le plus. Seul compte ce que vous êtes désormais et la vie que vous souhaitez écrire. Pour vous.

La séparation est un deuil et il existe un parcours commun à tous les deuils, un enchaînement que nous suivons tous, naturel, sain et dont il est essentiel d’accepter les étapes.

Accepter les étapes

Le choc tout d’abord, suivi généralement du déni. Il n’est pas rare qu’une période de colère prenne alors le dessus, suivie de la peur, puis de la tristesse.
C’est seulement à ce moment que peuvent s’annoncer lentement l’acceptation, puis le pardon pour laisser grandir la quête de renouveau et enfin la sérénité.

Dans une séparation, il convient de vivre et de se confronter aux différents deuils, celui de la relation et de la suite qu’on lui avait imaginée à un moment. Mais aussi le deuil de ce qui ne sera plus, le deuil de ce qu’on a été, le deuil d’une vie rêvée, idéalisée. Une vie sociale qui est déstabilisée, une image familiale, des vacances qu’on aimait tant, une stabilité financière parfois et un rythme propre à notre couple. Des endroits qu’on ne verra plus, des amis parfois, une partie de l’ex belle famille, des situations, des moments vécus, rêvés, prévus, imaginés… Il y aura plusieurs deuils, acceptez les tous et vivez les.

J’entends souvent dans mon cabinet : « Quel gâchis, j’ai perdu 10, 15, 20 ans avec ce %$&@YN!! (remplacez par votre insulte préférée) » ou « Je me rends compte maintenant que ce n’était pas la bonne personne pour moi. »

Détachez vous de ce qu’a été la relation à un moment et ce qu’est la personne maintenant, comment elle gère la séparation, les derniers instants vécus. Acceptez les années où pour une raison ou une autre cette personne a été la bonne pour vous, celle avec laquelle vous avez décidé de vivre, rester, partager et construire.

Faire le deuil c’est accepter ce qui est et ce qui n’est plus. Ce n’est pas renier le passé. Il est important de ne pas considérer uniquement les derniers moments, ce qu’est l’autre aujourd’hui à vos yeux et ainsi remettre en cause tous les moments de bonheur partagés, ce qui a été vécu, l’amour. Quelles que soient les raisons de cette séparation, votre relation passée est une partie de la richesse de votre vie.

Une séparation, comme tout deuil, nécessite d’être actée de manière effective, comme l’enterrement acte la mort. Je vous conseille le symbole ou l’action, à faire seul(e) ou accompagné(e) si besoin. Ceci peut être symbolisé par un lancer de rose du haut d’une falaise, hurler lors d’un bain nocturne en mer… Un acte positif dirigé vers vous, sans violence, signe de fin de la relation.

La reconstruction après la séparation

Et après...

La seule manière de vous retrouver et avancer vers vous-même se trouve dans la reconstruction, pas dans l’amertume ou la vengeance. C’est d’ailleurs le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire.

Vous traverserez colère, peur et tristesse. Certains vont se flageller et se culpabiliser de la situation, d’autres vont s’en prendre violemment à l’autre, comme une vengeance. La clé est dans l’acceptation de notre propre responsabilité. De ce qu’on a été et de ce qu’on a oublié d’être, ou pas su être. De ce que l’on n’a pas dit, mal interprété, trop dit, mal dit. Une séparation, comme un conflit est toujours l’affaire de deux personnes. Alors, quand on a accepté notre part de responsabilité, nous pouvons tourner notre colère vers la situation, vers ce qui n’est plus et ce qui est advenu, l’accepter.

Cette nouvelle vie doit se construire avec ce que vous êtes et ce qui fait partie de votre histoire désormais. C’est à bâtir pour vous, pas en réaction ou en opposition, mais en accueil de vos envies et besoins nouveaux, à votre rythme, en respectant ce que vous êtes et en acceptant de découvrir une partie de vous qui ne s’est jamais exprimée.

S’ouvre alors un chapitre magnifique de votre vie, la suite, le renouveau. Comme tout changement, cela peut être angoissant. La meilleure manière de dépasser la peur et l’appréhension est de construire sa nouvelle vie, d’accepter de changer ses habitudes, ses références, de se mettre en mouvement, de rencontrer, de se découvrir à nouveau.

Définissez ce qui est important pour vous, ce que vous voulez pour votre vie, comment vous vous projetez dans quelques années. Seul(e) ou à l’aide d’un professionnel, d’amis éventuellement… partez à la découverte de vos envies, apprenez, découvrez, rencontrez, passez à l’action et soyez vous-même, dans l’instant … tout en vous fixant une ligne directrice pour le futur. Acceptez aussi de la faire évoluer quand nécessaire.

Cela demandera de la patience, d’accepter de se confronter à l’échec, de se relever et de sortir de sa zone de confort régulièrement. C’est parfois un long chemin qui nécessite avant tout d’apprendre à s’aimer, de se pardonner et de faire preuve de compassion envers soi-même.
 

Julien est sophrologue, réflexologue et coach certifié. Il accompagne entreprises et particuliers dans l’amélioration de leur quotidien : gestion du stress, difficultés, de sommeil, santé au quotidien… sous forme de conférences, d’ateliers et de suivis individuels.
Manager de grandes équipes opérationnelles pendant presque 20 ans et plusieurs fois champion de France en combat martial, il partage aujourd’hui ses compétences et son expérience en s’appuyant sur les ressources de chacun et les aide à devenir le meilleur d’eux-mêmes.
Ses différentes pratiques lui permettent d’adapter son approche Tête-Coeur-Corps aux besoins de ses clients et à leur sensibilité.
Il intervient en cabinet et en entreprise sur Paris et ses environs.

> Le site de Julien Bodin

Articles du thème Vie de couple
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte