Partenaire
Inspirer, Faire du bien

Stress

Comment surmonter la déprime du confinement ?

détresse psychique
"La peur entraîne dans l’organisme un déséquilibre hormonal propice à la maladie. Elle fait chuter l’immunité, et par la dépression qu’elle entraîne réduit considérablement toutes les fonctions vitales."
Dr Paul Dupont
Dr Paul Dupont
le 27 novembre 2020
La période que nous traversons est difficile. En plus du coup de mou que nous infligent le froid, la grisaille et le racourcissement des journées, le confinement rajoute une couche encore plus dure à supporter à notre moral. Le Dr. Dupont nous parle de la détresse psychique et des clés pour s'en débarrasser.

Partenaire

Toutes les conditions sont réunies cet automne pour provoquer une dépression collective de la population. Tout d’abord, cette saison est propice à la déprime saisonnière liée au raccourcissement de la durée d’ensoleillement. Mais cette année, on doit faire face en plus à un sentiment de détresse et d’impuissance face à la pandémie de la Covid. Toutes les conditions sont réunies pour nous déprimer durablement. Le décompte quotidien du nombre de morts dans les hôpitaux, la privation de liberté liée au confinement, l’isolation des jeunes et des personnes âgées, ou au contraire l’enfermement de personnes qui finissent par ne plus se supporter. Et pour couronner le tout, il y a un sentiment de peur : peur du virus, peur de perdre un proche, de perdre son emploi, de perdre sa liberté, de ne plus pouvoir rencontrer les amis et les gens qu’on aime, peur de l’avenir.

Or la peur entraîne dans l’organisme un déséquilibre hormonal propice à la maladie. Elle fait chuter l’immunité, et par la dépression qu’elle entraîne réduit considérablement toutes les fonctions vitales. Les médias et les pouvoirs publics ne devraient donc pas s’étonner que l’on compte deux fois plus de gens dans la détresse (et ce chiffre est certainement sous-estimé).

Quels sont les symptômes de la détresse : troubles du sommeil, irritabilité avec pour conséquence des conflits familiaux, manque de motivation, rumination anxieuse, tristesse et manque d’énergie.

>> A lire sur FemininBio Confinement : 5 habitudes zen à adopter pour un mental apaisé

Comment lutter contre cette détresse ?

Une solution à laquelle on pense peu est d’avoir une pratique spirituelle. L’ignorance et le sectarisme qui lui sont parfois associés font qu’elle peut être rejetée. Pourtant, dans une approche bien comprise, elle est un moyen d’accéder à une élévation mentale et à une forme de paix intérieure, sources de lâcher-prise et d’équilibre psychique, voire de plénitude. De plus en plus d’études scientifiques ont prouvé que notre cerveau et notre corps ne fonctionnent pas seulement sur un plan matériel mais ont aussi besoin du plan spirituel.

1. La méditation 

Cet exercice très naturel consiste à se concentrer sur notre respiration, puis à vider notre cerveau des pensées qui l’encombrent (pour cela il suffit de se contenter de les laisser défiler sans en arrêter aucune, sans se concentrer sur aucune). On se concentre ensuite sur une pensée positive, un objectif de bonheur à atteindre. Ceci produit un rééquilibrage intérieur, à la condition de ne pas l’associer à des pensées négatives. L’intérêt de la méditation est aussi d’apprendre à se connaître soi-même.    

2. La détente

C’est tout simplment trouver un dérivatif agréable : la lecture d’œuvres non pas sordides mais joyeuses et enthousiasmantes. L’écoute d’une musique élevant l’âme produit aussi un sentiment agréable qui nous illumine et réduit toute détresse intérieure.

3. L’exercice physique

Le manque d’exercice réduit les fonctions vitales. C’est dire l’importance d’effectuer même en étant confiné des mouvements et des étirements. Le yoga, le Tai Chi ou le Qi Gong peuvent être utiles.

4. L’aide à autrui

Des études scientifiques ont montré par exemple que les personnes qui ont de l’empathie pour les autres, qui sont serviables et pratiquent les principes de solidarité, ont une meilleure santé et notamment une meilleure immunité.

>> A lire sur FemininBio 3 exercices faciles pour pratiquer la méditation

5. Le renforcement de l’énergie nerveuse et des glandes endocrines par certains nutriments

La détresse et la peur nous font consommer certains nutriments essentiels. Ce sont les phospholipides qui constituent près de 30 % du cerveau et 15 % des nerfs. Or on ne les trouve pas dans tous les aliments. On devrait donc en consommer davantage pour renforcer le moral. On peut citer à titre d’exemple les phospholipides de la lécithine marine.

6. Les bienfaits des plantes

Plusieurs sont réputées actives contre la détresse. Ainsi le Griffonia ou le Millepertuis renforcent l’action de la glande pinéale, qui contrôle le moral et le sommeil.   
Côté tisanes, plusieurs plantes ont leur intérêt : la mélisse, le tilleul, l’aubépine, la lavande comme plantes apaisantes ; la sauge comme tonifiante ; la marjolaine et la verveine citronnée pour leur action stimulante digestive.             

Parmi les huiles essentielles enfin, celles de lavande ou d’orange douce peuvent être utilisées en brumisation dans l’atmosphère. On peut aussi en mettre une goutte sur 2 points d’acupuncture : l’un à mi distance entre le nombril et la pointe du sternum, l’autre au pli du poignet du bras droit. On peut également faire des massages de ces points avec quelques gouttes d’une huile végétale parfumée à l’huile essentielle de bois de Hô.

Notre expert 

Le Docteur Paul Dupont est expert pour la marque Oemine et l'auteur du livre Les fondements physiques, psychiques & spirituels de la santé, paru aux editions Diffusion Rosicrucienne.

 

 

 

Abonnez-vous à FemininBio en version papier / pdf ou achetez notre dernier numéro en kiosque ou en magasin bio !

Partenaire

Vous aimerez peut-être

Coups de cœur

Chaque semaine, des partages conscients et inspirants dans votre boîte mail.

Inscrivez-vous gratuitement !

Partenaire