Ondes électromagnétiques

Faut-il se méfier du compteur communicant Linky ? Comment s'en protéger ?

Publié le 3 octobre 2018
Alexandre Rusanov est Ingénieur-géologue et diplômé de l’Université de Moscou, Master en informatique industrielle, et diplômé de l’Ecole Nationale d’Ingénieur de Brest. Spécialiste de l’environnement électromagnétique.
Linky est installé ? Pour éviter la surexposition aux ondes, limitez le wifi et le micro-ondes
Linky est installé ? Pour éviter la surexposition aux ondes, limitez le wifi et le micro-ondes
© Alexander Dummer / Unsplash

Alors que le magazine 60 millions de consommateurs lui consacre son dernier numéro, la défiance grandit à l'égard du compteur communicant installé par Enedis, souvent sans l'accord des habitants. Linky est-il dangereux pour la santé ? On fait le point avec l'ingénieur-géologue Alexandre Rusanov, en collaboration avec le Dr Pascale Miniou, spécialisée en médecine environnementale.

Cet article a été publié dans le magazine FemininBio #18 août-septembre 2018

Pour acheter le magazine en PDF, c'est ici

 

A en croire les informations en provenance d'Enedis, le compteur Linky que des avantages pour les consommateurs. Pour prouver son innocuité, Enedis compare ce compteur à d’autres appareils électriques domestiques. Par exemple, le champ électrique du fer à repasser est de 120 V/m alors que le champ électrique du compteur Linky n’est que de 0,1 V/m, soit 1 200 fois moins. Mais il est impossible de comparer le fer à repasser avec le compteur communicant. Voici quelques explications, en complément du dossier publié dans 60 millions de consommateurs ce mois-ci. 

Le compteur Linky transmet des données en permanence

Le compteur Linky est alimenté par le réseau 50 Hz, comme d’autres appareils domestiques. Mais il utilise aussi le courant porteur en ligne (CPL) pour la communication avec le concentrateur qui peut être installé dans un transformateur de quartier. Le concentrateur transmet les données à l’agence de supervision d’ENEDIS par l’intermédiaire de mini antennes-relais en utilisant le réseau de téléphonie mobile. ENEDIS affirme que le concentrateur ne communique que quelques minutes par jour, mais cela ne correspond pas à la réalité.

Pour contrôler le réseau des compteurs Linky le concentrateur envoie régulièrement par CPL des signaux de 63,6 kHz et 74 kHz (protocole G1) qui passent dans les câbles électriques de chaque maison et de chaque appartement, notamment dans les chambres à coucher. Les signaux sont très faibles, mais ils peuvent perturber le fonctionnement normal du corps.

Pourquoi les signaux peuvent ils comporter des risques ?

Dans chaque logement il y a déjà des équipements électriques et électroniques : la Wi-Fi, les téléphones sans fil DECT, les ordinateurs, les tablettes, les Smartphones, les postes de télévision, les jeux vidéo sans fil, les ampoules basse consommation fluocompactes.
En plus, on peut avoir le facteur géophysique (vivre sur une faille). Aucune norme actuelle ne tient compte de cette multiplicité de signaux électromagnétiques !

>> A lire sur FemininBio Allons nous devenir électrosensibles à cause des ondes ?

L’expérience montre que les premières personnes à avoir des problèmes après l’installation du compteur Linky sont celles dont le seuil de tolérance de l’organisme aux ondes électromagnétiques est dépassé. Tout cela concerne également les autres compteurs communicants, dont GAZPAR (pour le gaz) et ceux pour l’eau.

Les bons réflexes à adopter pour améliorer votre environnement

Comment peut-on améliorer l’environnement électromagnétique de son logement ? Dans les cas compliqués il faut s’adresser à des professionnels qui peuvent analyser l'environnement extérieur et intérieur du lieu d’habitation et qui peuvent proposer des solutions.

Mais avant, on peut déjà faire des gestes simples pour réduire les émissions de signaux:
-
remplacer les téléphones sans fil DECT par les téléphones filaires ;
- remplacer le radioréveil par un réveil à piles ;
- ne plus utiliser la Wi-Fi mais un câble réseau pour brancher l’ordinateur à Internet ;
- abandonner le four à micro-ondes qui utilise la fréquence 2,4 GHz pour réchauffer les aliments ;
- remplacer les ampoules basse consommation fluocompactes par des ampoules halogènes ou à LED ;
- limiter le temps d’utilisation par les enfants des ordinateurs, tablettes et jeux vidéo.

Les auteurs :

Alexandre Rusanov, Ingénieur-géologue, diplômé de l’Université de Moscou,
Master en informatique industrielle, diplômé de l’Ecole Nationale d’Ingénieur de Brest
Directeur de SARL TELLUS. Etude de l’impact de l’environnement électromagnétique naturel et artificiel sur les êtres vivants. Développement des protections contre les nuisances électromagnétiques
Pascale Miniou, Docteur en médecine, diplômée de la Faculté de Médecine de Brest.
Médecine générale à orientation Naturothérapie & Médecine Environnementale (HyperSensibilité aux Champs ElectroMagnétiques, Sensibilité Chimique Multiple)

 

Je m'abonne au bimestriel FemininBio magazine en version papier, ou en version pdf à partir de 15€ par an

 

Articles du thème En pleine forme
Envie de réagir ? Je prends la parole
Réaction à l'article
Par Neptunus le 3 octobre 2018 à 10h04
Dépassement du seuil de tolérance de l'organisme

Vous écrivez : "L’expérience montre que les premières personnes à avoir des problèmes après l’installation du compteur Linky sont celles dont le seuil de tolérance de l’organisme aux ondes électromagnétiques est dépassé."
Pourriez-vous préciser quelles études montrent cela ? Comment est mesuré le seuil de tolérance ? Merci.

Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !