Sexe

L'auteure du "Petit guide de la masturbation féminine" explique les effets du plaisir solitaire pendant la quarantaine

Publié le 29 mars 2020
Julia Pietri est l'auteure du best-seller Le Petit Guide de la masturbation féminine. Autodidacte, elle est la fondatrice du collectif de street art Merci Simone et du mouvement @GangduClito. Elle a aussi créé la marque de préservatif Made in love.
Se masturber c'est nourrir son corps de plaisir intense, libération, lâcher prise, retrouvailles avec soi-même...
Se masturber c'est nourrir son corps de plaisir intense, libération, lâcher prise, retrouvailles avec soi-même...
© mickael unsplash

La masturbation féminine, aussi peu qu'elle soit conseillée par les professionnels de la santé, est un véritable moment de relaxation nécessaire, de surcroit en temps de quarantaine. A cette occasion, l'auteure du Petit Guide de la masturbation féminine nous rappelle, sans complexe ni jugement, pourquoi il est important de s'octroyer cette parenthèse de plaisir.

Enfin du temps pour se masturber toute la journée !

Je m’appelle Julia et j’ai écrit Le petit guide de la mastubation féminine car je pense que libérer le sujet de la masturbation féminine, c’est faire avancer le monde, car une femme qui se masturbe et se procure du plaisir sans culpabiliser est une femme libre. It's not a legend… Nous avons de l’or au bout des doigts ! Je déclare ouverte la révolution du clitoris !

Se masturber, c’est quoi ?

Nourrir son corps, somnishot, plaisir intense, libération, lâcher prise, retrouvailles avec soi-même... La masturbation sert à se donner du plaisir, c’est une histoire d’amour fou avec soi-même.

Quelques témoignages parmi les 6000 que vous pouvez retrouver dans mon livre :

  • « La masturbation c’est beau, c’est personnel, c’est précieux et formateur.»
  • « C’est un refuge, un moyen de renouer avec moi-même.»
  • « Je me masturbe quand j'ai mal à la tête ou quand j'ai mes règles, ça me fait un bien fou.»
  • « Je contrôle mon plaisir et je le fais autant qu’il me plaît. C’est un moyen de faire l’amour à soi-même.»
  • « La masturbation peut selon moi grandement aider au bonheur et au développement personnel.»

>> A lire sur FemininBio Sexualité et coronavirus : comment garder une vie sexuelle épanouie pendant le confinement ?
 

Pourquoi est-elle encore plus importante en confinement ?

Saviez-vous que la masturbation sert aussi à se décontracter, à destresser, à lâcher prise, à assouvir ses fantasmes mais aussi à trouver le sommeil, à atténuer ou bien même faire disparaître un mal de tête ? Avec une bonne expérience de son corps, je pense que notre masturbation peut être un véritable baromètre intime de nous-mêmes.

C’est un moment qui nous appartient, une expérience intime qui nous permet de nous construire, de nous tester, de nous connaître, de nous aimer. N'oublions pas que c'est la seule sexualité que nous allons garder tout au long de notre vie. Je suis convaincue que la masturbation sert à l’affirmation de notre être. La masturbation, c’est comme faire l’amour à quelqu'un, sauf que la personne avec qui on fait l’amour, c’est nous.

Comme lorsqu’on fait l’amour, la masturbation a des bienfaits qui dépassent le plaisir sexuel. Elle permet de connaître son corps, de percevoir ce qu’on aime et ce qu’on aime moins. Elle nous aide à nous approprier notre corps. L’appropriation de notre anatomie, de notre peau, de notre chair est indispensable à la compréhension de notre fonctionnement.

>> Hors série spécial Slow sex, par FemininBio, à découvrir sans attendre

Et pourquoi le confinement est propice à la masturbation ?

Nous avons davantage de temps disponible. Se masturber, c’est aussi s’accorder du temps, du temps pour soi, rien qu’à soi. C’est, pour moi, une continuité de la pensée de l'écrivaine anglaise Virginia Woolf qui expliquait qu’il faut s’offrir sa « chambre à soi » afin de pouvoir écrire sans être dérangée par les membres de sa famille.

J’ai remarqué dans vos témoignages que certaines femmes ont malheureusement peur de leur corps, parfois même du dégoût, ce qui peut créer un réel blocage pour se masturber. Est-ce dû au fait que nos organes sexuels sont quasi internes ? Le rapport que nous avons avec notre corps résonne avec notre rapport à la masturbation, puisque la masturbation est clairement un «rapport» avec nous-même.

Combien de temps faut-il pour jouir ?

Allô le monde ? Je n’ai pas trouvé de recherches scientifiques précises sur la question, donc il n’y a pas encore de réponses exactes. Dans vos témoignages, il n’y a pas de durée précise, ni de temps imparti pour arriver à l’orgasme clitoridien. Il en ressort que chaque montée est différente. Un orgasme peut arriver en 30 secondes, en 10 minutes, ou jamais. De vos témoignages, il ressort qu’une femme peut réguler selon ses envies la durée de montée avant l’orgasme.

Certaines parlent d’orgasmes mécaniques qu’elles se donnent en 30 secondes chrono et me précisent que si elles veulent prendre le temps, elles peuvent aussi choisir de faire durer le plaisir plus longtemps. Il ressort également de vos témoignages que l’orgasme est souvent plus intense quand vous prenez plus le temps de le faire.

Je pense aussi que le temps varie selon la connaissance de son corps. Je comprends dans vos témoignages que plus vous vous masturbez, plus vous prenez le contrôle de votre corps et pouvez choisir le rythme de votre orgasme. Vous êtes nombreuses aussi à me signaler que la montée vers l’orgasme peut varier selon votre humeur, vos préoccupations, votre charge ou tranquillité mentale, votre cycle hormonal.

>> A lire sur FemininBio Sexualité : quels sont les réels bienfaits de l'orgasme ?
 

Stop à la honte et à la culpabilité !     

En France, nous pensons avoir grandi dans une société moderne et laïque mais la poussière puritaine stagne dans notre jus de cerveau malgré nous. Toutes les religions monothéistes s’opposent à la masturbation et véhiculent une image fallacieuse depuis des siècles, du style : « Une femme honnête est une femme qui ne jouit pas.»     

Le plaisir coupable représente trop souvent la masturbation féminine dans nos esprits. La notion de culpabilité est très présente dans vos témoignages, surtout lors de notre jeune âge. Pourtant... La masturbation féminine est un acte naturel et « normal », répétons-le tant qu’il le faudra pour faire disparaître toute la culpabilité qui sommeille en nous. La masturbation est un moment à soi que l’on doit s’accorder avec plaisir.

C’est d’ailleurs un comble dans une société comme la nôtre, qui prône la recherche du plaisir en permanence : que ce soit dans nos modes de vie, nos aliments, nos voitures, nos selfies, notre musique, jusqu’à nos gels douches. Il est aberrant que l’on n’exalte pas davantage le plaisir solitaire « gratuit » qui existe juste au milieu de notre entrejambe.

C’est un temps à soi qu’il faut s’autoriser avec liberté, un moment en tête-à- tête avec son corps, une évasion intime qui est nécessaire à notre équilibre personnel. C’est une expérience intime, que nous allons exercer selon nos envies, sans honte, sans tabou… Alors dans ces temps de confinements, n’hésitez pas à vous faire du bien.

Notre experte 

Julia Pietri est une féministe militante de la quatrième vague. Elle se définie comme une féministe humaniste : elle aime penser que le féminisme est pour tou.te.s et que le sexe n'est qu'un outil de plus, certes très contemporain, pour déconstruire les codes sexistes.

Elle est l’autrice du best-seller Le Petit Guide de la masturbation féminine que vous pouvez commander (même pendant le confinement) sur gangduclito.com

 

Autodidacte, elle est la fondatrice :
-du collectif de street art Merci Simone : mercisimone.eu
-du mouvement @GangduClito 
-du hashtag #ItsNotaBretzel

Abonnez-vous à FemininBio en version papier ou pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Découvrez notre Hors Série spécial "Love & Slow Sex", en version numérique, à télécharger

Articles du dossier DOSSIER COMPLET : Coronavirus et confinement
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte