Publirédactionnel

Quels compléments alimentaires pour stimuler sa mémoire?

Publié le 20 août 2018 - Mis à jour le 29 août 2018
Dermatologue, ancien Chef de Clinique en Endocrinologie-Nutrition, le docteur Paul Dupont est l'auteur de nombreux ouvrages en relation avec une approche scientifique et documentée de la Médecine Naturelle.
Certains nutriments aident à entretenir sa mémoire
Certains nutriments aident à entretenir sa mémoire
© Fotolia

Vous sentez que c'est le bon moment pour booster votre mémoire ? Le Dr Paul Dupont nous explique quels sont les nutriments capables de la renforcer et nous conseille sur la manière de les utiliser.

Le rythme de la vie actuelle, les études, l’enseignement, le domaine professionnel impliquent d’avoir une bonne mémoire. Encore faut-il convenablement nourrir le cerveau pour qu’il puisse assurer une bonne fonction de mémorisation.

Aujourd’hui, on sait que certains nutriments favorisent la mémoire. Certaines plantes ont également cette action.

Les nutriments à privigier

1. Les phospholipides riches en oméga-3 EPA/DHA

Ils agissent sur la mémoire par 3 de leurs constituants : le phosphore bien entendu, mais aussi la choline et les oméga-3 DHA et EPA.
Les acides gras des phospholipides sont essentiels pour nourrir le cerveau et c’est grâce en particulier à la choline qu’ils peuvent y pénétrer pour le nourrir. Il s’agit notamment de la phosphatidylcholine.

Une étude publiée dans l’American Journal of  Clinical  Nutrition a ainsi montré l’importance de la choline dans les capacités cognitives du cerveau, et notamment pour la mémoire.

L'objectif était de l’étude était de déterminer si une relation existe entre l'apport en choline alimentaire, la fonction cognitive, et la morphologie du cerveau. Pour cela, une cohorte de 1391 sujets (744 femmes, 647 hommes, de tranche d'âge comprise entre 36-83 ans ; en moyenne d’âge : 60,9 ± 9,29 ans) a été choisie au hasard. Les auteurs ont évalué les capacités neuropsychologiques des patients et réalisé une IRM du cerveau.
Les quatre facteurs neuropsychologiques étudiés étaient : la mémoire verbale, la mémoire visuelle, l'apprentissage verbal, et la fonction exécutive - l’IRM mesurant le volume cérébral.

Les meilleurs résultats furent obtenus chez les patients qui prenaient plus de choline ; ces patients ont une meilleure mémoire visuelle et verbale, et cela indépendamment de l’âge et du sexe. Les auteurs ont également montré que l'apport en choline sur le long terme était inversement proportionnel aux risque de sclérose cérébrale contrôlée à l’IRM.

La meilleure source de choline naturelle est certainement la phosphatidycholine, de la lécithine marine de laitance de poisson sauvage (Oemine Mer Fort ou Oemine Memo) où elle se trouve associée au phosphore et aux oméga-3.

2. Autre phospholipide important : la phosphatidylsérine

Elle est présente dans l’Huile de Oemine krill NKO. Cette phosphatidylsérine, un phospholipide majeur du cerveau, a fait l’objet de nombreuses études pour ses actions sur les fonctions cérébrales. Une étude a révélé chez l’animal les effets de la phosphatidylsérine de l’huile de Krill sur la fonction d’apprentissage et de mémoire, ainsi que sur l’activité neuronale des jeunes animaux. Le groupe qui recevait de l’huile de krill avait une augmentation significative de l’activité neuronale dans l’hippocampe ainsi que dans le lobe frontal, les centres nerveux spécifiquement mobilisés par la mémoire.

3. La vitamine A peut ralentir le déclin de la mémoire

C’est justement dans cette zone du cerveau, l’hippocampe, que surviennent peu à peu des perturbations liées à l’âge à partir de la cinquantaine. Il subit notamment une diminution de la plasticité, qui peut être à l’origine de perte progressive de la mémoire. D’après les résultats d’une étude récente, la vitamine A pourrait corriger cela car elle améliore la neurogénèse (régénérescence cellulaire) de l’hippocampe.
A l’inverse, les corticoïdes liés aux stress ont des conséquences néfastes sur la mémoire spatiale. Ils entraînent de l'anxiété, et ces effets néfastes pourraient être également corrigés par une supplémentation en vitamine A. On pourrait conseiller aux personnes stressées de faire des cures de Oemine A : un complexe de vitamine A naturelle associée à un extrait de myrtilles très concentré en anthocyanes, dont on sait également qu’elles ont une action bénéfique sur la mémoire. Il faudrait en faire des cures régulières à partir de la cinquantaine.

4. Avena sativa une plante pour la mémoire 

On s’intéresse depuis peu à l’action de l’extrait hydro-alcoolique d’avoine (Avena sativa HATM) sur la mémoire et la concentration. Jusqu’à présent, on proposait l’extrait d’avoine chez les personnes stressées. Avena sativa est notamment prescrite en phytothérapie chez l’enfant nerveux, et aujourd’hui chez les hyperactifs. Plusieurs études réalisées en double aveugle versus placebo ont récemment étendu le champ des indications de cette plante. La plus récente a confirmé l’efficacité d’un extrait d’avoine sur la mémoire et les fonctions cognitives, chez les adultes en bonne santé âgés de 40-65 ans. Ces personnes avaient estimé elles-mêmes que leur mémoire avait diminué avec l'âge. Cette étude a révélé que l’extrait d’avoine entraîne une amélioration significative des divers facteurs étudiés, avec un effet immédiat notamment sur : le rappel des mots, la rapidité de la fonction exécutive cognitive, la vitesse de performance dans toutes sortes de tâches chronométrées.

Pour dévouvrir toute la gamme de compléments alimentaires bio proposés par Oemine, rendez-vous sur www.boutique-oemine.com
Articles du thème Entretenir sa mémoire
Envie de réagir ? Je prends la parole
Déjà membre? Je me connecte ou Créer mon compte
Magazine
FemininBio - Le Mag

OUI !
J'aime FemininBio !

Je m'abonne !