Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Additifs alimentaires : attention danger !

coca bio Produits toxiques : comment les remplacer ?
Par
le 08 novembre 2011
Extrait de l'excellent livre d'Hélène Barbier du Vimont "Danger additifs alimentaires ce que cachent les étiquettes", aux éditions Trédaniel, FemininBio publie les 21 additifs les plus dangereux.

Partenaire

Les 10 additifs plus dangereux, et en principe INTERDITS

AdditifsRemarques
Acide formiqueE 236 À E 238Conservateur. Interdit en France et en Australie
Acide thiodipropionique ou TDPAE 288Conservateur. Excès de soufre. En principe interdit car non listé dans la directive européenne 2008
BenzoatesE 211 À E 213Les benzoates sont des conservateurs. Ce sont des produits de synthèse. Théoriquement la racine « benz » veut dire risque cancérigène, mais seul le benzoate de potassium a été interdit en France et le reste en Suisse. Impossible d’avoir des données précises, mais il semble que l’interdiction ait été levée. Ce qui ne le dispense pas de l’étiquetage. Recommandation : lire les étiquettes !
Bleu brillantE 133Colorant. Produit de synthèse. On a constaté des altérations chromosomiques, classé cancérigène, présent dans les boissons et confiseries
Bromate de potassiumE 924 bTraitement des farines. Listé comme cancérigène. Absent de la directive européenne 2008 et dans le site JECFA (1). Pour la directive européenne, il s’agit d’une directive de plus dictée par la Commission européenne qui a permis de modifier certaines autorisations ou interdictions, sachant qu’ensuite chaque pays a modulé ceci, d’où « interdit en France » (mais peut-être autorisé par la directive) ou « autorisé en France » (mais peut-être interdit par la directive)…
Brun FKE 154Colorant Très utilisé dans charcuteries, poissons fumés, excitation, hyperactivité, serait cancérigène. Interdit aux États-Unis, en Europe sauf UK (!), Nouvelle-Zélande, Australie, Japon, Canada, Russie
Citrate d’ammonium ferriqueE 381Anti-agglomérant. Dangereux à doses fortes ou cumulées ; présent dans les laits pour bébé. Serait interdit en France car absent de la directive européenne 2008 et dans le site JECFA. Dans le doute, préférez le lait bio !
HexaméthylènetétramineE 239Conservateur. Dérivé de deux substances : le formaldéhyde (formol) dont on sait qu’il est cancérigène, et de l’ammoniac. Présent dans les fromages et le caviar ainsi qu’en cosmétique. Allergique, toxique et sans doute cancérigène. A été interdit en France sur le plan alimentaire, mais permis aujourd’hui sous conditions (lesquelles ?). Interdit dans nombre de pays dont l’Australie
Orange GGN E 111Colorant. Hautement toxique. Interdit en France, ne figure plus dans le codex (2), mais répertorié en cosmétique
Rouge 2GE 128Colorant. Produit de synthèse. Cancérigène mutagène, très dangereux. Interdit par la Commission européenne depuis 2007 et dans nombreux pays. Seule l’Angleterre continue à l’autoriser


Les 11 additifs plus dangereux, mais encore autorisés, semble-t-il ou autorisés sous conditions en France

AdditifsRemarques
Acésulfame KE 950Édulcorant, exhausteur de goût. Très utilisé, mais certains auteurs le jugent cancérigène.
Acide benzoïqueE 210Conservateur, exhausteur de goût. Utilisé dans confitures, boissons, allergisant ++, troubles de la croissance, serait lié à la leucémie et le cancer. À noter que les dérivés benzoïques peuvent être synthétiques.
Aluminium E 173Colorant. Colorant de surface, confiseries, gâteaux. Considéré comme neurotoxique (Alzheimer) toxique pour les reins et la densité osseuse. Est interdit dans certains pays comme l’Australie.
AmaranteE 123Colorant. Depuis longtemps dénoncé comme allergisant, mutagène et cancérigène. En France, interdit sauf dans le caviar et les vins !
Cire microscristallineE 905 cSert à l’enrobage, dérivé du pétrole. Bonbons, viennoiseries, pâtisseries industrielles, fruits, chewing-gums, toxique sans doute tératogène (3) ou mutagène.
ÉthoquinneE 324Conservateur. Produit par Monsanto, le géant des OGM ! Produit chimique, récent, listé comme pesticide, toxique pour le foie, serait cancérigène.
HexaméthylèneE 239Conservateur. Fromages et caviar surtout. Allergie, problèmes urinaires (se transforme en formaldéhyde) sans doute cancérigène. Tout d’abord interdit en France, mais ensuite autorisé sous conditions et en cosmétologie ! Interdit dans nombre de pays.
Monolaurate de sorbitaneE 493Émulsifiant, stabilisant. Produit de synthèse. Pâtisseries, chewing-gums, desserts, toute la pâtisserie et confiserie industrielle. Résidus dangereux, toxique, sans doute cancérigène (études en laboratoire). Autorisé en France sous conditions.
Nitrite de potassiumE 249Conservateur fixe la couleur. Chimique et minéral. La Dja (4) est vite atteinte. Y très utilisé dans les charcuteries, se combine avec les protéines pour donner des nitrosamines cancérigène. Associé aux E 200 à 203, donne des composés mutagènes. Autorisé en France sous conditions.
TartrazineE 102Colorant. Produit chimique. Très utilisé dans boissons, charcuteries, confiseries, médicaments. Serait mutagène et cancérigène, ainsi qu’allergisant. Nombreuses mises en garde. Interdit dans de nombreux pays, dont Autriche, Norvège, Finlande, États-Unis, etc.
Vert S, vert brillantE 142Colorant. Produit chimique. Très utilisé. Serait allergisant et cancérigène. Interdit dans nombreux pays dont le Canada, le Japon, les États-Unis, Finlande et Norvège, etc.


1) JECFA
Comité international d'experts scientifiques, le Comité mixte FAO/OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA) est administré conjointement par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

2) CODEX
La Commission du Codex Alimentarius a été créée en 1963 par la FAO et l'OMS afin d'élaborer des normes alimentaires, des lignes directrices et d'autres textes, tels que des Codes d'usages, dans le cadre du Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires.

3) Tératogène
Les tératogènes sont des agents pharmacologiques qui lors de leur utilisation provoquent le développement de masses cellulaires anormales au cours de la croissance fœtale, provoquant des défauts physiques sur le fœtus.
Source : Wikipédia.

4) DJA : dose journalière admissible par kilo.

Remarques d'Hélène Barbier du Vimont pour bien lire ses tableaux

  • Tous les additifs interdits le sont évidemment en agriculture bio. Pour ceux qui sont non interdits mais sujets à caution cités dans le 2e tableau, ils le sont également, sauf pour le nitrite de potassium, ce qui semble assez paradoxal !
  • Si les additifs interdits sont mentionnés ici, c’est qu’ils ne le sont pas partout, quand cette interdiction est nettement définie localement. Étant donné aujourd’hui la circulation mondiale des produits de consommation, des interrogations angoissantes se posent. L’étiquetage est obligatoire chez nous et l’on peut penser qu’il est respecté, sans doute aussi en Europe, mais ailleurs ? Une conserve de soja chinoise, par exemple, peut très bien être étiquetée frauduleusement sans mention d’additifs dangereux, comment vérifier alors que les douaniers ne suffisent pas pour endiguer l’afflux de contrefaçons et de produits non respectueux des normes ? On parle beaucoup en ce moment de "protection", mais celle-ci doit aussi passer par la prise de conscience de chaque consommateur. Comment se protéger des produits contrefaits ou dangereux chinois ou autres ? En ne les achetant pas !
  • Qu’en est-il du pays dont tel ou tel produit est importé ? Il est pratiquement impossible, à propos par exemple d’une boîte de haricots verts ou d'un plat préparé de savoir quels sont les additifs permis dans le pays qui les a exportés, les interdictions pouvant être beaucoup plus légères que chez nous, encore une fois la Chine peut servir de triste exemple.
  • L’obligation de mention sur l’étiquette est-elle respectée ? Surtout si la législation du pays producteur est très tolérante ou si, comme en Chine par exemple, on n’a pas peur de frauder. Rappel : Il nous arrivent de Chine des « miels » qui sont en réalité des sirops de sucre additionnés d’antibiotiques et autres joyeusetés…
  • Un certain flou règne. Nous avons rencontré nombre de substances pour lesquelles on pouvait penser qu’il y avait interdiction, car elles étaient non listées dans la fameuse directive 2008, édictée juste après la sortie de la première édition du livre. Mais peut-on en conclure qu’il s’agit d’une réelle et effective interdiction ?
  • Certains additifs dangereux sont utilisés dans des produits non soumis à l’étiquetage comme les boissons alcoolisées. Tous les doutes sont alors permis.
  • Cosmétique. Certains produits dangereux sont encore permis. Or on sait que certaines molécules peuvent franchir la barrière cutanée, surtout s'ils associées à des huiles essentielles par exemple. Une jungle dans laquelle il est difficile de se retrouver !
  • Il faut prendre en considération la DJA (dose journalière admissible par kilo), car suivant le type de consommation d’une personne, elle peut facilement être atteinte. Évidemment, les gros consommateurs d’aliments industriels sont particulièrement en danger.

La rédaction

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire