Interview

Il devient musicien professionnel après une commotion : le passionnant destin de Derek Amato

Publié le 14 février 2019
De la jungle tropicale à la jungle urbaine, la connexion à la nature m'est indispensable. Je suis curieuse des possibles pour l'humain.e et des petits bonheurs du quotidien. Chef de projet édito @FemininBio.
Souvent réservé aux personnes atteintes d'autisme, le syndrome du savant n'est pas médicalement reconnu.
Souvent réservé aux personnes atteintes d'autisme, le syndrome du savant n'est pas médicalement reconnu.
© Brenda Neckvatal

Au réveil d'un long sommeil suite à une chute, Derek Amato découvre qu'il a le "syndrome du savant acquis". Sa vie va changer du tout au tout lorsqu'il découvre qu'il peut jouer de tous les instruments de musique comme un professionnel. Découvrez son histoire hors du commun.

Retrouvez Derek Amato et bien d'autres invités prestigieux le 6 avril 2019 au Grand Rex dans "Les mystérieux pouvoirs de l'esprit humain". 
Infos et réservations : www.lesmysterieuxpouvoirs.com

Aussi appelé "savantisme", le syndrome du savant n'est pas un diagnostic médicalement reconnu. Selon le psychiatre Darold Treffert, ce syndrome touche en majorité les personnes ayant un trouble du développement tel que l'autisme. Il se manifeste lorsqu'un individu possède des domaines de compétences, de capacité ou d'excellence qui contrastent avec les limitations de la personne.

Derek est l'un de ces personnages entiers et incroyablement humains. Pendant notre entretien, il me parle d’une voix douce et tranquille, et prend soin de s’assurer que chaque phrase est bien comprise. Sa passion pour la musique, son envie de partager et sa foi en les capacités humaines sont contagieuses.

FemininBio : Comment votre don est-il apparu ?

Derek Amato : Depuis mon plus jeune âge, j’aime les sports de compétition, ce qui m’a valu un certain nombre de commotions cérébrales, sans conséquences, jusqu’à mes 39 ans. Un jour d’octobre 2006, alors que j’étais chez moi avec des proches, je fais une mauvaise chute dans la piscine et perd connaissance. Après un court séjour à l'hôpital, je suis renvoyé chez moi après une série de tests médicaux qui détectent à peine une légère surdité. Epuisé, je dors pendant quatre jours puis me réveille en pleine forme. Ce que je ne sais pas encore c’est que je suis maintenant atteint du syndrome de savant acquis et de synesthésie. C’est en rendant visite à un ami quelques jours plus tard que je suis soudain attiré par son piano. Alors que je n’avais jamais touché un piano de ma vie, je joue sept heures d’affilée sans pouvoir m’arrêter. Et ce n’est pas tout ! En plus du piano, j’ai aussi reçu un don pour la guitare, la basse et les percussions, et ce dans plusieurs styles musicaux allant du classique au rock.

>> Dereck Amato interviendra lors du colloque "Les mystérieux pouvoirs de l'esprit humain" le 6 avril prochain. Un événement dont FemininBio est partenaire.

Concrètement, comment se traduit ce phénomène ?

Je compose spontanément de la musique 24h/24, sans pouvoir l’interrompre. Les carrés de couleurs que je vois tourner autour de ma tête correspondent à des notes, mais cela défile si vite que je ne peux capturer qu’une partie de cette mélodie. Je pourrais jouer sans interruption, mais évidemment ce n’est pas possible. Je vis une vie normale, avec ma famille, mes occupations mais il y a toujours un moment où la pression est trop forte et je sais que je dois aller jouer. Il faut que la musique s’exprime.

Quel a été l'autre diagnostic ?

En plus du syndrome de génie musical, je suis synesthète. Ce phénomène vient du grec syn, “avec” (union) et aesthesis, “sensation” et associe deux ou plusieurs sens. Chez moi cela se traduit par le fait de “voir” la musique avec ces carrés de couleurs qui me tournent autour de la tête que je traduis en notes. De nombreuses études scientifiques sont en cours à mon sujet, pour essayer de comprendre comment toutes ces capacités ont été activées, les mesurer, les situer dans le cerveau et dans l’ADN. C’est passionnant ! Je n’ai pas fais de recherches généalogiques pour savoir si j’avais des ancêtres musiciens, mais en tout cas pas dans des générations proches.

Comment expliquez-vous votre lien à la musique ? 

Si la musique est un langage, c’est celui de l’âme. Pour moi la musique est l’opportunité de créer du lien entre chacun mais aussi le moyen de se connecter avec notre moi profond. La musique est un des outils qui nous permet d’aller explorer à l’intérieur de soi.

Mon projet est de faire le tour du monde pour dénicher toutes les perles rares et de co-créer une pièce musicale.

>> A lire sur FemininBio En apnée avec Guillaume Néry dans son livre "A plein souffle"

J’aime créer et diriger. Pour vous donner un exemple : j’ai composé pour l'orchestre de Philadelphie une symphonie en une semaine pour chacun des musiciens. Ils se sont entrainé et j'ai été leur chef d’orchestre, sans même avoir besoin de m'entrainer. Tout est déjà prêt dans ma tête et je vois simultanément toutes les partitions. Ce n’est pas toujours facile de collaborer avec d’autres personnes, car je suis très exigeant.

Vous avez aussi développé un don d'empathie ?

Bien que j’ai toujours eu de l'empathie, ce phénomène s’est largement intensifié depuis mon accident.  Mon don est intimement connecté à l’intuition car en plus de la musique, je peux maintenant me connecter énergétiquement avec les gens. Cela se traduit différemment en fonction des personnes mais je sens une connexion avec chacun. C’est comme si j’arrivais à ressentir physiquement ce que les autres ressentent, mais avec une compassion qui me dépasse. J’ai une empathie particulière pour ceux qui souffrent, comme les sans-abri. J’ai aussi une facilité à communiquer avec les génies musicaux autistes, car nous communiquons grâce au langage universel, la musique, et ils me font confiance. On me dis d'ailleurs que j’ai une énergie particulière, et cela m’intrigue. En dehors de mon don musical, je me considère comme une personne ordinaire.

Comment vivez-vous cette nouvelle vie ?

Au départ, je me suis mis en retrait pendant plus d’un an, à pratiquer la pêche à la mouche quotidiennement, le temps d’apprivoiser mes nouvelles capacités. Il m’a fallu du temps pour m’adapter à ce niveau de conscience décuplé. Je suis le seul cas au monde de savant musical acquis, sur moins de cent savants qui sont encore en vie, et souvent sont autistes.

Y a t-il des effets secondaires ?

Ce n’est pas facile tout les jours et j’ai souvent des migraines violentes ainsi qu'une grande sensibilité au son et à la lumière. En règle générale, il faut que je fasse attention quand je suis à l'extérieur : cette sur-stimulation de mon cerveau peut m’épuiser. J’ai appris à le gérer, écouter mon corps et me reposer quand j’en ressens le besoin. J’évite de prendre des médicaments pour ne pas “endormir” mes capacités. 

Quelle est votre mission dans la vie ?

Après mon accident, j’ai vraiment senti que je devais partager ce don que j’ai reçu. Selon moi, il y a deux raisons de vivre : servir et aimer, et je crois profondément que nous avons tous un potentiel extraordinaire et unique à l'intérieur de nous. Il ne tient qu’à chacun d’aller le chercher. Au travers de la musique, je veux toucher chacun des êtres humains sur cette terre, pour faire passer ce message. Je sais que ce don est une porte d’entrée au potentiel divin et universel, et mon histoire démontre l’infinité des possibles en terme de capacités humaines.

FemininBio est partenaire de la conférence "Les Mystérieux Pouvoirs de l'Esprit Humain" le 6 avril 2019 au Grand Rex à Paris. 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Articles de la même rubrique
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte